ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Douleur

Expliquer la douleur aux fibromyalgiques

Rédigé par le Lundi 5 Septembre 2016

Pas de chance, ce n’est pas le titre du prochain Mission Impossible mais seulement le sujet d’un récent papier du British Journal of Pain*. Disons-le clairement, nous aurions préféré un bon vieil essai contrôlé randomisé face à un titre aussi alléchant. Au lieu de cela, il s’agit d’un essai purement qualitatif où les patients sont contents que l’on s’intéresse à eux et qu’on leur propose une énième nouvelle prise en charge. Peu importe au final car la force de cet article réside dans les réponses qu’il peut apporter aux questions des praticiens qui se lancent dans l’éducation thérapeutique, à savoir : « Concrètement que dites-vous ? Concrètement, que faites-vous ? »



© Ocskay Bence - Fotolia.com
© Ocskay Bence - Fotolia.com
Alors, le voilà, votre nouveau patient « fibro » de 10h30 (cette bête curieuse stigmatisée par la médecine… et pas que) vient d’arriver en salle d’attente. Après l’avoir salué, il entre et vous commencez l’interro surprise. Immédiatement, il démarre comme la Kangoo du voisin, c’est-à-dire mal : « Je suis en vrac, c’est L4/L5, mon bassin est déplacé, ma troisième IRM a montré que la seconde n’était pas nécessaire, je me demande ce que vous pourrez faire pour moi et à ma place : j’ai vu le rhumato, il pense que c’est psy et le psy… ben, il a pris lui-même un nouveau rendez-vous chez le rhumato… le centre antidouleur ? Ils sont nuls puisque j’ai toujours aussi mal », etc, etc. Pas facile. Heureusement que vous êtes tombé sur cet article : vous aurez toujours un petit quelque chose à tenter pour lui venir en aide.


S’inspirant fortement de l’approche d’Explain Pain et avec l’aide de 15 patients fibromyalgiques, Hyland et ses collaborateurs ont mis au point un modèle narratif dérivant du modèle de théories complexes (prenant notamment en compte les processus émergeants déjà abordés dans notre série « expliquer la douleur ») pour éviter de retomber dans la dichotomie « tout dans la tête (modèle psychogénique), rien dans les jambes (modèle biogénique) ».


Concrètement :

- L’analogie générale consiste à comparer le corps avec un ordinateur à la fois très intelligent et complexe (« a very clever, super-complex computer »)

- Comme avec un ordinateur, le corps peut subir deux types de problèmes : un problème de hardware (le matériel/la structure qui compose l’ordinateur/votre corps) ou un problème de software (les logiciels qui permettent le bon fonctionnement de l’ordinateur/du corps). La fibromyalgie est un problème de software qu’il va falloir changer ou plutôt reprogrammer. En effet, dans certaines situations, le corps crée des « signaux STOP » (encourageant notamment un arrêt de l’activité) qui permettent d’éviter les lésions et de promouvoir la guérison. Ces signaux incluent par exemple douleur, fatigue, nausées ou encore sensations vertigineuses. Si la personne n’est pas en mesure de répondre à ces signaux (pour diverses raisons, elle ne stoppe pas ce qu’elle fait lorsque ces signaux apparaissent), ceux-ci vont augmenter et perdurer (c’est la sensibilisation). Ainsi, le corps se sensibilise à tout ce qui peut créer un signal STOP. Finalement, on peut dire que le corps utilise de nombreuses stratégies (et donc de symptômes) pour encourager l’individu à stopper ses activités.

- En termes de traitement, il convient d’expliquer qu’il est possible de reprogrammer ce logiciel, en changeant son mode de vie avec comme idée centrale le fait de privilégier des activités ne créant pas ou tout du moins peu de messages STOP. Le travail de reprogrammation s’accompagne de stratégies thérapeutiques diverses (relaxation, exposition graduelle et exercices physiques progressifs, restructuration cognitive, conseils nutritionnel, etc.)


En piste !


 

Références

* Hyland ME, Hinton C, Hill C, Whalley B, Jones RC, Davies AF. Explaining unexplained pain to fibromyalgia patients: finding a narrative that is acceptable to patients and provides a rationale for evidence based interventions. Br J Pain. 2016 Aug;10(3):156-61.
[En accès libre ici]url:http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27583142


 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 8275 fois


1.Posté par Pastagaz le 06/09/2016 12:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si le patient (je dirai plutôt "la patiente" parce que je n'ai jamais vu d'homme fibromyalgique) me demande : "Le Hardware c'est la partie physique du corps humain (circuit imprimés = organes) et le Software c'est ce que je j'installe dans mon ordinateur, donc ce que je mets dans mon cerveau. Si j'ai un problème de software, je devrais plutôt voir un psy, pas un kiné" CQFD ^^
Bon après ce troll totalement gratuit je vous conseille la lecture des nouvelles recommandations européénnes de l'EULAR concernant la fibremyalgie : https://www.vidal.fr/actualites/19739/prise_en_charge_therapeutique_de_la_fibromyalgie_nouvelles_recommandations_europeennes_eular/

2.Posté par VincentD le 06/09/2016 12:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci Pastagaz pour le lien.
La conclusion est formelle : "Certaines pratiques alternatives ne sont pas recommandées par manque de preuves d'efficacité : biofeedback, hypnothérapie, kinésithérapie, SAM-e (S-adénosyl-L-méthionine), capsaïcine, homéopathie, visualisation guidée.
nous sommes donc au même niveau que l'homéopathie.
Quid de l'éducation thérapeutique, des exercices thérapeutiques, qui ne doivent pas être dans notre champ de compétence !!! incroyable

3.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 06/09/2016 13:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sauf erreur de ma part... c'est une erreur de l'article vidal qui résume la reco ! Il vaut mieux aller lire le papier directement car on y apprend que la kinésithérapie ne fait pas l'objet d'une analyse en elle même (le massage oui). L'exercice physique, heureusement, reste de notre compétence.

4.Posté par Yannick BARDE-CABUSSON le 06/09/2016 21:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un petit mail vient de partir chez l'auteur pour obtenir des "précisions"... wait and see !

5.Posté par Willems Christelle le 07/09/2016 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et ben moi, je le trouve plutôt pas mal ce papier!

Pour avoir tout essayé (acupuncture, micro-kiné, thérapie psychiatrique et psychologique, sophrologie, homéopathie, médecine traditionnelle, podologie, hypnothérapie et kinésiologie) j'en arrive au résultat que je suis une totale intolérante au stress!!!

Pourtant je semble quelqu'un de très zen! Mais il y a des situation pour lesquelles je ne sais pas dire NON, je sens ce STOP. et mon corps part en vrille: sommeil, douleurs, côlons, irritation nerveuse, fatigue, ...)

Mais par le passé , je ne savais pas me limiter dans mes activités.

Moi, ça me parle bien cette explication. D'ailleurs j'ai décidé de me focaliser sur ma gestion du stress! (Comme si je m'installais un nouvel anti-virus ;-) )

6.Posté par Pastagaz le 07/09/2016 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au lire de l'article originel : http://ard.bmj.com/content/early/2016/07/04/annrheumdis-2016-209724/T3.expansion.html
Je comprends qu'une majorité d'experts (> 75 %) a désapprouvé les massages, l'hypnothérapie, la chiropraxie, la capsaïcine, le biofeedback. Les thérapies physiques (acupuncture, hydrothérapie) on été "faiblement" approuvées par 93 % des experts. Concernant le traitement non pharmacologique, seule la pratique d'exercices aérobiques et de renforcement musculaire a été fortement recommandée et approuvée par 100 % des experts. Donc, vous savez ce qu'il vous reste à faire ^^

7.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 07/09/2016 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au passage, l'article Vidal vient d'être modifié par l'auteur dont la rédaction avait effectivement remplacer massage par kinésithérapie. Merci a lui pour sa réactivité !

8.Posté par Pastagaz le 08/09/2016 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Yannick ! SI maintenant on doit corriger le Vidal... restons vigilants.

9.Posté par Philippe RAULT le 15/12/2016 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A mon sens, le problème reste celui du diagnostic de FM porté par excès dans un très grand nombre de cas.
On est plus souvent face à un syndrome myofascial trop peu connu par les médecins (dont je fais partie).
Et les Triggers Points sont (assez) facilement accessibles (kinésithérapie, TENS, Laser (HILT), Dry Needling).
Les techniques d'Hypnothérapie Ericksonienne sont souvent d'une grande utilité en cas de douleurs anciennes.

10.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 16/12/2016 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bien d'accord avec vous sur le diagnostic porté en excès.
Ne pensez-vous cependant pas que ces souffrances doivent être préférentiellement regroupées sous le syndrome généraliste d'hypersensibilisation d'origine centrale plutôt que d'être étiquetées en fonction du vécu thérapeutique du praticien ?
Ces dénominations anatomiques induisent le patient en erreur et encouragent toujours sa passivité et sa dépendance.

11.Posté par Philippe RAULT le 16/12/2016 20:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Hypersensibilisation centrale probablement effectivement.
De ce fait, la Kétamine fait souvent du projet thérapeutique.
En ce qui concerne passivité et dépendance, Ok avec vous
L'hypnose est à mon avis une manière de faire bouger le patient
Dans sa tête d'abord et dans son corps ensuite :)

12.Posté par Denied MISC le 27/12/2016 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le titre de l'article aurait pu être: "Comment expliquer la Fibromyalgie aux douloureux chronques"

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base