ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Exercice professionnel

Ce n'est pas le mois des ondes de choc !

Rédigé par Actu Kiné le Vendredi 10 Août 2018



Après l'étude sur l'efficacité des ondes de choc sur le syndrome sous acromial, voici une nouvelle étude sur leur efficacité, cette foi-ci sur le tendon achiléen.
Une étude cotée à 8 sur l'échelle PEDRO a permis de comparer deux groupes de patients atteints d'un tendinite achiléenne chronique. 1 session par semaine pendant quatre semaines soit 4 sessions au total, un groupe avec de vraies ondes de choc et l'autre avec placebo.
Les résultats sont mesurés avec :
le score : American Orthopedic Foot and Ankle Society, et la mesure de la douleur sur une échelle visuelle analogique.

Les résultats montrent une régression des symptômes dans les deux groupes :
-3,7 points sur l'EVA pour le groupe onde de choc et -3,25 points pour le groupe placebo à 16 semaines de suivi.
20 points d'amélioration de score AOFAS pour le groupe onde de choc, 15 points pour le placebo.

Il n'est pas possible de mettre en évidence une différence de résultats entre les deux groupes.
On pourra se consoler en pensant que les effectifs sont faibles.

L'article est en accès libre :
Effectiveness of extracorporeal shockwave therapy for chronic Achilles tendinopathy: A randomized clinical trial

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2766 fois


1.Posté par JL E le 10/08/2018 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tant que les patients sont convaincus d'un risque de rupture du tendon achilléen, leur cerveau continuera à vouloir le réparer en y accumulant localement le plus d'inflammation possible. Persuader ce patient de la bonne santé de son tendon en le brutalisant avec des ondes de choc, des ultra-sons, du MTP, une batte de base-ball, ... n'a d'intérêt que si le geste est sous-tendu par un discours qui va bien.

D'où l'absence totale d'intérêt d'une administration isolée de ces ondes de chocs (sauf financièrement pour le MK qui fait des séances de quelques minutes en espérant rentabiliser un joujou basé sur le principe d'un amortisseur rudimentaire, vendu pour le prix d'une automobile neuve qui en dispose de 4, autrement sophistiqués).

2.Posté par VIEQUE le 12/08/2018 00:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
2,21Hz de fréquence pour traiter un tendon d'Achille...C'est sûr, ceux qui ont fait cette étude ont tout compris aux ODCR (RSWT)!!!
Plus la fréquence est basse, plus l'énergie part en profondeur. En traitant un TA à cette fréquence, le seul résultat qu'ils puissent obtenir est de faire un trou dans la table.

Si l'on prend l'échographie, on a la même problématique. En modifiant la fréquence de la sonde on examine soit en superficiel, soit en profondeur.
En tapant à 2,21Hz, l'onde de choc est efficace à plus de 5 cm de la surface d'impact voire plus suivant que l'on utilise une tête standard, focus ou Deep Impact...
Pour le traitement d'un tendon d'Achille humain, c'est une belle erreur qui montre bien que les auteurs ne maitrisent pas l'outil qu'ils évaluent...
C'est gênant! cela discrédite cette "étude", qui plus est avec une faible cohorte de patients.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires