ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
International

La formation en Australie en 2007, petits reportages pour voir...

Rédigé par le Samedi 21 Avril 2012



Voici une série de vidéos qui ont été publiées sur le web en juillet et août 2007, lors d'un séjour en Australie. Nous les reprenons sur ActuKiné sans trop de détails et avec les commentaires originaux réalisés en 2007. Ces vidéos avaient été diffusées sur le blog de Kinésithérapie, la revue (il est actuellement fermé).

Je tiens à nouveau à remercier tous les étudiants, enseignants et professionnels rencontrés au cours de ce séjour qui m'ont laissé filmer les cours ou autorisé la prise de photo pour leur diffusion. Merci pour votre accueil et votre envie de partager.

Arrivée à Sydney

Première vue du frenchie

Premier reportage : Présentation de la faculté de santé de l'Université de Sydney

Présentation du campus et de l'école de Physiothérapie de l'Université se Sydney

Deuxième reportage : La formation Initiale : Bachelor et Master

Présentation de la formation initiale à Sydney et le développement des masters.

Troisième reportage : Un exemple de Travaux pratique en neurologie

Présentation d'un TP en Neurologie. Vous pourrez voir qu'un support de TP écrit est distribué à chaque TP. Qu'il est complété au cours du TP que des résolutions de problèmes sont proposées et que l'enseignant complète les réponses par des vidéos réelles.

Quatrième reportage : Un exemple de Master en formation continue

Présentation d'un cours de Master pour des professionnels ayant au moins 2 d'exercice professionnel. les supports de cours structurés théoriques et à compléter sont distribués systématiquement. Les cours sont interactifs avec une évaluation en continue. Les enseignants ont des niveaux de PhD

Cinquième reportage : De Sydney à Adelaide

Un peu de tourisme pour visiter le pays de son fauteuil et s'imprégner de l'atmosphère...

Sixième reportage : Visite de l'Université d'Adelaide

Présentation de la formation initiale à Adelaide, école historique de la naissance de la Thérapie Manuelle avec Maitland. Une clinique de patients est présente dans l'école. Vous verrez aussi un peu de raisonnement clinique car Mark Jones est enseignant ici.

Septième reportage : Un master sur l'épaule du sportif à Adelaide

Présentation du raisonnement clinique et d'un TP de Master de kinésithérapie du sport offert aux professionnels ayant au moins 2 ans d'exercice professionnel. Le TP traitait des problèmes d'épaule chez les lanceurs (au-dessus de la tête). Le cours part de la palpation du sub-scapulaire et se termine par un cas clinique.
Vous pourrez voir des exemples concrets de ce cours.
Merci à Mary Magaray pour la permission de filmer; de même que pour les étudiants internationaux présents.

Huitième reportage : Visite de l'Université de Melbourne et de l'école de physiothérapie

Présentation d'une des plus grandes Université d'Australie. Vous visiterez le campus et l'école de physiothérapie

Neuvième reportage : L'apprentissage par résolution de Problème

Un exemple concret d'apprentissage par résolution de problème à Melbourne. Vous verrez comment est structuré cet apprentissage et les supports de cours utilisés. Les cas cliniques sont des situations réelles avec des vidéos. Les étudiants s'organisent avec secrétaire de séance à chaque fois. Une séance en groupe, une séance à distance et une séance de debriefing.

Dixième reportage : Les clinical school

Un reportage à l'hôpital de Austin à Melbourne. L'école de physiothérapie a mis en place un système de stage spécifique qui est en train de devenir une référence sur tout le continent : les "clinical school". Il s'agit de faire entrer les cours dans l'hôpital avec des enseignants intégrés à l'équipe pédagogique et payés par l'école travaillant à l'hôpital. Les étudiants suivent des cours spécifiques, des cas cliniques, et doivent produire également des cours. C'est une version plus poussée des terrains de stage et plus structurée en terme de compétence à acquérir. Ces clinical school existent pour les médecins et les infirmières à Melbourne.
Vous visiterez un peu un hôpital aussi.

Onzième reportage : les masters postgradués et le "Melbourne Model"

Vous verrez sur ce reportage les différents masters accessible en formation continue et les spécialisations possibles. La présentation du "Melbourne Model" qui était en train de se mettre en place.

