ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Communication

La fasciathérapie : droit de réponse

Rédigé par le Mercredi 13 Décembre 2017



Mesdames, Messieurs, chers confrères et consœurs,
 
Vous avez relayé à plusieurs reprises sur votre site des informations émanant de la MIVILUDES assimilant la fasciathérapie méthode Danis Bois à une dérive sectaire :
     
En 2012 ; l’Association Nationale des Kinésithérapeutes Fasciathérapeutes (aujourd’hui dénommée FasciaFrance), qui représente les professionnels pratiquant la fasciathérapie méthode Danis Bois, a porté plainte contre la décision de la MIVILUDES d'assimiler la Fasciathérapie à une pratique sectaire.
Le 7 décembre 2017, la cour administrative d’appel de Paris a rendu l’arrêt suivant : « Les informations concernant la fasciathérapie ne doivent plus figurer dans le guide « Santé et dérives sectaires » publié par la mission interministérielle de vigilance contre les dérives sectaires (MIVILUDES) en avril 2012. »
Vous pouvez consulter l’intégralité du jugement sur le site Légifrance.fr
 Ce jugement considère que la MIVILUDES a fait une erreur d’appréciation, celle-ci étant incapable de fournir des preuves pouvant justifier sa position envers la fasciathérapie.
Par conséquent, la fasciathérapie n’aurait jamais dû figurer dans ce guide et les praticiens qui l’exercent, ainsi que son fondateur D. Bois, ont été suspectés à tort.
 En relayant ces informations sur votre site Actu Kiné, vous avez participé à faire circuler ces fausses informations et alimenter ce climat de suspicion.
 Nous vous demandons donc aujourd’hui de bien vouloir rectifier ces informations erronées et ainsi de supprimer de toutes vos pages toute information susceptible d’associer la fasciathérapie méthode Danis Bois, ou son fondateur Mr D. Bois, à une dérive sectaire ou à défaut de publier un communiqué sans équivoque disant clairement que la fasciathérapie méthode Danis Bois, ou son fondateur Mr D. Bois, n’ont aucun lien avec une dérive sectaire.
 Votre site relayant des informations basées sur les faits, nous ne doutons pas que vous accéderez légitimement à notre requête. Nous comptons également sur votre esprit confraternel pour contribuer à donner une information éclairée et juste aux nombreux masseurs-kinésithérapeutes qui consultent votre site.
Nous vous remercions de votre coopération et restons à votre disposition pour vous fournir toute information sur ce dossier.
 Bien confraternellement.
 
FasciaFrance
Anouk SERRE, présidente de l’association FasciaFrance
contact@fasciafrance.fr
07-56-96-46-86

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1870 fois


1.Posté par Seb le 15/12/2017 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Si je comprend bien, Il ne faut plus dire que la fasciatherapie méthode Dany Bois Est possiblement une dérive sectaire mais l'avis du CNOMK reste valide?
La fasciatherapie méthode Dany Bois Est une dérive thérapeutique?

2.Posté par Boini le 15/12/2017 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah oui, bonne question !

3.Posté par Paul MERCY le 15/12/2017 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on peut dire que c'est tout pourri ?

4.Posté par Bérénice le 15/12/2017 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Contrairement à ce que vous écrivez, l’avis du CNOMK de 2012 ne mentionne pas que la fasciathérapie est une dérive sectaire ou thérapeutique. Relisez le texte.

5.Posté par Jean Christophe Villiot-Danger le 15/12/2017 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Presque on pourrait les remercier de faire bouger les lignes.
Parce que oui, ils ont raison, fascia n'est pas une dérive sectaire. Les critères ne correspondent pas tout à fait.

Merci donc pour ce correctif qui vient d'allumer une nouvelle réflexion dans nos esprits déjà bien encombrés.

On va en parler à la MIVILUDES, car nous pensons que le concept de dérive sectaire est dépassé.

Les pseudos en tout genre (sciences, médecines) ne fonctionnent plus de cette manière si vous regardez la séquence d’embrigadement d'une secte par exemple.
D'ailleurs le phénomène d’embrigadement est lui aussi dépassé puisque ils n'ont plus besoin d’appâter les populations, ce sont les gens eux mêmes qui vont vers les pseudo sciences et pseudo médecines.

Par contre un terme nouveau est à créer, nous y réfléchissons.
Le terme de "dérive thérapeutique" de Seb est pas mal mais il ne décrit pas le phénomène en son cœur.
Il faut trouver quelque chose de plus fort. Qui rende compte de l’imprégnation profonde qui se repent à vitesse grand V dans nos sociétés.
Un voile obscur tombe sur la science.

Finalement ça donnerait envie de poursuivre la série sur les pseudo sciences tout ça...

Bon, en fait le terme on l'a sous le coude, il est calé, le tout c'est de l'expliquer calmement...
On s'y met.

6.Posté par seb le 15/12/2017 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui a parlé de l'avis de 2012?pas moi en tous les cas...bien tenté...

" A ce jour la pratique de la « fasciathérapie méthode Danis Bois », de la « microkinésithérapie », de la « kinésiologie », de la « biokinergie » et de « l’ostéopathie crânienne » constituent pour chacune de ces techniques une dérive thérapeutique et contrevient aux règles déontologiques. "
C'est ici :
http://www.ordremk.fr/wp-content/uploads/2017/05/AVIS-CNO-n2016-02.pdf

7.Posté par Bérénice le 18/12/2017 14:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je prends acte (@Seb). J’ignorais que le CNO avait modifié l’avis initial de 2012.
Admettez quand même que les soupçons concernant le caractère sectaire de la fasciathérapie ont été balayés par l’arrêt de la cour de justice le 7 décembre 2017. Cela devrait d’un point de vue éthique, moral, déontologique vous interpeller. Le fait d’accuser une pratique de dérive sectaire pendant des années, sans preuves est pour le moins non déontologique et pseudo scientifique.

Il reste la question de dérive thérapeutique que vous soulevez et qui pose effectivement problème à toutes les approches non conventionnelles, puisque le mot « dérive » ici, ne se rapporte pas à un comportement déviant, contrairement à la dérive sectaire. C’est la différence entre les deux. Le conseil de l’Europe n’a pas mentionné une pratique particulière, et si je me réfère à ce que dit le CNOMK, il s’agit d’une règle en rapport avec la scientificité des approches et en rapport avec la méthodologie de recherche utilisée.

Face à cette décision du CNOMK, six grands problèmes se posent qu’il faut prendre en considération : un problème d’épistémologie, de procédure, de nombre de travaux susceptibles de reconnaissance, de transition innovante, la reconnaissance par consensus professionnel, le manque de robustesse juridique de la dérive thérapeutique au plan Européen .

1. Le problème d’épistémologie : La question est plus compliquée qu’il n’y paraît et il faut réfléchir sur ce qu’est la science et de quelles sciences parlons-nous. En effet, pour vous, il n’y a qu’une seule science qui vaille alors qu’il existe plusieurs sciences validées et fiables. La méthodologie de recherche scientifique ne se limite pas à l’expérimental, randomisé etc. Les approches mixtes associant le qualitatif et le quantitatif sont également reconnues comme des démarches scientifiques rigoureuses.

2. Concernant le problème de la procédure qui définit ou non la scientificité d’une approche. En tant que scientifique, je reste perplexe sur la méthodologie d’évaluation qui a été réalisée pour définir la scientificité ou non d’une approche. Vous conviendrez qu’il faut améliorer les procédures d’évaluation et qu’elles soient faites par des organismes scientifiques reconnus par l’état et habilités à le faire ce qui n’est pas le cas actuellement (INSERM, CNRS, HAS).

3. Quel est le nombre de recherches et de publications à partir duquel une approche pourra être considérée comme suffisamment étayée scientifiquement. La fasciathérapie, est probablement l’approche manuelle qui fait le plus d’efforts pour répondre aux exigences de la science (une vingtaine de masters et de thèses de doctorat réalisés dans plusieurs universités françaises et étrangères, plus 3 publications dans PubMed qui semble être vôtre référence et un grand nombre de publications internationales dans des revues indexées). Malgré cela, elle reste considérée en France et essentiellement en France une approche non scientifique. Et vous allez même plus loin en la considérant comme pseudo scientifique.

