ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Comment lever une charge en sécurité pour son dos ?

Rédigé par le Jeudi 19 Octobre 2017

La dernière étude de la bande à O’Sullivan est sortie hier… Elle commence déjà à entrainer des débats houleux sur les réseaux sociaux...



© bryanjhall - Fotolia
© bryanjhall - Fotolia
400 physiothérapeutes et ergonomes (terme traduit à partir de « manual handling advisors ») ont participé à cette étude où 4 photographies d’un individu sain portant une caisse leur ont été présentées : deux photos avec le dos bien droit et deux photos en "cyphose" lombaire. Des données démographiques étaient classiquement recueillies chez ces participants comme le fait de savoir s’ils avaient soufferts de lombalgie ses 12 derniers mois. Leurs croyances à propos de la lombalgie étaient évaluées par questionnaire (Back-PAQ survey) tout comme leurs opinions à propos de la manière la plus sûre de soulever une charge (“Assume the load in the box is a weight that the subject finds heavy, but possible to lift. Which lift do you consider to be the safest?” et “Why have you chosen this technique?”)


La majorité des physiothérapeutes (76%) et des ergonomes (91%) ont considéré la position droite comme la plus sûre. L’expérience d’une lombalgie dans les douze mois n’était pas associée au choix de cette posture. La profession exercée était associée aux résultats du questionnaire sur les croyances dans la lombalgie (le score des ergonomes était plus importants que celui des physiothérapeutes de 30.7 points (95% CI: -35.1 to26.3)). La moyenne au Back-PAC chez les professionnels ayant choisi la posture cyphosée était de 61.7 (SD 21.1) contre 81.9 (SD 22.7) chez ceux qui avaient choisi la posture droite (cette différence était statistiquement significative). Qualitativement, les raisons avancées par ceux ayant choisi la posture droite étaient plutôt d’ordre biomécanique alors que chez ceux ayant choisi la posture en cyphose avançaient des notions de confort et de plus grand relâchement pour effectuer cette tâche.


Tout le monde avait donc bien une réponse à cette question : amen, fin de la note…
… Oups j’ai failli oublier un dernier point qui est résumé dans l’article en ces termes : « Currently there is no in vivo evidence to support the superiority of one lifting technique as being safer than another. »



Référence

Nolana D., O'Sullivan K., Stephensond J., O'Sullivan P., Lucock M.. What do physiotherapists and manual handling advisors consider the safest lifting posture, and do back beliefs influence their choice? Musculoskeletal Science and Practice. Oct 2017. https://doi.org/10.1016/j.msksp.2017.10.010



Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3533 fois


1.Posté par sebb le 19/10/2017 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Currently there is no in vivo evidence to support the superiority of one lifting technique as being safer than another. "
Le pire Est qu'ayant cette notion depuis plusieurs années (Merci JLS), Tu continue à enseigner le soulever De charge En lordose lombaire...juste au cas où...

2.Posté par Raphaël Grellet le 20/10/2017 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis tout secoué par ce sujet de réflexion. Parce qu'il est vraiment au confluent de modèles assez différents et la réponse à cette question orientera beaucoup vers un et l'autre...

Bref, états d'âmes et élucubrations à part, quid des altérophiles ?

Il me semble que la technique de powerlifting est assez rigoureuse et ne laisse pas une très grande liberté... Si on veut arriver à soulever des poids importants.

En posant cette question en formation, on m'a répondu que la technique avait pour but de permettre le soulever de charges, mais n'avait pas de rapport avec les risques encourus. En gros, dos rond on arriverait pas à soulever le poids, mais on ne se ferait pas mal... Faudrait il alors distinguer incidence de blessures et performance ? Tout ça m'a embrouillé, avec la quantification du stress mécanique au milieu de tout ça...

Qu'en penses-tu Yannick ?

3.Posté par SCHLIENGER le 20/10/2017 01:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et donc en conclusion que doit on enseigner à nos patients lombalgisues? Faites comme vous le sentez ?

4.Posté par Yannick BARDE-CABUSSON le 20/10/2017 10:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

Impossible de répondre avec certitudes pour plusieurs raisons : il y a plusieurs cas (un "modèle" basé sur l'haltérophile est-il extrapolable à d'autres situations/populations - ne cherche-t-il effectivement pas à soulever le plus lourd plutôt qu'avec le plus de sécurité ,, etc.), les modèles d'études sont souvent in vitro, la flexion est obligatoire mais c'est son amplitude critique qui n'est pour le moment pas clairement établie, si les facteurs répétitions/charges sont facilement manipulables expérimentalement, ceux liés au contexte sont plus dur à contrôler, etc.

Un des bon papier de blog à lire est signé Greg Lehman ici

Dans un contexte de douleur chronique enfin, Ellis dit "People and things do not upset us. Rather, we upset ourselves by believing that they can upset us." - adapté, cela donnerait : ce ne sont pas les choses qui perturbent les hommes mais plutôt les jugements qu'ils portent sur les choses. Donc compléter le poids de la biomécanique par le poids de la croyance du patient... Si la croyance est forte (si flexion alors je risque de me blesser) commencer PEUT-ÊTRE par faire évoluer la croyance (fastoche à dire) avec éducation et expérimentation d'une "contrefaçon" de mouvement de flexion.

5.Posté par sebb le 20/10/2017 13:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Certains powerlifters parmis les meilleurs mondiaux font du soulevé de terre en flexion lombaire : cela diminue le bras de levier, ils peuvent ainsi soulever plus.

6.Posté par SAFIN JL le 25/10/2017 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peut être faut-il reconsidérer ce problème sous l'angle de l'existence ou non de synergies/ d'Ajustements posturaux anticipés physiologiques, plus que dans celui de la résistance structurelle directe du matériel segmentaire (cf Bogduck). Rien de pire qu'une intrusion psychoattentionnelle occupant le terrain de l'imagerie prémotrice et de l'anticipation motrice ; effet pervers du formatage ergopréventif ?...

7.Posté par Christophe DEMOULIN le 25/10/2017 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle chouette discussion !! On en parle avec différents collègues depuis plusieurs mois... Je pense que différents éléments doivent être pris en considération car l'haltérophile, qui a travaillé avec des charges de plus en plus lourdes (des mécanismes d'adaptation ont certainement eu lieu) ne doit pas être comparé à un patient lombalgique chronique qui ne s'est plus penché depuis longtemps en raison de ses peurs/douleurs; il s'agira dans ce dernier cas de lui faire comprendre (via info/educ/graded exposure in vivo) que se pencher et porter n'est pas dangereux pour le dos et il faudra, à mon sens, reprendre de telles activités (flexion du tronc et extension contre résistance (charges ou élastique) avec les genoux tendus) de façon très très progressive.

Pour Mr et Mme tout le monde, perso, je ne suggère cette position de flexion genoux + dos droit que si charge très lourde (lourd = ? dépend de la capacité de la personne), quand il s'agit d'une répétition importante de charge ou quand le sujet trouve cette façon plus confortable/moins contraignante. ...mais ce n'est que mon humble avis personnel....

Pour ce qui est des "règles de manutention", ce qui semble plus clair pour "tout le monde", c'est que les charges (lourdes) doivent être portées contre le corps et pas bras tendus (avec un grand bras de levier).

Bonne soirée à tous!

8.Posté par SAFIN JL le 30/10/2017 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"quand le sujet trouve cette façon plus confortable/moins contraignante."
Je pense que cette notion de "confort" est plus importante vis à vis des mécanismes d'anticipation motrice que la charge elle-même ; combien de patients disent s'être fait mal avant même que l'effort ait lieu, simplement au stade du geste, du "faux mouvement".

Pour ce qui est des "règles de manutention", ce qui semble plus clair pour "tout le monde", c'est que les charges (lourdes) doivent être portées contre le corps et pas bras tendus (avec un grand bras de levier).
Ce qui fait que, si les charges sont positionnées entre les pieds (dans l'axe du corps), le soulèvement en flexion lombaire, quand il est habituel, satisfait aux besoins du système dans 99% des cas.
Cordialement

9.Posté par SAFIN JL le 31/10/2017 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
https://www.youtube.com/watch?v=ZWvyLJkBrLY

Il est possible d'aller écouter ce qu'en dit Tasha Stanton (vers la 20ème minute), même si ça vaut le coup de tout écouter et pendant que vous êtes sur le sujet, Bialeski and co

10.Posté par Michel DE SAINT-RAPT le 31/10/2017 11:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il me semble, encore une fois, que, d'une part, on se réfère trop à l'haltérophilie. Quand on soulève banalement une charge, ce n'est pas seulement pour la soulever mais, la plupart du temps, pour la déplacer. Il y a donc anticipation du déplacement et de l'utilisation de l'inertie corporelle. Ce n'est pas rien.
D'autre part, on standardise sur une image assez caricaturale, culturellement prégnante. Selon les morpho-types, des choix différents sont faits. Il y a mille façon de soulever mais à nous kinésithérapeutes justement (éducation différenciée), d'orienter, de juger de la qualité de la cyphose contrôlée ou pas pour revenir ou non facilement lordose, de la qualité de l'équilibre et effectivement du bras de levier de la charge, des contraintes dominantes ( en n'oubliant pas les hanches par exemple) etc, etc.

11.Posté par SAFIN JL le 31/10/2017 14:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et un retour aux sources de "l'ante factum correction" pour les puristes,

• Bernstein, N.A. (1967). The co-ordination and regulation of movements. Oxford : Pergamon Press.
• Irina Sirotkina, Elena Biryukova. Futurism in Physiology: Nikolai Bernstein, Anticipation, and Kinaesthetic Imagination
• Latash, Mark L. (ed.) Progress in Motor Control: Bernstein's Traditions in Movement Studies, Vol. 1
• Joseph M. Feigenberg. Nikolai Bernstein : from reflex to the model of the future. Transl .: Julia Linkova. Eds .: Eberhard Loosch; Vera Talis. (http://www.lit-verlag.de/isbn/3-643-90583-3)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre