ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Exercice professionnel

Cortecs : rapport sur l'ostéopathie viscérale, parution officielle

Rédigé par le Mercredi 18 Avril 2018



Le CNOMK avait commandé un rapport sur l'ostéopathie viscérale et l'a publié le 21 mars dernier.
Le Cortecs, auteur de ce rapport le met en ligne également sur son site. Il donne le résumé et les points principaux de la démarche de travail.
Petit rappel de la conclusion générale :
« La conclusion de notre rapport est claire : aucun des concepts spécifiques à l’ostéopathie viscérale n’est fondé »

Vous pouvez sur le site formuler les questions que vous vous posez avec les règles suivantes :

Nous répondrons bien volontiers aux remarques, questions et critiques qui :

- concernent strictement le contenu de ce rapport (l’évaluation des fondements théoriques et cliniques de l’ostéopathie viscérale) ;
- nous parviennent directement (contact@ cortecs.org).
- ont un ton courtois et ne font pas d’attaque à la personne ;
- sont étayées avec des références précises et accessibles ;
- ne sont pas déjà traitées dans le rapport ou dans notre article Rapport ostéopathie crânienne − réponses aux réactions.


Rapport du cortecs sur l'ostéopathie viscérale

Remarque AK : pourquoi après un tel rapport publié par le CNOMK, existe t'il des formations prises en charge par l'agence DPC sur ces techniques en 2018 ?

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2642 fois


1.Posté par naej le 01/05/2018 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour ActuKine, Quel est l’interêt pour le CNOMK de demander un rapport à un organisme indépendant (CORTECS) sur un domaine (viscéral) d’une profession (ostéopathie) qui ne le concerne pas puisqu’elle ne fait pas partie de ses compétences ? MKDE et DO sont bien 2 professions différentes jusqu’à preuve du contraire, même si un certain nombre de diplômés MK font cette formation. L’ostéopathie ne fait pas partie du décret de compétences du MK dans le Journal Officiel RF. Cordialement

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 01/05/2018 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il pourrait être utile :

- Pour un kinésithérapeute de conseiller les patients sur la portée des techniques manuelles ostéopathiques, qu'elles soient pratiquées par un ostéopathe non-MK ou MK ? Sur des bases factuelles ?
- Pour un ostéopathe MK de connaître la portée des techniques et concepts lui ayant été dispensés lors de ses formations en ostéopathie viscérale ?

Non ?

3.Posté par larochelle le 01/05/2018 18:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Naej semble avoir la mémoire courte. Il y a encore quelques années les médecins décidaient pour les kinés !!! De tout, la nomenclature, les effectifs d'étudiants, des gestes de kinésithérapie et bien d'autres encore... Aujourd'hui, ils décident encore soyez en convaincu !
Pourquoi ? les gestes de kinésithérapie ont appartenu aux médecins à différentes époques, ce qui n'est pas vrai pour l'ostéopathie. Par contre, la plupart des gestes d'ostéo appartiennent encore à la mère nourricière, la kinésithérapie ou la physiothérapie, comme on dit maintenant. Il me semble que la remarque qu'inspire la commande d'une telle étude du CNOMK au Cortecs, ce sont les retombées pour ces professions qui sont dans une démarche d' évaluation des techniques, dans un souci de protection de la population... non ?

4.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 01/05/2018 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
larochelle : j'ai du mal à suivre le raisonnement, "hier les médecins décidaient pour les kinés, et aujourd'hui les kinés évaluent les techniques ostéo pour protéger la population "?
JLE,: le CNOMK tenterait donc d'éclairer le jugement des MKO et leurs pratiques potentiellement déviantes, et de surcroit contribuerait à l'entière connaissance des MK afin qu'ils conseillent leurs patients et les tiennent à l'écart des ostéos viscéraux ... le doute soudain m'envahit sur l'observance des conseils du MK, je me demande même si ce ne sont pas les ostéos qui conseillent ou pas de différer la rééducation à leurs patients, dans l'esprit du public en tout cas, le kiné me semble en bas de l'estrade (ce n'est que ma perception des choses) et puis si le CNOMK voulait se donner une telle mission, il y a du boulot sur la planche, l'activité sportive et les disciplines de salles de sport (pilates, stretching, cardio, RPM , etc...) l'alimentation ( les sucres, les lipides..), pour ma part je n'ai pas lu de rapport sur ces sujets autrement plus protecteurs pour la population que ce rapport sur l'ostéo vicérale et le précédent sur l'ostéo cranienne.
et enfin sur la synthèse du CORTECS, les concepts de l'ostéo viscérale sont sans fondement, dont acte et les techniques sont-elles inefficaces, dangereuses, à déconseiller ? personnellement je n'en sais toujours rien, merci au CNOMK pour cette contribution avec ma cotisation !!!

5.Posté par larochelle le 01/05/2018 19:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est la filiation entre ces professions qui est la base de la réflexion. Les ostéo ne sont pas une profession de santé, malgré leur velléité dans ce domaine; Si demain des ingénieur font le même travail et arrivent à la même conclusion va-ton critiquer leur travail ?
Les kinési sont des ingénieurs du corps humain...
C'est bien cela il y a un début à tout ! ainsi, les ostéo conseillent le recours à la kinési sur quelles bases ? Celles de concepts non validés, pour reste je suis globalement d'accord.

6.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 02/05/2018 18:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ok, mais pour être précis, si tant est qu'on puisse l'être pour dater la naissance de l'ostéopathie (1874), il est à peu près acquis que cette discipline est largement plus ancienne (le DE c'est 1946, je crois) et elle aussi issue de la médecine "manuelle" qui elle est millénaire. Quant à l'angélisme du kiné ingénieur du corps, reconnaissons que la reconnaissance master de notre D.E. en est à ses balbutiements alors que les ostéos sont eux au grade master, et enfin concernant la profession d'ostéo, à ma connaissance ce n'en est pas une, ceux qui dispensent l'ostéopathie ont obtenu une autorisation à user du titre, un point c'est tout, eux aussi sont ingénieurs du corps humain, comme les chiros et les étios ...

7.Posté par naej le 02/05/2018 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout est parfaitement résumé, merci Christophe

8.Posté par seb le 03/05/2018 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"ok, mais pour être précis, si tant est qu'on puisse l'être pour dater la naissance de l'ostéopathie (1874), il est à peu près acquis que cette discipline est largement plus ancienne (le DE c'est 1946, je crois) et elle aussi issue de la médecine "manuelle" qui elle est millénaire."
Quand on dit vouloir être précis...autant l'être...le premier cursus universitaire en physio est grosso modo contemporain à la naissance de l'osteopathie...

9.Posté par candide le 05/05/2018 20:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne cesse de m'étonner de cette guéguerre entre kinésithérapeutes et ostéopathes (qu'ils soient kinésithérapeutes ou "exclusifs"). je m'étonne surtout de l'affirmation, jusqu'ici non démontrée, que les techniques soit disant "ostéopathiques" seraient exclues du domaine de compétence des kinésithérapeutes:
- les techniques de fascias ressemblent à s'y méprendre à des techniques de massage telles que définies par la code de la santé publique, et les techniques de correction (dites manipulations) ne me semblent pas techniquement différentes des mobilisations articulaires segmentaires. la notion de thrust ou de craquement n'y change rien (voir les quelques études scientifiquement valable sur la signification du craquement).
quant à la notion d'acte "holistique", sans entrer dans un débat philosophique, réintégrer une articulation dans la fonction globale du corps
( compris les répercussions à distance) s'appelle ..... de la rééducation fonctionnelle.
-pour être précis également sur l'aspect règlementaire, n'oublions pas que le décret de 2007 ne fait que réglementer l'usage du titre, et permet à des non professionnels de santé d'user professionnellement du titre d'ostéopathe, et, PAR DEROGATION, de pratiquer certains actes relevant de la compétence des professionnels de santé. ce qui n'a pas pour effet de priver ces derniers du droit de pratiquer lesdits actes dans les limites de leurs compétences définies par le code de la santé, qu'ils soient autorisés à user du titre d'ostéopathe ou non.

10.Posté par JLS le 06/05/2018 20:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci de cette réponse à l'heure de l'obsolescence programmée du modèle neuromusculaire. Laissons ceux qui le souhaitent s'autoproclamer "ingénieurs du corps humain" et prenons le parti d'être différents en appliquant la physiologie des systèmes intégrés.

11.Posté par larochelle le 07/05/2018 07:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ne dénaturer pas les propos à votre avantage. Je sens la méconnaissance des origines de la kinésithérapie, doublée d'une méconnaissance de la définition de la profession et triplée par la non-lecture du référentiel de formation et de celui des compétences.
ce constat est habituel en kinésithérapie où sorti du massage, il n'y a pas de salut possible. quant au titre d'ingénieur, est-il nécessaire de rappeler que tout n'est pas mathématiques...(avec un "s".)

12.Posté par JLS le 07/05/2018 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ma façon d'exercer ce métier m'a valu quelques années de procès dont je suis sorti avec succès et sans l'aide de grand monde, alors je peux vous rassurer : définition de la profession, décret de compétence, etc.. je connais !
Quant à la neurophysiologie des systèmes intégrés à laquelle je fais allusion en lui accordant une importance princeps, elle nous emmène à un raisonnement clinique top down et à des choix thérapeutiques bien éloignés du "massage".

13.Posté par Manu le 15/05/2018 08:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour , étant MKDE et ostéopathe DO depuis assez longtemps, je vais vous répondre clairement à la question:
- Le CNOMK devrait s interesser aux affaires concernant les kines ( ouverture d'écoles clandestines de formation des kine en France ; écoles portugaises toujours ouvertes ; défendre ses kines face aux pressions inadmissibles de la sécu etc...)
- l'ostéopathie est bien aujourd'hui une profession catégoriquement à part dans la législation ;tant pis pour le CNOMK qui n'a évidement pas eu la compétence de défendre ses kines ,- enfin l'ostéopathie viscérale'ça marche , les patients vont mieux , et ça marche dans le monde entier depuis toujours , alors commençons par publier des rapports sur l'efficacité des massages circulatoires par exemple sur le IVMI , parce que pour ma part les œdèmes sont toujours' la après x séances de massages ...

14.Posté par larochelle le 15/05/2018 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Manu : Le"ca marche" était un propos des kinésithérapeutes dans les années 60. Les MPR de l'époque les ont critiqués et discrédités ouvertement et faute de reco ou de Cochrane, ils ont continué à travailler sans preuve de l'efficacité de leur traitement. Aujourd'hui, les kiné s'appuient sur des reco, en tout cas elles existent ! Existent-elles en ostéo ? si oui, pouvez-vous indiquer les sources ?
Actuellement, 120 médecins ont pris conscience de l'inutilité de certaines médecins alternatives qui prescrivent souvent en exercice exclusif. IL serait temps qu'ils fassent le ménage car un article de leur code de déontologie précise qu'ils ne doivent pas recourir à des pratiques non éprouvées...
La kiné qui emprunte à la médecine, y compris dans ses instances déontologiques, ferait bien d'en faire autant. Non ?
Et puis dire que l'ostéo date de 1874 c'est sûrement vrai, mais la première école de massage date de 1768.. qui veux renchérir et nous dire l'intérêt ?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires