ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Causalité de la position dans les lombalgies

Rédigé par JL E le Dimanche 28 Février 2010

Qui a raison ?



Causalité de la position dans les lombalgies
Peut-on retrouver une causalité entre des positions de flexion et de rotation longtemps maintenues et la survenue d’une lombalgie ? N’importe quel kinésithérapeute, mais aussi Bogduk, McGill*, sont d’avis que ces positions le soient, ou soit pour le moins contemporaines de l’affection.

Les auteurs ont fait une revue systématique, à partir de 2766 articles, dont ils n’ont retenu que 10 articles de haute qualité. 5 sont des études cas-témoins, 5 des études de cohorte prospectives. Les résultats sont contradictoires. 4 études sur 7 ne montrent pas de relation dose-effet (rapport entre l’intensité de l’exposition et la survenue de lombalgie). 5 études montrent une association entre le facteur position et la lombalgie. en conclusion, si des sous-catégories peuvent contribuer à l’apparition de lombalgie, on ne peut pas conclure du rôle prépondérant de ces facteurs positionnels dans la survenue de lombalgie.

Eugene K. Wai, Darren M. Roffey, Paul Bishop, Brian K. Kwon, Simon Dagenais. Causal assessment of occupational bending or twisting and low back pain: results of a systematic review. The Spine Journal. Volume 10, Issue 1, January 2010, Pages 76-88
Causal assessment of awkward occupational postures and low back pain: results of a systematic review. The Spine Journal. Volume 10, Issue 1, January 2010. Pages 89-99


Les auteurs, épidémiologistes, semblent impliqués dans le monde du travail, puisqu'ils travaillent tous au Workers Compensation Board of British Columbia.

* Dans l'incontournable "Low Back Disorders", McGill affirme le contraire de ces études, bien qu'il reconnaisse l'absence de relation dose-effet et une certaine disparité dans les publications :
"Punnett (1991) à partir de travailleurs de l’industrie automobile considère que le maintien de flexion modérée (entre 21 et 45°) présente un OR de 4,9, de flexion plus importante (plus de 45°) un OR à 5.7, de postures impliquant une inclinaison latérale de plus de 20° ou une translation a un OR à 5.9. ces déviations de la position neutre sont d’autant plus pathogènes qu’elles sont maintenues (Marras 1993, McGill 1997)".

Articles disponibles provisoirement en ligne.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1185 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base