ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Devenez le Stéphane Plaza de l’exercice physique (1/2)

Rédigé par le Lundi 13 Février 2017

Il semble exister 3 raisons pour lesquelles vous avez cliqué sur cette note :
- Vous avez actuellement un projet immobilier de transformation de cabinet de kinésithérapie en salon de massage érotique
- Vous êtes secrètement amoureux/amoureuse de Valérie Damidot et préféreriez passer par un ami à elle pour déclarer votre flamme
- Vous voudriez bien pouvoir vendre de l’exercice physique à ces feignasses de patients comme Plaza vend ses cuisines
Un constat s’impose malgré tout ; vous passez beaucoup trop de temps devant la télé au lieu de lire des articles !



© bunyos - Fotolia.jpg
© bunyos - Fotolia.jpg
Comme le slame suffisamment souvent Grand Corps en Forme :
« Le mouvement, c’est du médicament,
Bouger, c’est se soulager,
Quelques gouttes de sueur pour effacer mes douleurs,
L’exercice physique, ça me fout la tri… »

Bref… Pas besoin de vous répéter à quel point les preuves du bénéfice de l’activité physique sur la santé s’accumulent. Les Américains qui sont plus malins mais qui ont quand même Donald Trump (toujours relativiser c’est important) ont même lancé en 2007 leur campagne pro-mouvement baptisée Exercise is Medicine® (EIM)


Si tous les praticiens font de la pub pour l’activité physique et sont persuadés de ses bienfaits sur la santé, il n’en est peut-être pas de même pour les patients qui trouvent des tonnes de subterfuges pour éviter l’exercice (par exemple : « j’ai mal », « oui mais j’ai mal », « j’ai toujours mal », « ok mais j’ai mal », « j’ai vraiment mal », « vous êtes sourd ou quoi ? »). Que faire pour les convaincre de remuer leurs popotins ? Un récent article* propose quelques pistes à dévaler à toute berzingue :


1/ Ce n’est pas au vendeur que la maison doit plaire !

Les praticiens doivent proposer/encourager des activités physiques en lien avec les besoins, la motivation et les objectifs des patients (et pas en fonction de leurs propres objectifs).

2/ Les clients doivent acheter la maison au coup de cœur, pas parce qu’ils ont besoin d’un toit au-dessus de leur tête !

L’activité physique devrait être vendu par les praticiens sous un angle sexy : souvenez-vous de la phrase célèbre que Maïté n'a jamais prononcé : « pour le plaisir, pas pour mincir ».

3/ Utiliser l’argument « En plus, comme vous pouvez le voir, cette maison a une excellente isolation puisque son diagnostic de performance énergétique la situe en classe B ! » face à un employé d’EDF n’est pas franchement pertinent.

Il n’est pas certain que l’argument mentionnant l'amélioration de paramètres de santé constitue une bonne source de motivation pour le patient. Si vous décidez d’employer cet argument de vente, veillez à démontrer par des feedbacks réguliers que le patient améliore bien de tels paramètres.

4/ - « Stéphane, je crois que vais la prendre car j’ai vraiment un coup de cœur ! » - Vous ne préféreriez pas acheter la maison plutôt ?

Souvenez-vous que l’émotion est un des plus puissants moteurs de l’être humain, notamment en termes de prise décisionnelle. Oui, vous étiez prêt à voter Fillon sans froncez des sourcils et sans avoir lu son promessegrame (le document fictif où un charlot s'engage à faire plein de trucs sans chiffre, sans explication, sans instrument de mesure indépendant pour savoir si il y sera arrivé et sans validation par huissier pour justifier du salaire), tout cela sans vous rendre compte à quel point votre choix était dicté par des considérations émotives positives (vous kiffez les poils) ; puis vous avez su pour la « pauvre » Pénélope et, très en colère (émotion négative), vous avez dû changer votre fusil d’épaule. Plus clairement, les praticiens sont invités à prescrire des exercices qui font plaisir aux patients (ludisme) et à cultiver des attentes (expectations) agréables.





A SUIVRE...

Références

* Segar, M. L., Guérin, E., Phillips, E., & Fortier, M. (2016). From a Vital Sign to Vitality: Selling Exercise So Patients Want to Buy It. Translational Journal of the American College of Sports Medicine, 1(11), 97-102.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1921 fois


1.Posté par Kat le 08/05/2017 18:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le billet est humoristique c'est rafraichissant par rapport aux posts d'Estrade toujours très sérieux. Je n'ai pas de télévision mais la culture B permet de connaître Plaza tout de même. Je pense que ce qui serait plus porteur d'intérêt toutefois c'est de montrer comment motiver un patient qui ne veut rien faire. Ceux qu'on a déjà convaincu à s'allonger sur un tapis de gymnastique, c'est déjà un pari gagné ( et ce ne sera pas une vulgaire émission de téléréalité avec des arguments de vente à la con qui pourront nous y aider... ) après comme tout bon kinésithérapeute, tu lui proposeras des exercices qui lui plaisent c'est la base. Personnellement, j'ai toujours fait cela, je continue de le faire... et ca marche. On peut aussi apprendre beaucoup des patients dans ce domaine. Car tout le monde a un bagage différent de connaissances sportives et parfois y a vraiment du bon. Et puis, c'est bien pour cela, qu'on parle d'arsenal thérapeutique et non d'une méthode de kiné miracle qui guérirait tout le monde ( ca c'est les commerciaux de notre cher salon réeduca qui veulent nous le faire croire ).

PS : mettre une photo de Crunch en première page me semble contraire à la notion même de santé et de kinésithérapie.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base