ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

La prise de paracétamol n'a pas d'incidence sur la guérison dans la lombalgie aiguë

Rédigé par le Lundi 10 Novembre 2014



© kbuntu - Fotolia.com
© kbuntu - Fotolia.com
Cet essai prospectif multicentrique Australien paru dans le prestigieux Lancet a impliqué 235 praticiens de première ligne Sydneyites (181 généralistes, 50 pharmaciens, et 4 physiothérapeutes).

Pour entrer dans l'essai, les patients devaient avoir une douleur lombaire d'au moins 6 semaines précédée par une période sans douleur d'au moins au mois, avec ou sans douleur dans le membre inférieur, et avec une intensité de douleur au minimum modérée.

1650 patients lombalgiques aigus ont ainsi été répartis dans 3 groupes (ayant tout trois bénéficié de conseils et de réassurance). Un groupe a pris du paracetamol 3 fois par jour pendant 1 mois (n=550), un groupe a pris du paracetamol quand le patient le jugeait nécessaire (n=549), et un groupe placebo (n=553). Le dosage journalier était quasiment le même pour les 2 groupes paracétamol.

Les patients devaient prendre leur traitement jusqu'à leur rétablissement ou pendant 4 semaines.
Le critère de jugement principale était donc le temps nécessaire jusqu'au rétablissement du patient (qui correspondait à une douleur de 0-1 sur une échelle de douleur pendant au moins 7 jours consécutifs).

A ce jeu là, il n'y a pas de gagnant entre les 3 groupes.
Enfin, il y a un perdant, c'est le paracétamol, qui, jusqu'à maintenant, était recommandé comme analgésique lors des prises en charge en première intention des patients lombalgiques aigus. Il était d'ailleurs peut être recommandé à tort puisqu'aucun essai de ce type n'avait été mené auparavant.
Au niveau des mesures de suivi secondaires (intensité de la douleur, incapacité fonctionnelle, évaluation global du changement des symptômes, qualité du sommeil, et qualité de vie), il n'y aussi pas de différences notables entre les 3 groupes, à aucun moment durant 3 mois de suivis.

Commentaire ActuKiné:
Un essai préalablement enregistré pour éviter les tricheries, contrôlé par placebo, randomisé de manière imprévisible, avec un double aveugle solide, une inflation du risque alpha maitrisée, un contrôle des participants perdus de vue, et une analyse en intention de traiter... C'est du solide.
Cela ne veut pas dire que le paracetamol est un anti-douleur inefficace de manière générale. Il est, en effet, efficace pour certains état douloureux comme en post-opératoire; mais pas pour la lombalgie aiguë.
Vous pourrez aussi remarquer que les physios ont été impliqués dans cette étude financée par le National Health and Medical Research Council of Australia.
Pour rappel, les phyios Australiens, faisant suite au britanniques, ont désormais le droit de prescrire certains médicaments, pour décharger les médecins et lutter contre les problématiques liées à la grandeur et la densité du territoire.
A ce propos, l'Australian Physiotherapy Association organisait le 01 novembre dernier, un webinar sur le sujet du droit de prescription médicamenteuse des physios et de ses perspectives.

Référence
Williams CM, Maher CG, Latimer J, McLachlan AJ, Hancock MJ, Day RO, Lin CW. Efficacy of paracetamol for acute low-back pain: a double-blind, randomised controlled trial. Lancet. 2014 Jul 23. pii: S0140-6736(14)60805-9.

Résumé disponible en ligne

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1031 fois


1.Posté par Jacky OTERO le 10/11/2014 10:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pas de différence significative sur le résultat final : ok ne s''améliorent pas plus vite avec.
Mais sur le confort de la periode algique aussi ? Ou pas évalué ?

2.Posté par Nicolas S le 10/11/2014 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Au niveau des mesures de suivi secondaires (intensité de la douleur, incapacité fonctionnelle, évaluation global du changement des symptômes, qualité du sommeil, et qualité de vie), il n'y aussi pas de différences notables entre les 3 groupes, à aucun moment durant 3 mois de suivis.

3.Posté par Le marchand Bruno le 10/11/2014 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
N'a pas d'effet dans la guérison de la lombalgie SUBaiguë (>6semaines /chronique>3 mois) : d'accord,mais c'est un antalgique efficace avec peu d'effets indésirables. De manière individualisée, il peut permettre une antalgie à court terme (6h).Les recommandations dans la lombalgie commune aiguë (

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 11/11/2014 16:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On va finir par se rendre compte que les antalgiques sont efficaces quand le cerveau le juge nécessaire ?

5.Posté par Yannick Barde-Cabusson le 11/11/2014 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais c'est déjà démontré depuis longtemps Jean-Louis ;)... par exemple, la suggestion verbale peut aller jusqu'à renverser l'action d'un médicament (si je remets la main sur des études je poste cela dans mon coin du placebo ; de mémoire cela concernait l'oxyde nitreux il me semble).

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base