ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Evidence Based Practice

La manipulation vertébrale cervicale in vivo

Rédigé par le Mercredi 12 Septembre 2018

C’est pas encore dans votre cabinet que vous allez pouvoir le déterminer, mais avec cette étude, vous saurez au moins ce qu’il s’y passe



Les auteurs se sont donné pour objectifs de caractériser les forces manuelles et l’écartement des facettes au cours de la manipulation vertébrale cervicale et d’évaluer les modifications des résultats cliniques et fonctionnels après manipulation.

Ils avaient émis l'hypothèse que la douleur rapportée par le patient diminuerait et que l'amplitude des mouvements intervertébraux augmenterait après la manipulation.

12 patients souffrant de cervicalgie aiguë, dont 8 femmes de 40 ± 15 ans de moyenne d’âge se sont prêtés au jeu articulaire.

Indicateurs

Importance des déplacements articulaires, force et vitesse requises lors de la manipulation, amélioration de l’amplitude active après manipulation, EVA.

Pour déterminer avec précision l’amplitude active, les sujets ont effectué flexion / extension, rotations et inclinaison latérale, assis dans un système de radiographie biplanaire.
Des radiographies synchronisées ont été collectées à 30 images / seconde pendant 3 secondes lors de chaque mouvement.

La version utilisable en clinique pourrait être exposée en 2035 au Mondial de Rééducation lorsque tous les kinésithérapeutes auront fini de payer le crédit de leur échoscope couleur.

Méthodes

Des radiographies biplanaires pulsées (?) d'une durée de 2 milli-secondes synchronisées ont été collectées à raison de 160 images / seconde pendant 0,8 seconde lors de la manipulation.

La manipulation a été effectuée par un chiropraticien expérimenté & agréé (mais faut pas le dire à Demorand et à Dumas), en utilisant une technique directe sur les articulaires.

Patient en décubitus, le chiropraticien contacte du pouce l’articulaire douloureuse et place le cou en légère extension, inclinaison latérale homolatérale et rotation controlatérale à l’appui du pouce. Le niveau articulaire le plus sensible et le plus résistant à la palpation était manipulé.

Pour les 5 derniers sujets, deux capteurs de pression placés sur le pouce du chiropraticien ont enregistré la contrainte 160 fois par seconde.

Après manipulation, tous les participants ont répété le test complet des amplitudes actives et l’EVA.

Une modélisation informatique a été utilisée pour déterminer le mouvement des os avec une précision inférieure au millimètre.

La distance entre les facettes était calculée comme la distance moyenne entre les surfaces de deux facettes articulaires adjacentes.

Les changements pré-post-manipulation ont été évalués à l'aide du test de Wilcoxon.

Et alors ?

L’écartement des facettes a augmenté de 0,9 ± 0,40 mm lors de la manipulation, à la vitesse moyenne de 6,2 ± 3,9 mm / s.

Le pic de force maximale était de 65 ± 4 N, une force de 440 ± 58 N / s étant subie par le segment articulaire (ça me semble beaucoup ??).

L’EVA est passée de 3,7 ± 1,2 avant manipulation à 2,0 ± 1,4 après manipulation (p <0,001).

La mobilité intervertébrale a augmenté immédiatement après manipulation :

- De 1,2º (p = 0,006), 2,1º (p = 0,01) et 3,9º (p = 0,003) respectivement dans les segments C4 / C5, C5 / C6 et C6 / C7 pendant la flexion / extension,
- De 1,5º (p = 0,028), 1,9º (p = 0,005) et 1,3º (p = 0,050) dans les segments C3 / C4, C4 / C5 et C5 / C6, respectivement, pendant rotation,
- De 1,3º (p = 0,034) et 1,1º (p = 0,050) aux segments de mouvement C4 / C5 et C5 / C6, respectivement, pendant l’inclinaison latérale.

La rotation globale de la tête par rapport au thorax augmentait après manipulation de 8º (p = 0,023), 10º (p = 0,002) et 13º (p = 0,019) en flexion latérale, rotation axiale et flexion / extension.

La séparation articulaire mesurée à 0.9 ± 0.4 mm sur le segment ciblé et de façon moindre ou identique sur les segments adjacents correspond à plus du double de la séparation articulaire maximale observée lors de la flexion extension de sujets sains.

En conséquence, il est possible d’affirmer que cette technique mobilise au delà des amplitudes physiologiques actives.

Référence bibliographique

Anderst WJ, Gale T, LeVasseur C, Raj S, Gongaware K, Schneider M. Intervertebral Kinematics of the Cervical Spine Before, During and After High Velocity Low Amplitude Manipulation. Spine J. 2018 Aug 21. pii: S1529-9430(18)31085-4. doi: 10.1016/j.spinee.2018.07.026. Article en pré-publication.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2487 fois


1.Posté par ANDREW le 18/09/2018 09:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On s' en doutait depuis longtemps et maintenant on a la preuve…..

2.Posté par Sylvain le 18/09/2018 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un travail mené par une équipe pluri-disciplinaire, avec plusieurs chiropracteurs.
Comme quoi on peut unir nos forces plutôt que d'avoir des querelles de clocher.

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base