ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Comment mesurer la fatigue ? Partie I

Rédigé par le Dimanche 10 Juin 2012

Hot topic.



© emmanuel Féré - Fotolia
© emmanuel Féré - Fotolia
Il n'y a pour l'instant pas de réponse.
C'est un sujet de recherche en cours, des équipes y travaillent.
L'intérêt pour nous est de savoir que ce sujet pose question et de fait vous pouvez aussi vous la poser.
Lors d'un entraînement musculaire comment tenez vous compte de la fatigue? Que faites vous alors? Que fait le patient? Comment savez vous que votre patient est fatigué? 

On peut retenir qu'il y aurait la fatigue périphérique et la fatigue centrale. L'une modulant l'autre et réciproquement.
Notez qu'en anglais "fatigue" se dit "fatigue".


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2035 fois


1.Posté par Stephan le 10/06/2012 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2.Posté par Nathanaël le 11/06/2012 00:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est surprenant,
J'en parlais à mon boulot ces derniers jours, à propos de sémiologie et de définition du terme de la fatigue. Ca doit être la fatigue de fin d'année et l'envie de partir au soleil faire de la vitamine D anti déprime. ;)
Le vocabulaire kinésithérapique est plus prolifique sur le thème de la douleur en plus le l'EVA quantitative. On sait si on souffre physiquement, moralement ou si on a mal.
Par contre, sait-on faire la différence et le patient sait-il faire la différence entre la fatigue de lire un énoncé lambda et la fatigue de monter des escaliers ?

En tout cas, les étudiants écrivant leur mémoire que je lis ne savent pas déterminer la fatigue de leur patient et utilise ce terme comme un principe de précaution.
A quand une problématique sur la fatigue....

3.Posté par thomas le 11/06/2012 08:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
un petit passage de mon propre mémoire

"3. Fatigue

La fatigue est un autre problème intimement lié au déconditionnement. C’est une complainte commune après un AVC pour 39 à 72% des survivants (Colle et al., 2006). Colle et al. (2006) décrivent 2 sensations de fatigues. Une fatigue objective, quand la réserve d’énergie n’est pas suffisante pour atteindre le but. Une fatigue subjective, qui est une sensation d’aversion à l’effort ou d’épuisement rapide. Ils rapportent aussi 4 sortes de fatigues. La fatigue physique est musculaire. La fatigue somatique est causée par la pathologie en elle-même ou la difficulté à dormir. La fatigue mentale est liée au travail cognitif. Pour finir, la fatigue psychologique est elle liée à un manque d’intérêt ou de motivation. De façon générale, les effets de la fatigue sont multiples. Une diminution des capacités d’exercice et une augmentation du coût de la marche, des problèmes respiratoires et des problèmes de sommeil sont principalement décrits (Colle et al., 2006)."


Colle, F., Bonan, I., Gellez Leman, M.-C., Bradai, N., & Yelnik, A. (2006). Fatigue after stroke. Annales De Réadaptation Et De Médecine Physique: Revue Scientifique De La Société Française De Rééducation Fonctionnelle De Réadaptation Et De Médecine Physique, 49(6), 272–276, 361–364. doi:10.1016/j.annrmp.2006.04.009

4.Posté par Wilmot Ch. le 12/06/2012 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quand est il de l'analyse spectrale de l'interval R-R?
pour l'évaluation de la fatigue centrale (et/ou générale), couplé avec un POMS,
je pensais un temps que ça aurait pu être pas mal pour le suivi de l'état de forme de sportifs. et donc d'adapter la charge d'entrainement à l'état de forme (ou fatigue).
je ne sais pas si le sujet a été creusé depuis, ou si ça n'a pas d'intéret.
si qq1 sait, je suis curieux de savoir.

5.Posté par FORESTIER le 12/06/2012 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'utilisation (et la mesure) du phénomène de fatigue dans le domaine comportemental répond à la définition d'Enoka & Stuart de 1985. « La fatigue est une augmentation progressive de l’effort requis pour la production d’une force désirée suivie d’une incapacité progressive de maintenir cette force de manière continue ou répétée. » Sa mesure nécessite A LA FOIS l'utilisation d'outils caractérisant les modifications subjectives (effort - douleur) et objectives (commande neuromusculaire - force).
Forestier Nicolas. "Fatigue et mouvement volontaire, une histoire d'adaptations". Habilitation à Diriger des Recherches. Laboratoire de Physiologie de l'Exercice, Université de Savoie. novembre 2011.

6.Posté par Bernard DELALANDE le 14/06/2012 07:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Bonjour,
Quelques éléments de réponse :
Est-il compréhensible que le cerveau puisse nous faire croire que l’exercice devient néfaste quand il y a risque pour son (cerveau) alimentation et oxygène ?
http://www.somasimple.com/central_governor

7.Posté par moitry le 14/06/2012 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-il compréhensible que le cerveau puisse nous faire croire que l’exercice devient néfaste quand il y a risque pour son (cerveau) alimentation et oxygène ?


Il me semblait que la vascularisation du cerveau primait sur celle des autres tissus.

8.Posté par Bernard DELALANDE le 14/06/2012 13:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Bonjour,
N'est-ce pas la teneur de ma réponse ?

9.Posté par Kathleen le 21/06/2012 08:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En stage de cardiologie, j'avais l'habitude d'évaluer la fatigue de mon patient avant ma séance et après grâce à l'EVA. Comme l'échelle est numérotée de 1 à 10 cela me donnait des chiffres objectifs.

l'arrêt de la séance kiné est nécessaire et la surveillance du patient dans les minutes qui viennent. Parfois, dans le doute, la prise de tension ou l'observance du rythme ou arythmie du pouls radial.

... Beaucoup doivent souffrir de "fatigue psychologique" ou de " fatigue physique " si on en croit les " je veux pas aller en kiné, je suis fatigué aujourd’hui " " la kiné ca m'embête, je veux pas "... ou les " on arrête là, j'en peux plus ".

Peut être que comme pour la douleur, si on voulait quantifier la fatigue " musculaire " il nous faudrait une échelle comportementale ?
Avec des items comme :
* patient émettant des plaintes
* patient pâle, sueur...
* crispation de la mâchoire
* dyspnée déconcentration

Fatigue et douleur sont souvent étroitement liées, non ?

10.Posté par Bernard DELALANDE le 21/06/2012 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
L'EVA n'a pas pour objectif de mesurer la fatigue mais de mesurer la douleur ressentie par le patient pendant l’exécution d'une tache.
Si l'EVA augmente après la séance, cela objective une augmentation de la douleur mais pas nécessairement de la fatigue. On pourrai, bien sur, confondre car le patient étant incapable (à cause de la douleur) de réaliser le travail demandé, supposer que c'est à cause de la fatigue...

11.Posté par thomas le 21/06/2012 08:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bernard, l'EVA est un échelle qui peut mesurer d'autres choses que la seule douleur... comme la dyspnée par exemple...

12.Posté par Kathleen le 21/06/2012 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bernard...

L'EVA est une échelle visuelle : certes, on l'utilise habituellement pour la douleur puisqu'elle a été crée pour.

Mais si tu lis des articles de kinésithérapie régulièrement, tu constateras que beaucoup de kiné profitent de cette échelle qui ne prend pas de place, qui est objective et qui permet une évaluation directe pour évaluer la fatigue et même la dyspnée. Au point que certaines sociétés, j'ai pas le nom en tête, on refait une échelle pour la dyspnée utilisant le même principe que l'EVA.

Donc si mon EVA augmente après la séance quand je demande à mon patient :
" pouvez vous quantifier votre fatigue en déplacant le curseur .? "
( avec des mots mieux adaptés à mon patient selon son état cogntif )
j'évalue bien la FATIGUE de mon patient.

Et non, sa douleur.

13.Posté par Bernard DELALANDE le 21/06/2012 12:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Merci pour ces précisions.
ma connaissance était limitée à son utilisation pour la douleur.

14.Posté par Stephan ROSTAGNO le 21/06/2012 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'EVA est peut etre utilisé en pratique clinique pour évaluer la fatigue mais les propriétés métrologiques (validité, fiabilité, sensibilité au changement) de cet outil dans l'évaluation de la fatigue subjective n'ont pas été étudiés (si ce n'est par cette étude http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21769733, en tout cas à ma connaissance)

15.Posté par Jean-philippe REGNAUX le 21/06/2012 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires