ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Éduquer vos patients en préopératoire peut rapporter gros !

Rédigé par Guillaume Prieur le Lundi 18 Février 2019



Éduquer vos patients en préopératoire peut rapporter gros !
Les complications post-opératoires lors d’une chirurgie abdominale sont responsables d’une augmentation de la morbi-mortalité et du coût des soins. Ces complications ne sont pas rares car elles concernent entre 10 et 50% des patients. La kinésithérapie respiratoire post-opératoire est souvent peu efficace pour diminuer ces complications car elle est souvent initiée trop tardivement (souvent plus de 24 heures après l’opération). L’éducation en préopératoire peut avoir un impact positif sur la prévention des complications en éduquant le patient à réaliser les exercices respiratoires de façon autonome et immédiatement après l’opération.

L’objectif de cette étude multicentrique, randomisée, contrôlée était d’évaluer l’effet d’un entretien éducatif de 30 minutes réalisé par un kinésithérapeute en préopératoire (dans les 6 semaines avant l’opération) sur les complications post-opératoires. Les patients et les évaluateurs étaient en aveugle. Le groupe contrôle avait seulement un livret éducatif expliquant les exercices respiratoires à réaliser en post-opératoire et les différentes complications qui peuvent être attendues. Le groupe intervention possédait aussi le livret en plus de l’entretien. Durant cet entretien, le kinésithérapeute abordait de nouveau les différents facteurs pouvant être responsables des complications post-opératoires (anesthésie, douleur, mauvaise clairance mucociliaire etc.). Le but de l’entretien était de sensibiliser le patient à réaliser les exercices respiratoires directement lors de la reprise de conscience en post-opératoire (2 séries de 10 inspirations profondes) et de les réaliser plusieurs fois par jours. Le patient devait réaliser 3 fois les exercices respiratoires devant le kiné au court de cet entretien. 441 patients adressés pour chirurgie abdominale ont été randomisés. Ces 30 minutes d’éducation avant l’opération ont été associées à une diminution significative d’environ 50% des complications post-opératoires. Dans l’analyse globale, aucune différence entre les deux groupes n’a été observée sur la mortalité. Néanmoins, en analyse de sous-groupe, une diminution significative de 70% de la mortalité a été observée lorsque l’entretien était réalisé par un kinésithérapeute expert dans le domaine respiratoire. D’après les auteurs, il est probable que le kinésithérapeute expert avait un discours plus impactant et apporte une meilleure mémorisation des conseils par les patients. Au vu des résultats, cette prise en charge devrait être systématique pour tous les patients adressés pour une opération abdominale (et thoracique ?). La réhabilitation en préopératoire commence à se développer dans le secteur libéral, l’éducation pourrait s’inscrire dans cette prise en charge. L’expérience du kinésithérapeute dans ce domaine semble augmenter les bénéfices.

référence : Boden Ianthe, Skinner Elizabeth H, Browning Laura, Reeve Julie, Anderson Lesley, Hill Cat et al. Preoperative physiotherapy for the prevention of respiratory complications after upper abdominal surgery: pragmatic, double blinded, multicentre randomised controlled trial BMJ 2018; 360 :j5916

https://www.bmj.com/content/360/bmj.j5916 article en libre accès

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1343 fois


1.Posté par TILLY Henry le 25/02/2019 23:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Guillaume,
Je suis heureux de voir cette publication car, ayant travaillé beaucoup en chirurgie thoracique et vasculaire, pendant près de 30 ans, j'ai milité pour cette kinésithérapie pré-op, à visée éducative autant et souvent plus que thérapeutique, afin de prévenir les phases difficiles du post-op dans ces chirurgies où la fonction respiratoire, souvent déjà diminuée, est à coup sûr malmenée en post-op. Pour la chirurgie thoracique c'est déjà une évidence. Pour la chirurgie abdominale, on l'apprend vite, en particulier avec les aortes.
Ayant imaginé et mis au point des "protocoles" incluant des bilans et ayant pu suivre mes patients de bout en bout, j'ai pu rapidement convaincre mes chirurgiens du bien-fondé de cette kinésithérapie qui nous a, j'en ai acquis la conviction, transformé le post-op et permis d'éviter beaucoup de souffrances et d'encombrements et permis des rétablissements plus rapides.
H.TILLY

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires