ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Est-ce que la taille et la composition des muscles paravertébraux sont associées à la lombalgie ?

Rédigé par le Lundi 23 Octobre 2017

Une revue systématique



Est-ce que la taille et la composition des muscles paravertébraux sont associées à la lombalgie ?
Cette revue systématique a examiné la relation entre la taille et la composition des muscles paraspinaux et la lombalgie.

Méthodes :

Une recherche systématique de bases de données électroniques a été menée pour identifier les études portant sur l'association entre la section transversale ou l'infiltration graisseuse des muscles paraspinaux (erector spinae, multifide, psoas et quadratus lumborum) et la lombalgie. Des données descriptives sur la conception et la méthodologie de l'étude ont été compilées et une évaluation du risque de biais a été effectuée.

Résultats :

Sur les 119 études identifiées, 25 répondaient aux critères d'inclusion. Huit études ont été rapportées comme présentant un risque de biais faible à modéré. Il y avait des preuves d'une association négative entre la grandeur de la section transversale du multifide et la lombalgie, mais des preuves contradictoires pour une relation entre lombalgie et sections transversales des muscles erector spinae, psoas et quadratus lumborum.

De plus, il y a des preuves indiquant que la dimension de la section transversale du multifide soit prédictive de la lombalgie chez les hommes durant la première année, mais qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour indiquer une relation sur de plus longues périodes.

Bien qu'il y ait des preuves contradictoires pour une relation entre l'infiltration de graisse du multifide et la lombalgie, il n'y a pas de preuve ou des preuves limitées pour une association entre lombalgie et infiltration graisseuse d’autres muscles paraspinaux.

Conclusions :

Cette revue estime qu’il y a globalement des preuves en faveur d’une section moindre des multifides dans une lombalgie, pouvant avoir un caractère prédictif sur le devenir de la lombalgie sur 12 mois, mais les preuves sont contradictoires pour une association entre la section des autres muscles (erector spinae, psoas, et quadratus lumborum) et la lombalgie. Il est nécessaire de réaliser des études de cohorte de haute qualité qui s'étendent à court et à long terme.

Commentaire AK :

Il faudra lire l'étude et consulter les études retenues pour savoir à partir de quand une dégénérescence graisseuse du multifide notable survient après le premier épisode de lombalgie. Cela conditionne la précocité de prise en charge active des patients en kinésithérapie.

Référence bibliographique :

Tom A Ranger, Flavia M Cicuttini, Tue Secher Jensen, Waruna L Peiris, Sultana Monira Hussain, Jessica Fairley, Donna M Urquhart, Is the size and composition of the paraspinal muscles associated with low back pain? A systematic review, The Spine Journal (2017), http://dx.doi.org/doi: 10.1016/j.spinee.2017.07.002.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1817 fois


1.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 25/10/2017 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A-t-on des éléments attestant du caractère réversible de la dégénérescence graisseuse?

2.Posté par Francis GRONDIN le 25/10/2017 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Christophe Cadre-Burillet
"dégénérescence graisseuse réversible" ... pas assez d'élément il me semble. Mais le % de muscle semble pouvoir être augmenter sur la surface de section de coupe au rachis cervical.
Une étude récente a été menée chez des sujets cervicalgiques chroniques post-whiplash à partir d’un programme de renforcement progressif isométrique/isotonique sur dynamomètre en flexion/extension cervicale. Leurs résultats montrent une augmentation de la CSA et une diminution de l'infiltration graisseuse qui coïncident avec l’augmentation de la force musculaire et la diminution de l’incapacité des patients (O’Leary, Jull, Van Wyk, Pedler, Elliott, 2015). Cependant, cette étude ne comportait qu’une série de 5 sujets qui présentaient une sous-catégorie de cervicalgie (post-whiplash).
Si des personnes ont connaissances d'études contrôlées-randomisées sur le rachis cervical ou le rachis lombaire je suis preneur !

O’leary, S., Jull, G., Van Wyk, L., Pedler, A., & Elliott, J. (2015). Morphological changes in the cervical muscles of women with chronic whiplash can be modified with exercise-A pilot study. Muscle & Nerve, 52(5), 772 779. https://doi.org/10.1002/mus.24612

3.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 26/10/2017 08:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Transformer le plomb en or, c'est le rêve de tous les alchimistes !

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base