ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Effet immédiat d'une technique de Mulligan sur la douleur d'arthroses de genou : ECR

Rédigé par Actu Kiné le Samedi 28 Décembre 2019



Aucune étude n'a évalué la technique de Mulligan de manière isolée et comparé l'efficacité relative avec des interventions simulées. Cette étude a examiné les effets immédiats des techniques de Mulligan avec une mobilisation factice sur l’échelle numérique d’évaluation de la douleur (NPRS) et le test TUG (Timed Up and Go) chez les personnes atteintes de gonarthrose.

Méthodes: Trente participants (âge moyen 55,3 ± 8,3 ans) présentant des symptômes au genou et un diagnostic radiographique d'arthrose du genou ont été randomisés en groupes simulés (n = 15) et d'intervention (n = 15).
Le groupe d'intervention (I) a bénéficié des mouvements de mobilisation de Mulligan pendant trois séries de 10 répétitions.
Pour le groupe simulé (S), la main du thérapeute a été placée sur les surfaces articulaires imitant les glissements analgésiques, sans fournir la force de glissement.
Les mesures des résultats NPRS et TUG ont été enregistrées par un évaluateur en aveugle avant et après l'intervention. Résultats: Des différences statistiquement significatives ont été identifiées entre les groupes dans la NPRS médiane (intervalle interquartile) post-intervention (groupe I de 4,00 (2,00 à 5,00); groupe S de 6,00 (4,00 à 7,00)) et scores TUG (groupe I à 10,9 (9,43 à 10,45). ); Groupe S 13,18 (10,38 à 16,00)) .
Au sein du groupe, les scores post-intervention de la NPRS et du TUG étaient significativement plus bas (p <0,05) par rapport aux scores pré-intervention du groupe intervention. Dans le groupe fictif, un changement statistiquement significatif avant et après n'a été observé que dans les scores NPRS, mais pas dans les scores TUG.

CONCLUSION des auteurs: Les techniques de Mulligan ont été efficaces pour améliorer la douleur et la mobilité fonctionnelle chez les personnes souffrant d'arthrose du genou. Les mécanismes sous-jacents aux effets observés doivent être examinés plus avant, car les participants ont signalé un soulagement de la douleur après une mobilisation factice.

Note AK : la prudence s'impose toutefois par rapport à la conclusion d'efficacité. Les thérapeutes s'étaient pas en aveugle, ce qui constitue le biais le plus important compte tenu de l'unicité de l'intervention. De plus, les intervalles de confiances montrent qu'on ne peut pas affirmer qu'il y a un effet statistiquement significatif en intergroupe, malgré la tendance à l'amélioration constatée pour le groupe expérimental par rapport au groupe placebo.

[Bhagat M, Neelapala YVR, Gangavelli R. Immediate effects of Mulligan's techniques on pain and functional mobility in individuals with knee osteoarthritis: A randomized control trial [published online ahead of print, 2019 Sep 10]. Physiother Res Int. 2019;e1812. doi:10.1002/pri.1812]url:https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31502354-immediate-effects-of-mulligans-techniques-on-pain-and-functional-mobility-in-individuals-with-knee-osteoarthritis-a-randomized-control-trial/

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 497 fois


1.Posté par Seb le 01/01/2020 22:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour , concernant votre "note" : existe-il un moyen que les thérapeutes soient en aveugle dans le cas de la Kiné?

2.Posté par Patrice PIETTE le 02/01/2020 08:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien là le problème de l'évaluation des techniques de kinésithérapie, c'est très difficile. Cela se fait lorsque les techniques ne sont pas très connues par la profession, on peu alors imaginer une procédure incluant une "fausse" technique, mais dès que la procédure est tant soit peu connue, cela devient impossible. Face à cela, les chercheurs doivent s'imposer une rigueur très stricte sur les autres composants de la méthode : allocation aveugle, évaluateur aveugle, mais aussi trois bras, une groupe contrôle, un groupe thérapie + technique testée, un groupe thérapie seule, ou encore un suivi en intention de traiter, des échantillons larges, etc. Les techniques qui apparaissent intéressante dans un essai clinique perdent leur intérêt quand la méthodologie s'améliore, c'est très fréquent, les revues de littérature de type Cochrane le mette souvent en évidence. Ces défauts peuvent apparaitre mineurs dans la conduite d'un essai mais les conséquences sont importantes, je vous invite à relire les cours de Michel Cucherat sur le sujet qui montre comment les résultats s'inversent quand on classe les études cliniques en fonction de leur méthodologie. Ici, sur un ecr, peut être que les auteurs ont raison mais cette seule étude est très insuffisante pour en être sûre.
Lecture critique et interprétation des résultats des essais cliniques pour la pratique médicale - Grand Format
Michel Cucherat

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base