ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
Efficacité des traitements

Efficacité des traitements - Rédigé par le 21/04/2010

4°- "Number-needed-to-treat" & risques Pour comparer l’efficacité de deux traitements, nous venons de voir qu’il est possible de comparer les moyennes des gains procurés par ces traitements lors de la mesure d’une variable pertinente pour leur suivi (gain sur l’EVA en moyenne de 3 avec le traitement A, 1 avec le traitement B). Des pourcentages peuvent aussi servir d’évaluateur (amélioration oui/non, EVA>2/EVA

Efficacité des traitements - Rédigé par JL E le 20/04/2010

3°- Calculer l’intervalle de confiance pour des différences entre deux moyennes Nous avions évoqué une étude comparant les effets d’un traitement actif d’endurance pour les cervicalgies chroniques avec le même traitement couplé à une mobilisation passive thoracique en dog-technic. Les EVA ont été mesurées avant et après, dans les deux groupes, avec leurs écart-types. Le groupe expérimental (passif + actif, n=27) est passé d’une EVA de 6,63 ± 1,41 à une EVA de 3,19 ± 0,83, soit un gain...

Efficacité des traitements - Rédigé par JL E le 19/04/2010

2°- Comment trouver les limites dans lesquelles se situe l'efficacité d'un traitement ? Le cours de Rob Herbert, disponible en ligne, a été publié en 2000. Mais l'Australie, c'est loin. Surtout à la rame. Mon petit doigt me dit d'ailleurs que nous n'avons pas fini de ramer, à ce sujet...Tout ce que vous trouverez en infra provient de son cours (ou de ce que j'en ai compris...). Cet homme est dangereux pour les certitudes (je ne dénonce pas, je renseigne). Trouver la variable adaptée à la...

Efficacité des traitements - Rédigé par le 18/04/2010

1°- Statistiquement ou cliniquement significatif ? Nous commencions à nous familiariser avec le petit p et sa trop fameuse borne à 0,05. Voilà t’y pas que Rob Herbert en remet une couche, juste pour nous dire qu’un petit p avec quelques zéros derrière la virgule ne suffit pas à prouver qu’un traitement soit utile pour le patient. Je m’explique : Le petit p est utilisé pour déterminer si la différence entre les groupes est susceptible d’être liée à un effet du traitement ou si...

Pourquoi les traitements inefficaces apparaissent utiles ? - Rédigé par le 06/11/2009

De bonnes raisons pour croire à mon efficacité thérapeutique Quelle que soit la thérapie, lorsque les symptômes s’amendent, les thérapeutes comme les patients ont tendance à imputer cette amélioration au traitement. Il est même souvent convenu que vérifier l’efficacité d’un traitement réputé efficace soit une perte de temps et de moyens. Du coup, les cliniciens accumulent jour après jour des impressions informelles de fiabilité diagnostique et d’éfficacité thérapeutique d’une portée limitée....