ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Organisations des soins

A chaque pot son couvercle

Rédigé par le Dimanche 14 Octobre 2018

Le rôle de l’alliance thérapeutique dans la kinésithérapie des troubles musculo-squelettiques. Une revue systématique.



A chaque pot son couvercle
La lecture régulière d’ActuKiné peut laisser le lecteur sur sa faim quant à trouver les tests fiables & valides, les techniques efficaces.
Mais peut être que tout ne se limite pas à la présence d’un petit p favorable et que l’impact majeur de la relation thérapeutique se situe ailleurs...

Cette étude a cherché à déterminer l’impact spécifique de l’alliance thérapeutique (AT) sur les douleurs musculo-squelettiques chroniques, identifier les facteurs l’influençant et la façon de la pratiquer.

Méthodes

Les bases de données PubMed, CINHAL et Embase, ont été consultées du début à la fin janvier 2017.
La recherche initiale a abouti à 451 articles. Après application des critères d’exclusion, sept études ont été identifiées portant sur le rôle de l'AT dans la gestion de la douleur chronique en physiothérapie.

Le risque de biais a été évalué à l'aide de la méthodologie de la collaboration Cochrane.

Résultats

Trois études ont examiné l’influence d’une alliance thérapeutique puissante associé à la physiothérapie sur la douleur. Quatre études ont identifié des facteurs ayant une influence positive et négative.

Mais au fait, c’est quoi l’alliance thérapeutique ?

C’est un concept émanant de la psychologie. Le terme «alliance de travail» a été utilisé pour la première fois en 1967 pour décrire une relation de collaboration positive entre un patient et un thérapeute, considérée comme essentielle au succès de la thérapie.

La définition actuelle continue de mettre l'accent sur une relation de collaboration caractérisée par une confiance réciproque entre le client et le clinicien, ainsi que par le développement d'objectifs et d'interventions convenus d'un commun accord.

Depuis, son rôle s'est développé à partir de l'idée que la relation entre le client et le clinicien peut être une thérapie à part entière, de la conviction qu’elle permet au patient d'accepter et de suivre le traitement fidèlement.

Les facteurs défavorables selon le patient

Hostilité, colère exprimée.

Les facteurs défavorables selon le praticien

Expression d’une colère importante associée à une forte dépression

Les facteurs favorables selon le patient

Confiance, communication ouverte.
Le thérapeute est perçu comme ayant le meilleur intérêt du patient à l’esprit.
Approche holistique du patient.
Thérapeute considéré comme plus qu’un simple professionnel
Plan de traitement adapté et individualisé
Thérapeute capable de relever les défis de la relation patient-clinicien

Les facteurs favorables selon le praticien

Bon rapport, relation de confiance, soutien
Besoin affirmé d’une participation active
Identification des valeurs du patient
Identification des limites du patient
Savoir comment optimiser un plan de traitement pouvant emporter l’adhésion du patient

Conclusions

De nouvelles preuves sont en faveur de l’intérêt de l’AT.

Commentaire ActuKiné

Nul doute que l’alliance thérapeutique fasse partie intégrante des enseignements et formations post-graduées, mais j'espère qu'on en fait pas des tonnes, parce que comment dire : j’ai un peu l’impression qu’on enfonce des portes ouvertes, non ?

Références bibliographiques

Meredith Kinney, Jasmine Seider, Amanda Floyd Beaty, Kaitlin Coughlin, Maximilian Dyal & Derek Clewley (2018): The impact of therapeutic alliance in physical therapy for chronic musculoskeletal pain: A systematic review of the literature, Physiotherapy Theory andPractice, DOI: 10.1080/09593985.2018.1516015

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 886 fois


1.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 16/10/2018 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne vois pas ça comme des "portes ouvertes", il me semble au contraire que c'est la variable d'ajustement d'un traitement basé sur la preuve ou pas.
c'est l'argument massue opposable à des thérapeutiques protocolisées, au tout rationnel, c'est la part psychologique de chaque patient, ce qu'il fait qu'il n'est pas pas randomisable automatiquement

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires