ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Apports du Dry Needling avec stimulation électrique périostée dans la fasciite plantaire

Rédigé par le Lundi 12 Novembre 2018



Image issue de l'article
Image issue de l'article
Décidemment c’est la semaine du dry needling électrique sur ActuKiné ! La même équipe que celle de l’étude décrite ce matin s’est intéressée à l’apport du dry needling avec stimulation électrique (DNSE) chez les patients porteurs de fasciite plantaire. Le design est le même avec une comparaison entre un groupe recevant thérapie manuelle (TM) + exercices physique (EP) + ultrasons (US) et un groupe recevant TM+EP+US+DNSE.


111 individus ont participé à l’étude. Le critère de jugement principal était la douleur au réveil (lors du premier pas) (0-10) ; les critères secondaires étaient la douleur au repos, la douleur à l’activité, le Lower Extremity Functional Scale (LEFS), le Foot Functional Index (FFI), la consommation médicamenteuse et le GROC (Global Rating of Change). Les suivis avaient lieu à 1 sem, 4sem et 3 mois. Les traitements s’étalaient sur 1 mois et comportaient jusqu’à 8 séances. Le DNSE consistait en un protocole de stimulation de 20min en 8 points standardisés là encore complété avec 4 points supplémentaires en fonction de la symptomatologie du patient.


Côté résultats, comme dans l’étude précédente sur la gonalgie, il existait peu d‘effets indésirables et un net avantage (tailles d’effet modérées à élevées à 3 mois) en faveur du groupe employant le DNSE pour la quasi-totalité des critères de jugement à 1 mois et 3 mois.


Voici donc deux études avec des arguments en faveur de l’emploi du dry needling avec stimulation électrique périostée. Elles sont plutôt bien conçues avec pré-enregistrement, calcul de puissance, dissimulation de la répartition dans les groupes, prise en charge multicentrique, etc. Leur défaut est sans doute d’employer un design asymétrique où on ajoute une technique (plus de temps de traitement avec une technique « spectaculaire ») à un protocole sans vérifier rétrospectivement les attentes des sujets. Enfin et comme le soulignent les auteurs, le suivi à 3 mois pourrait être limité et appelle à de nouveaux travaux.



Références

Dunning J, Butts R, Henry N, Mourad F, BrannonA, Rodriguez H, et al. (2018)Electrical dry needling as an adjunct to exercise, manual therapy and ultrasound for plantar fasciitis: A multi-center randomizedclinical trial. PLoS ONE 13(10): e0205405.
En accès libre ici

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 823 fois


1.Posté par Benjamin BOLLA le 14/11/2018 08:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le dry-needling qui ne se fait pas "bacher", c'est suffisamment rare pour le remarquer :)
Merci Yannick pour le résumé.

Les patients ont du avoir tout de même assez mal... les aiguilles sur la plante du pied ou de la main sont habituellement très douloureuses et cela n'est pas recommandé !
Dans l'étude sur le genou, les aiguilles sont dans la capsule articulaire, ce n'est pas non plus ce qu'on fait de mieux !

A suivre.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base