ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Épaule

L'hypothèse vasculaire de la dégénérescence du supra-épineux

Rédigé par le Dimanche 29 Juillet 2012



L'hypothèse vasculaire de la dégénérescence du supra-épineux
Est-ce que la longueur des sarcomères pourraient être responsable des tendinopathies non-traumatiques du supra-épineux ?

Un article de Pathophysiology qui reprend la théorie de la nappe tendineuse du supra-épineux qui serait étirée à cause de la gravité et de la position usuelle bras le long du corps.

L’allongement systématique des fibres provoquerait le clampage des micro-vaisseaux nourriciers et conduirait à une diminution de la trophicité du muscle, stratégiquement à l’endroit même de la plus grande mise en tension, un facteur encourageant les tendinopathies. Les auteurs proposent une nouvelle théorie de rééducation à partir de ce fait.

L’article n’est pas en accès libre, mais plusieurs articles anciens approchent le sujet et le sont.

Références bibliographiques

Fırat T, Türker T. Is the long sarcomere length responsible for non-traumatic supraspinatus tendinopathy? Potential novel pathophysiology and implications for physiotherapy. Pathophysiology. 2012 May 25. Article sous presse.

Résumé de l’article disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1415 fois


1.Posté par Fred S le 29/07/2012 01:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je me pose souvent la question suivante :
Pourquoi parmi les patients que nous croisons dans notre exercice et qui présentent une douleur d'épaule dont l'origine se situe au niveau de l’espace sous-acromial, il y a plus de personnes qui travaillent sur un poste informatique que de peintres en bâtiment qui peignent des plafonds toute la journée?

2.Posté par raslesp le 30/07/2012 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"je me pose souvent la question suivante :
Pourquoi parmi les patients que nous croisons dans notre exercice et qui présentent une douleur d'épaule dont l'origine se situe au niveau de l’espace sous-acromial, il y a plus de personnes qui travaillent sur un poste informatique que de peintres en bâtiment qui peignent des plafonds toute la journée? "
Simple "biais de recrutement"?

3.Posté par handcrafter le 31/07/2012 15:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Projection de la tête en avant (pour voir l'ecran souvent trop bas) avec enroulement des épaules (cf attitude pour ecrire sur clavier) associe a une hypotonie des fixateurs de la scapula (pas bon tonus postural chez les informaticiens, trop souvent assis). Du coup projection de l'épaule en avant et vers le haut sous l'action du petit pectoral qui vient projeter la coiffe sur l'acromion qui les enflamme. Si on ajoute un poste de travail mal adapté c'est banco!!! Voilà mon avis.

4.Posté par Francis G le 02/08/2012 23:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La seule hypothèse mécanique me semble restrictive. Il faut considérer :
- le facteur biopsychosocial qui est plus significativement présent chez des sujets souffrants de conflit sous-acromial (van Rijn, 2010) au même titre que le facteur mécanique (répétitif, de force ou encore postural que vous abordez).
- le facteur histologique (dit intrinsèque), la tendinose : une rupture non traumatique est par définition dégénérative (HAS, 2008). « Les ruptures aiguës sur tendon antérieurement sain sont rares »(HAS, 2008). Aussi, les lésions sont souvent à la face profonde où prédomine la tendinose ce qui semble exclure dans certains cas le facteur mécanique postural par exemple (désolé je n'ai plus l'étude en tête). Et Quid de l'activité (comme les peintres) ou de l'inactivité sur la dégénérescence tendineuse et sur la douleur ?

Enfin, du peu que j'ai pu lire, la physiopathologie de la douleur ne semble pas claire. Une rupture n'est pas systématiquement symptomatique avec par exemple des lésions échographiques asymtomatiques présentent chez 23 % d'une population de sujets âgés de 50-59 ans (Tempelhof et al., 1999).


[URL= "http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20094690"] van Rijn RM, Huisstede BM, Koes BW, Burdorf A. Associations between work-related factors and specific disorders of the shoulder--a systematic review of the literature. Scand J Work Environ Health. 2010 May;36(3):189-201. Epub 2010 Jan 22. [/URL]

[URL= "http://www.has-sante.fr/portail/plugins/ModuleXitiKLEE/types/FileDocument/doXiti.jsp?id=c_658444"] Haute Autorité de Santé. Prise en charge chirurgicale des tendinopathies rompues de la coiffe des rotateurs de l’épaule chez l’adulte. 2005. [/URL]

[URL= "http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10471998 "] Tempelhof S, Rupp S, Seil R. Age-related prevalence of rotator cuff tears in asymptomatic shoulders. J Shoulder Elbow Surg. 1999 Jul-Aug;8(4):296-9. [/URL]

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



DisKiné