4. Concernant la dynamique d’innovation des approches. La façon dont vous vous y prenez élimine toute innovation scientifique en matière d’approche thérapeutique car quelle que soit l’innovation thérapeutique sérieuse, elle sera pendant une période de transition qui dure environ une dizaine d’années, considérée comme une dérive thérapeutique avant d’être reconnue. Ne serait il pas pertinent de laisser une période probatoire aux approches qui se revendiquent de la démarche vers la science de quelques années, avec une évaluation annuelle avant de l’affubler du vocable de dérive thérapeutique ?

5. La reconnaissance par consensus professionnel. Dans ce cas, le politique prime sur la science. C’est le cas par exemple de la kinésithérapie ou de l’ostéopathie qui sont des disciplines qui jusqu’alors n’ont pas une reconnaissance scientifique effective. Dans cette dynamique on n’est pas à l’abri de « favoritisme ».

6. Le manque de robustesse juridique de la dérive thérapeutique au plan Européen : Malgré les recherches que j’ai effectuées sur la réglementation à laquelle se réfère le CNOMK pour dénoncer les dérives thérapeutiques, je n’ai trouvé aucune référence. Si vous avez des informations ce serait bien de les communiquer sur ce fil de discussion. Il ne s’agit pas à ma connaissance d’un décret ou d’une décision, mais simplement d’un rapport. Je n’ai pas trouvé sur le site du parlement européen de texte qui définit la dérive thérapeutique. Rien n'est défini sur le plan européen concernant les médecines complémentaires. On trouve même plus de questions essayant d'uniformiser la reconnaissance et la pratique. Si vous avez des informations, j’attends de votre part les documents officiels sur lesquels le CNOMK s’appuie.

8.Posté par seb le 19/12/2017 11:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Qui est ce "vous"?
Je suis un kiné lambda, votre réponse pour moi n'est que du bla bla. Tout ce qui m'intéresse est si oui ou non la fasciathérapie Dany Bois a montré son efficacité versus placebo dans une étude clinique.

9.Posté par Bérénice le 21/12/2017 06:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Seb,
Il faut cesser de faire courir le bruit que la fasciathérapie n’a pas de recherches cliniques selon le critère biomédical. Elles sont trop nombreuses pour être présentées ici de façon exhaustive. J’ai relevé cependant un certains nombre de recherches randomisées issues le plus souvent de masters en kinésithérapie réalisés dans des pays étrangers et donc des recherches indépendantes et non pas internes et qui démontrent l’efficacité signifiante de la fasciathérapie par rapport à l’effet placébo ou par rapport à d’autres techniques.
Impacts de la fasciathérapie MDB sur la vascularisation :
1. Vous trouverez sur PubMed une argumentation théorique très poussée qui explique en quoi et comment la fasciathérapie MDB a un impact sur la vascularisation : Vascular Fasciatherapy Danis Bois Method: a Study on Mechanism Concerning the Supporting Point Applied on Arteries, Bernard Payrau, Nadine Quéré, and Danis Bois (2011)
2. Encore sur PubMed vous trouverez un article sur l’impact de la fasciathérapie MDB sur la turbulence sanguine que l’on retrouve chez les personnes en situation de stress : Fasciatherapy combined with pulsology touch induces changes in blood turbulence potentially beneficial for vascular endothelium. Queré N, et al. J Bodyw Mov Ther. 2009.
3. Un master en kinésithérapie réalisé en Belgique démontre dans une étude randomisée menée avec un écho doppler, l’impact de la fasciathérapie Méthode Danis Bois sur le flux artériel chez des patients diabétiques de type II. 2012 publié dans mains libres revue suisse de physiothérapie en 2015 N°4.
4. Et enfin, toujours sur PubMed vous trouverez une étude randomisée qui montre l’effet de la fasciathérapie méthode Danis Bois sur l’anxiété (on sait que le flux vasculaire est influencé par l’anxiété et le stress). Fasciatherapy and Reflexology compared to Hypnosis and Music Therapy in Daily Stress Management. Bernard Payrau, MD, MT, Nadine Quere, MSc, PT, MT, Elisabeth Breton, MSc, Christine Payrau, MD in International Journal of Therapeutic Massage and Bodywork – Volume 10, Number 3, September 2017

