ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cardio-respiratoire

Journée de la SKR à Marseille. Formation en kiné respiratoire

Rédigé par le Mercredi 29 Novembre 2017

Retour rapide sur la deuxième journée marseillaise de la SKR puisque la troisième aura lieu ce samedi 2 décembre.
Au programme ce samedi à Marseille mucoviscidose, aérosolthérapie, déglutition et désencombrement instrumental.



On se rappellera la journée 2016 et l’émulation autour du sujet bronchiolite avec l’idée du possible d’abandon de l’AFE. Au cours de cette journée nous avions pu assister à de très belles présentations autant sur le travail de synthèse pointu que la forme originale et surtout très pédagogique.
Ce fut le cas avec Marius Lebret qui poursuit son PhD sur les troubles du sommeil. Sa présentation était une véritable enquête pour nous montrer comment on avance dans un raisonnement expérimental : pas à pas en examinant chaque donnée sous une interprétation soignée.
Les syndromes d’apnées du sommeil (SAOS) toucheraient de 2 à 4% de la population Les muscles de l’oropharynx sont parfois mis en cause dans ce syndrome. Or les musiciens qui jouent d’un instrument à vent auraient cette musculature plus développée parce qu’ils la sollicitent pour jouer.
La question était donc de connaitre la prévalence des SAOS chez les musiciens selon leur instrument à vent.
Il faut tenir compte du geste, de la position de la langue, du bec.
D’un instrument à l’autre les résultats sont variables.
La hanche double pourrait développer de manière plus importante cette musculature.
Milo Puhan avec le didgeridoo avait obtenu des résultats positifs.
 
La stimulation électrique du nerf hypoglosse et des muscles montre une nette diminution des syndromes d'apnée du sommeil à 12 mois mais si la stimulation électrique est retirée se pose le problème du maintien des acquis. Les mécanismes d'action ne sont pas forcément bien identifiés.
Il y aurait un remaniement histologique ou une amélioration de la fatigabilité des muscles. Le remaniement anatomique des voies aériennes supérieures et ou un muscle qui se corticalise davantage.
 
Pierre Conil avait fait une belle présentation sur l'hyperventilation qui pourrait concerner 10 % de la population. Le signe majeur de ce syndrome est l’hypocapnie avec des symptômes très particulier comme des paresthésies des doigts.
Le questionnaire  reste une très bonne évaluation du syndrome d'hyperventilation. Il faut bien prendre le temps d'expliquer au patient, banaliser le syndrome, dédramatiser, travailler la respiration thoracique, la respiration abdominale.
Il faut noter une grande disparité entre les formations continue sur ce sujet.
 
Yann Pendeuliau sur la réhabilitation respiratoire en pratique de ville aurait pu occuper tout l’après midi tant le sujet est important.
Retenir les conditions  particulières d'exercice. Le côté multidisciplinaire à prendre en compte pour relier toutes les professions de santé : infirmière psychologue diététicienne qui travaillent en ville. C'est pour cette raison que le développement d'outils de communication est très important. Et des comptes rendus au médecin traitant, des lettres de suivi à tous les acteurs qui tournent autour du patient. L'éducation thérapeutique pose aussi des difficultés si elle n'est pas s'intégrée à un réseau ou reliée à l’ ARS. Enfin le problème le plus important reste la cotation la nomenclature et la légalité de la cotation de ses actes. Il semblerait que la cotation avec AMK8 soit difficilement modifiable le risque de poursuite est réel. Le médecin traitant doit aussi s'habituer à faire des ordonnances spécifiques. Pour la cotation une discussion avec les médecins conseils de la sécurité sociale est tout à fait envisageable. Au final il reste la sécurité du patient qui doit être assurée avec un minimum de monitorage une bonne connaissance de ses antécédents et un lien direct avec le médecin les services de secours.
 
Aymeric le Neindre a fait une présentation toujours très précise très argumenté et très vivante de l’échographie utilisée par la kinésithérapeute pour l'évaluation et le suivi des patients respiratoire. Il a passé en revue différents outils peu connus des kinés pour l'évaluation des patients respiratoire en particulier l'auscultation numérique qu’Alda Marquez avait bien étudiée en 2009. La tomographie par impédance électrique.. Aymeric a bien montré que l'usage de l'échographie dans le domaine respiratoire apporte une quantité d'informations nouvelles, tout à fait accessible au kinésithérapeute puisqu’à la fois outil d'évaluation et de suivi voire même d'entraînement et éducatif.


Inscription journée 2017

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 737 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires