ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Comment sauver le patient Ryan ?

Rédigé par le Mardi 13 Novembre 2018

Dois-je l’informer de l’inutilité de son arthroscopie ?



Elle est arrivée, désespérée de ne pas trouver de kiné pouvant la prendre trois fois par semaine pendant un mois. Accompagnée par son mari, sous attelle, elle évoque une dépression, des mois de scapulalgies sans rémission, deux chirurgiens ayant botté en touche avant que le troisième considère qu’il peut y faire quelque chose.
Comme les soldats devant sauver le soldat Ryan, je considère la situation Foupoudav (traduction de Fucked Up Beyond All Repair).

Qu’est-ce que j’ai été faire dans cette galère ?

Que des balles perdues à prendre à la prochaine visite chez le chirurgien (j’avais dit trois fois par semaine ! J’avais dit que du passif pendant un mois ! Comment, il ne vous prend qu’une demi-heure par séance ?  ...). Pourquoi j'ai accepté cette patiente ???

Faire de l’evidence-based-practice ?

Et indiquer à la patiente que le troisième chirurgien aurait du faire comme les deux premiers et surtout pas l’opérer, vu que l’étude du Lancet [1] a conclu qu’opérer ou faire semblant de le faire, c’est pareil.

Et que je dois à la fois prendre en charge une hypersensibilité d’origine centrale bien engrammée dans les circonvolutions cérébrales de la dame et les conséquences de la blessure chirurgicale volontairement infligée à cette épaule qui n’en demandait pas autant.

C’est pas si simple...

Pour moi, pour elle, effectivement. Ca va même être compliqué d’être utile.

Mais pour les chirurgiens ?

Ils le pensent aussi [2], mais pas pour les mêmes raisons : il y a de bons patients, des praticiens qui n’ont pas assez d’expérience, de mauvais acromions...

Références bibliographiques

[1] Beard DJ, Rees JL, Cook JA, et al. Arthroscopic subacromial decompression for subacromial shoulder pain (CSAW): a multicentre, pragmatic, parallel group, placebo-controlled, three-group, randomised surgical trial. Lancet 2018;391:329–38.

article disponible en ligne

[2] Lädermann A, Neyton L, Saffarini M, Collin P. Should clinicians integrate the findings of The Lancet's 2018 placebo-controlled subacromial decompression trial into clinical practice? BMJ Open Sport Exerc Med. 2018 Oct 4;4(1):e000454. doi: 10.1136/bmjsem-2018-000454.

Article disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 854 fois


1.Posté par didtom le 13/11/2018 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour , effectivement fréquent comme situation dans ces cas la je dis à mon patient que son chirurgien ne respecte pas la loi et ne doit ni dépasser son décret de compétences et pour le moins depuis l'an 2000 ne plus prescrire ni le quantitatif ni le qualitatif donc ne pas imposer sans justificatifs médicaux le nombre de séances par semaine !

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base