Quelques autres exemples de recherches cliniques randomisées provenant de masters réalisés dans le cadre d’universités étrangères et qui ont fait l’objet de publications dans des revues internationales.
1. Un seul traitement en fasciathérapie méthode Danis Bois chez des sportifs jeunes avec une entorse sub-aigüe de la cheville. Effets sur la vascularisation des tissus, sur la proprioception, la coordination neuromusculaire et sur la force musculaire et la douleur. Decoene E., Verdegem J., P. Roosen, P. Rosier, P. Sercu, K. Vanden Borre, R. De Ridder, N. Mahieu – (2011) Département des Sciences de la Réhabilitation et de la Physiotherapie, Université, de Gand (Belgique).
2. Évaluation des effets des techniques de fasciathérapie et d’énergie musculaire dans le traitement de la lombalgie commune chronique chez les chauffeurs de bus libanais adultes. Chahine M., Halimi M. (2012). Mémoire de fin d’études de Physiothérapie. Université Saint Joseph de Beyrouth (Liban).
3. Différence de la perception de la maladie chez des patients avec des dorsalgies et cervicalgies: la kinésithérapie vs la fasciathérapie. G. Maes (2012). Mémoire de master en sciences de la réadaptation et de physiothérapie, Département des sciences de la réadaptation et de la physiothérapie, Université de Gand (Belgique).
4. The influence of a single fasciatherapy treatment (Danis Bois®) on the muscle strength of young sportsmen with a subacute ankle sprain. P. Roosen, P. Rosier, P. Sercu, K. Vanden Borre, R. De Ridder, N. Mahieu, Department of Rehabilitation Sciences and Physiotherapy, Ghent University, Ghent, Belgium, 9000, European college of fasciatherapy, Temse, Belgium and CERAB Paris

Pour les autres recherches je vous renvoie sur le site fascia France http://fasciafrance.fr/fascia-recherche/ ou sur le site http://cerap.org qui répertorie aussi les travaux de recherche externes
Donc je vous renvoie à ma question précédente, à partir de combien de recherches estime-t-on qu’une approche est scientifique ? Car dans le cas de la vascularisation, toutes les conditions sont remplies pour montrer l’efficacité de la fasciathérapie méthode Danis Bois (argumentation théorique solide ; résultats randomisés signifiants ; expérimentaux, (écho doppler) ; résultats réitérés partiellement ; cohortes suffisantes ; application sur des pathologies ; référencement de haut niveau).

Les autres recherches présentent des indices signifiants sur l’efficacité de la fasciathérapie en comparaison avec d’autres techniques.

Étant moi même relectrice chez Elsevier pour valider ou non des études, je connais les rouages qui permettent d’accepter ou de refuser une recherche. Comme je vous le disais, la notion de scientificité demande à être discutée.

Comme vous le constatez, nous sommes loin d’une pseudoscience.

10.Posté par Bernard DELALANDE le 21/12/2017 09:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
somasimple
Vraiment loin de la pseudoscience ?
Est-il possible de toucher un fascia sans toucher la peau ?

11.Posté par Paul M le 21/12/2017 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pubmed, mot cle fasciatherapy = 3 items

-Fasciatherapy and Reflexology compared to Hypnosis and Music Therapy in Daily Stress Management. : rapidement dans le résumé, on peut observer que les patients "stressés" choisissent leur groupe de traitement. donc leur engagement est déjà fort.Et effectivement, leur anxiété est diminuée. Comme un massage, non ? Je ne vois pas le rapport avec la circulation.

Fasciatherapy combined with pulsology touch induces changes in blood turbulence potentially beneficial for vascular endothelium.:
16 patients, 8 normotensé et 8 hypertensifs,ça ressemble à des groupes ? et puis après, en fait , il s'agit de comparer les effets massage, et fasciatherapie sur 1 seul groupe. Bof.

-Vascular fasciatherapy danis bois method: a study on mechanism concerning the supporting point applied on arteries :
Là il ne s'agit que de tentative de théoriser de M Bois. Je vous invite à visiter son site.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires