ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

géo-demo-physio

Rédigé par Jean-Yves Garnier le Lundi 22 Mars 2010

Un nouvel IFMK sans fac, à l'heure du L MMMMMM D ?



géo-demo-physio
Le critère cible en démographie professionnelle semble être la répartition des professionnels de santé en adéquation avec la densité de population. Or nombre de rapports montrent l'influence du lieu de formation sur les installations en périphérie de ce même lieu...

A l'heure de la faculté de kinésithérapie, comparons sur fond de densité de population 2006, l'implantation les facultés de médecine, de sport avec celle des IFMK :

- Seules, 3 villes avec faculté de médecine n'ont pas d'IFMK de proximité (Tours, Angers, Brest). Brest ayant de surcroît une faculté de sport.

- Berck tient la position particulière sans fac médecine ou sport à proximité.

- Vichy est "rattachable" aux facultés de Clermont.

- Orléans n'a pas de fac de médecine de proximité.

- 24 ifmk de province (hors dom-tom) sur 28 bénéficient d'une faculté de médecine et de sport de proximité. La prochaine Lavaloise faisant partie des 4 "isolées" (!?) ...

- Les départements sans IFMK en département limitrophe sont situés dans la moitié sud de la France (à l'exception du Finistère).

Les dom-tom et la région parisienne sont des spécifiques compte-tenu de l'éloignement pour les uns et du rapprochement pour les autres et nécessitent un regard loco-régional.

Reste à superposer la démographie kiné libérale et salariée au joli (?) tableau.

Sources : kiné-services.com / physiomax.com / statistiques-mondiales.com

Article reçu le 16/03/10. Accepté sans modification le 22/03/2010

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3086 fois


1.Posté par Alain LEROY le 23/03/2010 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'IFMK d'Orléans recrute ses étudiants depuis plus de 10 ans parmi les étudiants de médecine de Tours qui est situé dans la même région. Depuis la rentrée 2009, l'IFMK d'Orléans recrute, en plus des étudiants de médecine à T ours, des étudiants de STAPS et de Biologie de l'Université d'Orléans.
La proximité n'est peut-être pas le meilleur critère pour juger de l'étroitesse des liens qui unissent deux structures. Je crois me souvenir que l'IFMK de Bordeaux a accueilli les étudiants des DOM TOM pendant plusieurs années et que l'IFMK de Toulouse a largement participé à la création de l'IFMK de la Martinique dont les étudiants sont issus d'une première année de médecine en Guadeloupe.

2.Posté par Jean-Yves Garnier le 24/03/2010 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En effet, si rien ne prouve la qualité du lien entre les structures d'enseignements proches géographiquement, on remarque néanmoins le rapprochement géographique (quasi naturel ?) avec les facultés de médecine (puis en second lieu de sport) pour 85% des IFMK provinciaux hexagonaux. En cela, une petite page de l'histoire de la physio (kinési)thérapie française est confirmée.
Les IFMK parisiens sont proches de fait.

Les IFMK DOMiens resteront éloignés des facultés de médecine tant qu'il n'y aura pas de CHU à la Réunion et que la faculté de médecine des Antilles-Guyane (CHU Fort de France) n'aura pas un cursus d'enseignement médical complet. Il n'y a pas d'IFMK en TOM. L'éloignement géographique est une problématique constante en outre-mer que les domiens règlent (plus ou moins selon les moyens) avec leur longue et inégalable expérience quotidienne d'un sujet dépassant le cadre de l'enseignement. C'est du moins, ce que j'ai observé et vécu de 2004 à 2009, à la Réunion.
Il est notable que les DOMs ont produit de gros efforts pour pouvoir former des kinés au plus prés de leurs îles. Est-il nécessaire de s'interroger plus avant sur l'existence d'un besoin de proximité parmi les raisons qui les ont poussé à s'implanter "local" et donc à abandonner les filières privilégiées vers tel ou tel IFMK métropolitain ?
Les raisons de la supervision d'installation des IFMK Antillo-Guyanais et Réunionnais par l'IFMK Toulousain sont multiples (et vaudraient un article polémique (?) à elles seules). Dans les 2 cas, il s'agit d'une aide transitoire visant à laisser leur légitime autonomie à ces structures. Il s'agit donc d'exemples de rapprochement de la formation avec la population.

La question posée par la cartographie présentée est suscitée par l'annonce de nouveaux IFMK au moment de l'universatisation, au moment où le rapprochement pourrait (devrait ?) être un atout supplémentaire. Un bon dessin (ou une carte) m'a semblé mieux valoir qu'un long discours pour illustrer simultanément le rapprochement (ou non) population/IFMK et facultés/IFMK.

Si la force des exceptions est de confirmer la règle, ne devrions-nous pas aussi nous interroger sur le développement des exceptions ?...

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires