ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Evidence Based Practice

Et comment ça va bien aujourd'hui ? le Global Rating of Change (GRoC)

Rédigé par le Dimanche 10 Décembre 2017

A propos de ce qui a motivé votre venue, comment ca va aujourd’hui par rapport au début de vos séances ?



Et comment ça va bien aujourd'hui ? le Global Rating of Change (GRoC)
Un score doit être rapide à réaliser, simple à comprendre, facile à noter, fiable, valide et sensible au changement.
Le GRoC possède plutôt bien ces propriétés. C’est une méthode simple pour auto-évaluer les progrès thérapeutiques en recherche comme en clinique.

Quelle question doit être formulée ?

Il est nécessaire de préciser de quoi on parle, à savoir quelle donnée sur la santé du patient est ici évoquée, et à quel moment. «Pour ce qui est de votre poignet, comment ça va depuis notre première séance ?» est susceptible d’amener une gradation différente de la question «pour ce qui est de votre poignet, comment ça va depuis qu’on vous a retiré les broches ?»

Comment doit elle être enregistrée ?

Dans l'ensemble, les échelles de 7 à 11 points semblent offrir le meilleur compromis entre la préférence du patient, la capacité de discrimination adéquate et la fiabilité test-retest.
Cette plage correspond également au nombre le plus souvent cité dans la littérature de recherche. Une caractéristique des échelles d'évaluation est que les patients ont tendance à ne pas répondre aux extrémités d'une échelle, dans ce que l'on appelle un biais d'aversion de la fin.

Les conditions du test doivent être standardisée, comme par exemple de façon rituelle à chaque début d’une séance, de semaine en semaine. Les intervalles entre chaque test ne doivent pas être trop espacés pour ne pas nuire à sa validité.

Est-ce qu’il fait sens pour le patient ?

La validité apparente (face validity) des échelles GRoC est considérée comme élevée. Il a été également mesuré les évaluations des patients à propos de l'importance d'un certain changement en même temps que de l'ampleur de ce changement. Les corrélations signalées pour ces mesures sont élevées (r = 0,72 et r = 0,90), et cette constatation appuie également la validité apparente d'un GRoC indiquant que la gradation le long de l'échelle représente un changement significatif pour le patient.

Il y a par ailleurs de fortes corrélations entre la pertinence clinique et les mesures de la satisfaction des patients (coefficients de corrélation de Spearman de 0,56 à 0,77).

Corrélations avec d’autres scores :

Des corrélations moyennes à fortes sont retrouvées avec le Roland Morris disability questionnaire (coefficient de Pearson r à 0.50), l’Oswestry (r=0.78), l’EVA (r=0.49).

Fiabilité :

Les échelles de GRoC comparées entre cliniciens et patients semblent montrer un accord acceptable : une concordance dans 87% des cas de classement en patient amélioré / patient non amélioré, un coefficient de corrélation de Spearman de 0,87 et un ICC 2,1 de 0,74.

La reproductibilité a des valeurs élevées, avec un coefficient intra-classes de 0,90 IC95% [0,84 à 0,93], dans une cohorte de sujets souffrant de lombalgie chronique.

Sensibilité au changement / changement minimal détectable

La sensibilité au changement donne une indication de la capacité de la mesure à saisir et à enregistrer l'évolution d'un patient au fil du temps. Des pourcentages de 0.2, 0.5 et 0.8 ou plus ont été désignés comme représentant respectivement une réponse faible, modérée et importante.

Le changement minimum détectable d'une mesure donne une indication du degré autour duquel les scores fluctuent en l'absence de changement réel chez le patient. La méthode de calcul de la variation minimale détectable correspond au produit de l’erreur-type de la mesure multipliée par 1,65 multipliée par √2).
Auprès de patients souffrant de lombalgie chronique, cette valeur est de 0,45 point sur une échelle de 11 points. Ainsi, seuls les changements supérieurs à 0,45 peuvent être considérés comme des changements «réels» au-delà de l'erreur inhérente à la mesure.

Changement minimal cliniquement important

Le changement qui est susceptible d'être pertinent pour un patient, d’en valoir la peine pour lui et pour les moyens mis en oeuvre pour son traitement, doit être supérieur à 1.35 points.
En gros, au delà de 2 points sur une échelle de 11.

Critique

Une critique notable des échelles de GRoC est fondée sur la façon dont les gens construisent leurs souvenirs.
En bref, les gens pourraient avoir peu de chances de se souvenir exactement d'un état ou d'une attitude antérieurs ; ils inventent plutôt une impression de combien ils ont changé en considérant leur condition actuelle et en appliquant rétrospectivement une certaine idée de leur changement au fil du temps.

C’est totalement différent de la simple soustraction d'une mesure à une autre, qui est la fonction implicite des échelles du GRoC.

Référence bibliographique :

Kamper S, Maher C, Mackay G. Global Rating of Change Scales: A Review of Strengths and Weaknesses and Considerations for Design. J Man Manip Ther. 2009;17(3):163-70.

Accès à l’article
 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1251 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base