Douzième reportage : La pédagogie à l'Université de Melbourne

Vous verrez l'emploi du temps des étudiants qui laisse beaucoup de temps pour apprendre et étudier et la résolution de problème et la connexion avec un TP et ses supports de cours. Toujours les supports de cours à compléter et les cas cliniques en TP. Les étudiants faisant également des études sur la pédagogie au sein de l'école. Un dynamisme puissant ressenti durant ces 3 jours avec des enseignants spectateurs et acteurs.

Treizième reportage : Les technologies de l'information à Melbourne

C'était en 2007, donc sans doute très en retard par rapport à ce qui est fait en 2012 mais c'est une information. Surtout la connexion avec les ressources hospitalières et la quantité d'informations qui est structurée de manière pragmatique en peu de clics.

Quatorzième reportage : visite de l'Université de La Trobe et de son école de Physiothérapie

Présentation de l'Université de La Trobe avec son école de Physiothérapie. Vous verrez les locaux et les moyens de recherche disponibles. Les publications des enseignants sur les murs des couloirs aussi.

Quinzième reportage : Retour à Sydney et visite de PEDro et de l'enseignement de l'EBP

C'est le retour à Sydney, vous verrez l'endroit où était situé PEDro en 2007 à l'Université de Sydney avant de migrer au George Institute.
Vous verrez aussi comment l'EBP est présent dans l'enseignement dès la deuxième année (les étudiants connaissent la "taille de l'effet" à ce moment -là !). Nous terminerons par le groupe de recherche (avec dans la même salle des pointures mondiales qui sont là une fois par semaine. Je n'en croyais pas mes yeux), et le bureau de Louise Ada, rédactrice en chef du journal australien de physiothérapie (maintenant journal de physiothérapie).

Seizième reportage : Master de Thérapie Manuelle à Sydney

Dernier reportage à Sydney dans un master de manipulation proposé aux praticiens après au moins 2 ans d'exercice. Ce master est couplé aussi avec celui sur le sport. Vous verrez encore le raisonnement clinique, les cas cliniques concrets et la manière de construire ses décisions sur des arguments objectifs.

Fin du voyage

La formation en Australie en 2007, petits reportages pour voir...
Voilà la fin des reportages vidéos de ce séjour estival 2007 (même si c'était l'hiver chez eux). Je suis revenu avec une valise de documents et de supports de cours, mais aussi avec énormément de contacts de personnes qui souhaitent partager et collaborer. Espérons que les français ne voient pas cela comme une sorte de comparaison mais simplement comme un moyen de partager et de travailler ensemble. L'avenir dira si nous sommes prêts à cela.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4400 fois

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

21.Posté par Francois GAUME le 29/04/2012 14:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Concernant les vidéos: un autre monde...! ça fait rêver !
Concernant la dénomination de la profession: bien sur qu'il faut la changer ! au minimum supprimer "masseur", c'est certain! et au mieux la remplacer par "physiothérapeute" avec une campagne de sensibilisation auprès du public (pas une campagne de "pub" comme les misères que le conseil national de l'Ordre nous a fait subir...) pour faire connaitre nos vraies compétences, comme la thérapie manuelle !
Pour cela il faut faire pression++ auprès de nos "instances", ordre, syndicats, ministères...mais j'ai la désagréable impression que personne parmi les dites-instances ne souhaite vraiment une telle évolution... Seule l'ostéopathie est (trop) d'actualité en ce moment...

20.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 28/04/2012 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"mastère de moniteur-cadre en masso-kinésithérapie"
Arf... une dénomination parfaite pour stagner encore quelques décennies, ou comment se tirer une balle dans le pied en référant au champ sémantique des arpètes (moniteur, masseur, cadre), c'est quand même stupéfiant que des gens cortiqués puissent proposer de telles anneries... Ou bien c'est de l'humour !

Bonne pioche.
M'enfin, Jean ?????
Si tu as du Tippex, je te fait une photocopie du diplôme quand tu veux. Et en plus, c'est un collector.

19.Posté par thomas le 28/04/2012 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ou bien c'est de l'humour !

ben un peu de second degré ne fait pas de mal, si ? ;-)

18.Posté par MOITRY le 28/04/2012 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
on s'eloigne du sujet, mais bon puisque la discussion est engagfe la dessus, je pense que le fait de changer le nom de la profession, et de passer de masseur kinesitherapeute à physiothérapeute serait peut etre (aussi?) l occasion d 'attirer l 'attention mediatique sur notre profession et d 'en profiter pour faire passer le message de l evoiution vers laquelle nous souhaitons tendre.

