ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Capsulite rétractile et infiltrations

Rédigé par le Mercredi 30 Septembre 2015



© JPC-PROD - Fotolia.com
© JPC-PROD - Fotolia.com
Un essai clinique récent de bonne qualité méthodologique (1) a étudié le recours aux infiltrations de corticostéroïdes dans la capsulite rétractile.


Jusqu’à présent, les différentes revues systématiques ont montré une supériorité des infiltrations contre placebo et physiothérapie mais avec des effets bénéfiques qui ne perdurent pas au-delà de 6 semaines (2,3,4,5). Une autre revue affirme qu’il est encore prématuré de conclure quant à l’efficacité des infiltrations dans la capsulite et qu’il semble nécessaire de mener des essais de meilleure qualité (6).


L’étude de Prestgaard et al. (1) a comparé les effets à court et long terme d’une infiltration intra articulaire écho guidée de corticostéroïdes contre une infiltration combinant injection intra articulaire (abord postérieur) et dans l’intervalle des rotateurs (abord antérieur) contre une infiltration placebo.

L’étude en double aveugle respecte les recommandations du CONSORT. Le protocole d’infiltration a notamment fait en sorte que les groupes reçoivent le même volume de produit, le même nombre de fois et aux mêmes sites. Un suivi en aveugle a été effectué à 3, 6, 12 et 26 semaines. Les mesures retenues étaient l’évaluation de la douleur rapportée par le patient (NRS) (mesure principale), le SPADI (Shoulder Pain and Disability Index), les amplitudes de mouvements en actif, la douleur nocturne rapportée, un indice de qualité de vie (EQ-5D, 3-level version) et la consommation de médicaments (mesures secondaires).


122 patients ont participé à l’étude. A la 6ème semaine, aucune différence significative sur l’ensemble des mesures entre les deux groupes d’infiltration n’a été retrouvée. En revanche, il existait une différence significative sur la douleur à l’avantage des groupes infiltration par rapport au groupe placebo jusqu’à la 12ème semaine ; plus aucune différence entre ces groupes n’était retrouvée à la 26ème semaine.

Concernant les mesures secondaires, un avantage significatif en faveur des groupes infiltration sur le groupe placebo existait pour:
- La douleur nocturne et le SPADI à 3, 6 et 12 semaines ;
- Le EQ-5D à 12 semaines ;
- La consommation de médicaments : baisse de 14% (OR 0.86 [95% CI 0.76-0.99], P50.03) pour l’infiltration intra articulaire et 16% (OR 0.84 [95% CI 0.78-0.95], P , 0.001) pour l’infiltration combinée.


Conclusion : l’étude montre qu’il n’existe aucune différence en termes d’effets entre les deux techniques d’infiltration. Ces effets sont supérieurs à un placebo et se maintiennent jusqu’à la 12ème semaine. En revanche, au-delà (26ème semaine), il n’existe plus aucune différence entre les groupes.



Commentaires Actukiné :
Si votre patient est patient et déteste les piqures, vous pouvez sans doute lui conseiller d’attendre sagement. Sinon, l’infiltration semble être en mesure de le soulager rapidement. Fait très intéressant, l’article indique la conviction des sujets quant à leur appartenance à l'un des groupes : "In the 2 active-treatment groups, 56% correctly thought they had received corticosteroids, while 14% believed they had received a sham injection, and 30% were unsure. In the sham injection group, 35% correctly assumed they had received a sham injection, 29% thought they had received corticosteroids, and 35% were unsure." rendant possible une surestimation des effets bénéfiques dans les groupes infiltrations par attente de bénéfices plus importants ("Expectation is a possible confounder").

 

Références

(1) Prestgaard T, Wormgoor ME, Haugen S, Harstad H, Mowinckel P, Brox JI. Ultrasound-guided intra-articular and rotator interval corticosteroid injections in adhesive capsulitis of the shoulder: a double-blind, sham-controlled randomized study. Pain. 2015 Sep;156(9):1683-91. doi: 10.1097/j.pain.0000000000000209.
En accès libre via PAIN ici

(2) Buchbinder R, Green S, Youd JM. Corticosteroid injections for shoulder pain. Cochrane Database Syst Rev 2003;1:CD004016.

(3) Buchbinder R, Green S, Youd JM, Johnston RV. Oral steroids for adhesive capsulitis. Cochrane Database Syst Rev 2006;4:CD006189.

(4) Buchbinder R, Green S, Youd JM, Johnston RV, Cumpston M. Arthrographic distension for adhesive capsulitis (frozen shoulder). Cochrane Database Syst Rev 2008;1:CD007005.

(5) Griesser MJ, Harris JD, Campbell JE, Jones GL. Adhesive capsulitis of the shoulder: a systematic review of the effectiveness of intra-articular corticosteroid injections. J Bone Joint Surg Am 2011;93:1727–33.

(6) Maund E, Craig D, Suekarran S, Neilson A, Wright K, Brealey S, Dennis L, Goodchild L, Hanchard N, Rangan A, Richardson G, Robertson J, McDaid C. Management of frozen shoulder: a systematic review and cost-effectiveness analysis. Health Technol Assess 2012;16:1–264.

 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2579 fois


1.Posté par Paumard philippe le 08/10/2015 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est certain qu'un traitement anti-inflammatoire (AINS ou cortico) semble le plus adapté au moins en première phase dans cette affection. Le kinésithérapeute est assez désemparé avec ses propres techniques dans la lutte contre l'inflammation, en comparaison avec les outils médicamenteux majeurs. Le seul bénéfice qu'on peut apporter à mon sens (ce n'est qu'un avis clinique) est de soulager les conséquences à distance de cette affection, par exemple, toujours en phase inflammatoire et très raide, pour détendre des contractures du trapèze surtout inférieur et moyen homolatéral qui peuvent s'installer suite à la modification du schéma d'épaule inéluctable, et qui font mal par elles-mêmes. Et encore faut-il que le patient supporte la mobilisation de sa scapula à ce stade, ce qui est loin d'être évident à chaque fois...

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base