ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Kinésithérapie virtuelle à distance

Rédigé par le Vendredi 14 Septembre 2018



Kinésithérapie virtuelle à distance
Septembre 2027 : le Président des physios-cyborgs étasuniens a réclamé auprès de l’encéphale de Donald Trump, président suprémaciste éternel, le droit à la première intention pour la prise en charge des patients autrefois envoyés chez le kiné par leur médecin prescripteur.

Le Président de l’APTA (American Physical Therapy Association) a objecté à juste titre que les physios-cyborgs, contrairement aux physios humains, n’avaient pas de titre universitaire et n’étaient pas certifiés MDT.

Un tweet présidentiel, provenant du milieu intérieur stabilisé du Data Center de la Maison Blanche dans lequel baigne le cerveau présidentiel, a donné raison au cyborg :

- L’algorithme décisionnel dédié à la reconnaissance des gestes et postures pathologiques bénéficiait d’une reproductibilité inter-cyborgs parfaite,
- Les facultés d’apprentissage des cyborgs sont incomparablement plus élevées que celles des humains grâce à la comparaison en quelques milli-secondes des mouvements mis en mémoire après analyse des patients précédents,
- Le coût du traitement est grandement diminué par le remplacement de l’interface humaine par Siri.

Août 2018. Cette étude de cas s’est intéressée à la faisabilité d’une prise en charge hands-off à distance :

Les troubles musculo-squelettiques de trois patients ont été évalués et traités par un physiothérapeute via une vidéo en live sécurisée. L'évaluation était évidemment basée sur l'observation du mouvement plutôt que sur la palpation.

Dans chaque cas (lombalgie, cervicalgie, épicondylalgie), l'évaluation mécaniste en ligne a identifié une sous-classification spécifique avec une préférence directionnelle.

Procédure

La consultation virtuelle a utilisé une application cryptée conforme à la norme HIPAA que les patients ont d'abord téléchargée sur leur smartphone.
Une diffusion vidéo en temps réel sous licence a été utilisée à partir d’un cloud privé pour assurer la sécurité des données. Le protocole de sécurité comprenait des pare-feu, une connexion sécurisée pour les patients avec un nom d'utilisateur / mot de passe unique et un cryptage pendant les sessions sur tous les services.

Les consultations ont eu lieu via un accès direct aux services de physiothérapie. Avant de réserver un rendez-vous, le patient a signé son consentement, complété ses antécédents médicaux, son EVA, son pain drawing et son PSFS.

Le patient a alors programmé un rendez-vous.

La session vidéo en direct a commencé après que le clinicien et le patient aient appuyé de concert sur le bouton de démarrage.
Les patients avaient accès à une vidéo en plein écran du clinicien sur leur appareil intelligent et à une petite image d’eux-même, afin de voir si leurs mouvements étaient bien visibles pendant l'évaluation.

Résultats

Tous les patients ont signalé une amélioration des symptômes et de leurs déficits en moins de quatre connexions et tous ont maintenu une réduction des symptômes après trois mois.

Références bibliographiques

Turner A. Case Studies in Physical Therapy: Transitioning A "Hands-On" Approach into A Virtual Platform. Int J Telerehabil. 2018 Aug 3;10(1):37-50. doi: 10.5195/ijt.2018.6253.

Article disponible en ligne

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 707 fois


1.Posté par Robert BOINI le 14/09/2018 23:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
aout 2018: cette partie est aussi un poisson d'avril ? ( de rentrée)

2.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 15/09/2018 08:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Evoquer l'encéphale de Trump est effectivement un poisson d'avril. Personne ne s'y trompe. Mais le journal de téléréhabilitation existe bien et il y est écrit sans rire que "The basis of the mechanical assessment was observation of movement rather than palpation".

C'est peut être là où les cyborgs vont avoir l'avantage sur les humains : quand le patient enfilera sa seconde peau connectée, la goniométrie de toutes les articulations sera accessible immédiatement au robot. Peut être même qu'un biofeedback des principaux groupes musculaires superficiels sera mis en ligne. L'arrivée de la masse de ces notions risquent de saturer le cerveau du physio humain universitaire certifié, alors que pour le cyborg...

Comme disait Reiser : on vit une époque formidable !

3.Posté par Louiskine le 16/09/2018 21:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Génial.
Du coup maintenant j'économise un local avec table de massage et gym équipé, je travaille depuis chez moi tranquille, finis les mauvaises odeurs de certains (no sweat, no gain), finis mes mains poisseuses de crème... et du coup je peux ouvrir une cabine d'acceuil pour patients dans une zone surdotée si je vis dans une zone intermédiaire?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base