17.Posté par Kineblog le 28/04/2012 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sans aller jusqu'à promouvoir une nouvelle marque de "physiotherapeute", qui outre sa nouveauté chez nous présente quand même pas mal d'inconvénients (dont celui de renvoyer au terme "physiothérapie", qui évoque une certaine "kiné mains libres", mal armée scientifiquement, qui est parfois un pis-aller pour les moins scrupuleux d'entre nous et souvent un expédient pour augmenter la profitabilité... ou la pénibilité de l'exercice ), vouloir et obtenir la disparition du masseur devant kinésithérapeute serait déjà, sinon une immense avancée pour la profession, à tout le moins la levée d'un frein conséquent (car souvent inconscient) pour notre crédibilité auprès des représentants des pouvoirs publiques.

16.Posté par elgogroup le 28/04/2012 11:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pas faux, mais c'est justement l'objet d'être "physiothérapeutes" dans l'avenir, dénomination internationale qui plus est, plutot que Masseur-Kinésithérapeute qui est plus que mal connoté aux yeux des patients, après des décennies de pratiques approximatives sans justification scientifique. On ne savait peut-être pas trop faire autrement avant, mais désormais nous ne pouvons plus nier, donc allons vers l'excellence et l'EBP. Et ces discours pédago ont trop souvent montré leurs limites, je suis d'accord. Rapprochons nous du terrain.

15.Posté par Kineblog le 28/04/2012 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"mastère de moniteur-cadre en masso-kinésithérapie"
Arf... une dénomination parfaite pour stagner encore quelques décennies, ou comment se tirer une balle dans le pied en référant au champ sémantique des arpètes (moniteur, masseur, cadre), c'est quand même stupéfiant que des gens cortiqués puissent proposer de telles anneries... Ou bien c'est de l'humour !
Comprenez bien qu'au delà des contenus plus ou moins élaborés et pertinents c'est surtout ce qui est marqué dessus qui est important : à ce titre l'essor, la pérennisation, et le succès de la marque "ostéopathie" devrait vous interpeller ou vous enseigner, car avant de consommer des faits, des idées, des objets ou des services, nous consommons surtout une marque, un quasi-slogan tout plein d'une promesse... la plupart des grosses boites ne se démominent plus par l'énumération de leurs activités, demandez-vous pourquoi !
Masso-kiné Actu, Actumasso-kiné... que nenni, un peu de cohérence chers confrères.

14.Posté par elgogroup le 27/04/2012 19:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et pourquoi ne pas passer directement en France au Master de Physiothérapie avec utilisation de tests validés, diagnostics différentiels, bilans ciblés selon les pathologies données et étudiées en cours, études de cas, recherches avec Pedro des méta-analyses sur les pathologies étudiées, utilisation en stages cliniques des outils validés scientifiquement, etc...une vraie approche professionnelle quoi, pas du gavage d'infos comme trop souvent en IFMK, et une façon de rendre les élèves autonomes pour leur avenir professionnel. Peut-être faudrait-il se rapprocher des besoins rencontrés dans le monde professionnel (notamment les pathologies les plus souvent statistiquement rencontrées) pour définir un programme cohérent pour des MK qui se dirigent à 80% vers le libéral? Ca rendrait sans doute les mK moins désarmés lorsqu'ils commencent à travailler...car le manque d'outils pour soigner les patients est criant pour les nouveaux diplômés. Il est alors souvent plus simple de se tourner vers des boites a outils théoriques prémachées et apparaissant comme "miracles" que d'avoir une démarche scientifique. C'est cette approche qu'il faut enseigner, et les méthodes pédagogiques actuelles en France en sont loin...

13.Posté par yannickbarde le 27/04/2012 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut copyrighter votre idée les gars !

12.Posté par thomas rulleau le 27/04/2012 18:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
pourvu que ton idée ne soit pas récupérée pour faire une formation commune aux autres paramédicaux... genre moniteur-cadre de santé :-)

11.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 27/04/2012 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellente idée ! Je propose de l'appeler le mastère de moniteur-cadre en masso-kinésithérapie.

En plus, s'il pouvait y avoir une période probatoire sous forme d'un approfondissement des connaissances en technologie de base préalable à l'enseignement de la pédagogie et, aller, une semaine à 15 jours de mise à niveau par domaine abordé (traumatologie, rhumatologie, neurologie, statistiques...) par quelques MK un peu pointus dans leur domaine, un stage en IFMK et un mémoire de recherche à la fin, ce serait top !

10.Posté par Philippe BLOCH le 26/04/2012 15:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dans quelques IFMK, certains profs mettent en place de la pédagogie par problème, ainsi que des cours plus participatifs pour les étudiants, où les étudiants se retrouvent acteurs de leur formation et non simple usagers du cours. Le problème étant que cette démarche ne s'inscrit pas dans la maquette pédagogique de l'établissement mais est uniquement du fait de l'initiative personnelle de certains enseignants.

Du coup, comme certains prof appliquent cette démarche et beaucoup d'autres non, (quand je parle de démarche, je ne parle pas juste de la pédagogie par résolution de problème mais de l'ensemble de la "pédagogie participative", ce que les anglophones appellent le "student centered learning (SCL)", enfin c'est pas exactement pareil, le SCL regroupe plus de chose mais bon bref) les étudiants ne s'y retrouvent plus, c'est très difficile, quand on sort d'un cours de 2h où un prof récite non-stop au mot près ce qu'il y a écrit sur son powerpoint, d'enchainer avec un autre cours de 2h où un autre enseignant s'est cassé la tête pour faire un cours où les étudiants peuvent participer et retrouver des éléments de cours par eux-même. Les étudiants du coup n'adhérent pas à la démarche et l'enseignant est frustré.

Pour moi, j'estime que la faute n'est pas à mettre sur le dos des enseignants qui devraient "voyager plus", les solutions pourraient exister en France, d'ailleurs certains enseignants essayent déjà sans forcément avoir eu besoin d'aller en Australie pour ça. La faute est à mettre sur le compte de l'ensemble du fonctionnement pédagogique des IFMK, je ne parle pas ici de réingénierie du diplôme ou du contenu du programme, mais bien de pédagogie, et des solutions pourraient exister, on parle beaucoup de la création de nouveaux Master 2, pourquoi pas un M2 enseignement ? Qui apporterait comme compétence le fait de pouvoir dispenser des cours dans les IFMK et apprendrait les techniques de pédagogie participative que M. Trudelle nous présente dans ces vidéos. La pédagogie ça s'apprend, c'est pas pour rien que la science de l'éducation existe.

9.Posté par voyage en australie le 25/04/2012 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Belles vidéos , c'est très intéressant à regarder.

8.Posté par le groumellec le 25/04/2012 17:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pendant 3 ans nous avons demandé à nos enseignants en IFMK des résolutions de problèmes, des approches en TP sous forme de diagnostics différentiels avec des outils validés...et bien nous n'en avons eu qu'aux examens...affligeant.

7.Posté par moitry le 24/04/2012 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le système des clinicals schools est vraiment une super idée et plein de bon sens ; comment est il possible qu'en France les instituts délèguent 50 % de la formation aux terrains de stage et qu'ils montrent aussi peu d'intérêts pour toute cette partie de la formation... Cela nécessite une participation financière des universités à la formation sur les terrains de stages. Quel est le coût des études en physiothérapie en Australie ? Vraiment plus qu'en France ?
En tout cas ces reportages sont très enrichissants. Merci

6.Posté par Pierre Trudelle le 22/04/2012 21:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci
Pour les APR (Apprentissage par résolution de Problème) Merlbourne est très en avance sur le sujet en Australie et c'est étendue aux médecins, infirmières, etc. Une grande partie de l'enseignement passe par cette approche. C'est porté par les enseignants aussi...
Du côté francophones, l'Université de Liège réalise une petite partie de son enseignement par cette approche. Il y a des approches sporadiques dans certains IFMK mais à une petite échelle. Les enseignants devraient voyager...

5.Posté par yannickbarde le 22/04/2012 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très intéressant effectivement car cela permet de se faire une idée de la méthodologie pédagogique employée, de l'omniprésence du raisonnement clinique, du niveau d'équipement (...), ... et du boulot qu'il reste à faire chez nous!

4.Posté par thomas rulleau le 22/04/2012 20:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est vraiment très intéressant de revoir ces documents, particulièrement l'apprentissage par résolution de problèmes!
est-ce spécifique des écoles de physio ? est-ce spécifique de ce grade d'étude ?

3.Posté par LIONEL ROYER le 22/04/2012 19:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci

2.Posté par Michel GOURGUES le 22/04/2012 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En France dans 30 ou 40 ans, on aura même pas le monopole de' la marcho-thérapie" .

1 2
Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires