ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

La protection musculaire joue-t-elle un rôle dans la perte de mobilité de l’épaule dans la capsulite ?

Rédigé par le Lundi 23 Juillet 2018



Figure extraite de l'article
Figure extraite de l'article
Contexte et objectif

La capsulite idiopathique (ou épaule gelée) est une cause fréquente d'invalidité prolongée, caractérisée par l'apparition spontanée d’une douleur avec restriction progressive des mouvements de l'épaule. Bien que l’évolution soit favorable avec une guérison spontanée, la durée moyenne des symptômes peut s’étendre jusqu’à 30 mois.

L'inflammation, la fibrose et la rétraction des structures capsulo-ligamentaires de l'articulation gléno-humérale sont considérés comme responsables des signes et des symptômes associés à l'épaule dite gelée, cependant, l’anatomo-pathologie de cette affection n'est pas entièrement comprise.

L’objectif de cette série de cas était d’étudier l’éventuelle responsabilité d'une composante musculaire de protection dans la restriction des mouvements chez des patients avec capsulite.

Méthode

L'abduction passive de l'épaule et l'amplitude de rotation externe ont été mesurées chez des patients devant subir une chirurgie de libération capsulaire pour une épaule gelée, avant et après une anesthésie générale.

Patients :

Cinq patients (3 femmes ; âge de 51 à 64 ans ; durée des symptômes de 6 à 30 mois ; scores SPADI de 67 à 87), souffrant de restriction globale douloureuse des mouvements passifs de l'épaule et devant subir une intervention de libération capsulaire se sont portés volontaires pour cette étude

Mesures :

Couchés sur le côté opposé à l’épaule concernée, bras dans un cadre muni d’un dispositif permettant la mesure de la rotation externe et du couple de force nécessaire à l’obtention de l’amplitude maximale ; l’amplitude d’abduction était obtenue sur photos numériques, par la mesure de l’angle à l’intersection d’une droite horizontale de référence et d’une droite passant par l’acromion et l’épicondyle latéral.

Déroulement :

Le jour de la chirurgie pour l’inclusion des patients dans l’étude, mesure des amplitudes actives et passives de flexion, abduction, rotation externe coude au corps au goniomètre, et rotation interne main dans le dos au mètre ruban, établissement du score SPADI.

Puis, mesures de l’abduction passive et de la rotation externe passive avec le couple de force correspondant en décubitus latéral opposé, et répétition de ces dernières mesures au bloc opératoire sous anesthésie avant intervention.

Résultats

Amélioration des amplitudes passives

- d’abduction : l'abduction passive a augmenté après l'anesthésie chez tous les participants, avec des augmentations allant de 55° à 110°, selon les patients, par rapport aux amplitudes pré-anesthésiques
- de rotation externe : pour trois des participants avec des augmentations d’amplitudes passives après anesthésie allant de 15° à 40°, selon les patients, par rapport aux amplitudes pré-anesthésiques

Conclusion des auteurs

Cette série de cas de cinq patients avec un enraidissement de l’épaule les promettant à une chirurgie de libération capsulaire montre que la protection musculaire active, et pas seulement la rétraction capsulaire, peut être un facteur contribuant à la restriction du mouvement devant un tableau clinique de capsulite.

Ces résultats montrent la nécessité de reconsidérer ce que l’on pense actuellement de l’anatomo pathologie de l'épaule gelée… mais demandent à être confirmés sur une série de patients plus importante.

Références

[Hollmann L, Halaki M, Kamper SJ, Haber M, Ginn KA. Does muscle guarding play a
role in range of motion loss in patients with frozen shoulder? Musculoskelet Sci
Pract. 2018 Jul 6;37:64-68. doi: 10.1016/j.msksp.2018.07.001.]url:http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29986193

Une vidéo de l'intervention peut-être visualisée sur le compte Twitter du premier auteur [Luise Hollman]url:https://twitter.com/luisehollmann

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1387 fois


1.Posté par Le Formal le 23/07/2018 06:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Encore une piste à suivre avant l'incision. Très intéressant!

2.Posté par JL E le 23/07/2018 12:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il n'est pas dit ce que deviennent les amplitudes des 5 patients une fois qu'ils sont réveillés de l'anesthésie générale. Je parie qu'ils retombent à leurs amplitudes avant AG.

Je vais désormais bonimenter chaque patient avec une CR en les persuadant que leur articulation n'est bloquée que par leur cerveau, article à l'appui. On verra bien.

3.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 26/07/2018 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
au bout du compte, les patients ne sont pas opérés ? juste anesthésiés et mobilisés? et on ne s'inquiète pas de l'évolution des gains obtenus, à une semaine, 4 semaines et 12 semaines?
si la question est de savoir si la protection musculaire joue un rôle dans la perte de mobilité passive de l'articulation douloureuse, on n'enfonce t-y pas des portes ouvertes !!!
ce qui m'aurait intéressé sur la capsulite c'est : est ce que la résolution est spontanée et à quel horizon ? est ce que la rééducation est un traitement profitable? est ce que la chirurgie (anesthésie + ou - injection de sérum phy ou corticoides) est un traitement profitable et à quel stade?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base