ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
International

La santé aurait-elle un coût?

Rédigé par JP R le Lundi 15 Février 2010



DR actukine.com
DR actukine.com
Le rapport entre le soin et le coût est devenu, pour une société, une préoccupation et fait souvent la une de nos informations. Quel est l'impact d'une politique de réduction des coûts sur la mortalité ?
D'après l'Organisation mondiale de la santé (WHO), l'accident vasculaire cérébral (AVC) est la deuxième cause de mortalité des individus de + de 60ans dans le monde et la cinquième cause pour les personnes agées de 15 à 59 ans lien, ici. Réduire la mortalité constitue une priorité pour nos politiques de santé.
Tung et Chang ont récemment examiné le taux de mortalité des patients admis pour AVC dans les hôpitaux de Taiwan entre 1987 et 2007. Ils ont examiné l'impact sur la mortalité à 30 jours, d'une politique de réduction des coûts mise en place à partir de 2002. Une relation a été trouvée : le taux de mortalité a augmenté dans ce pays avec la diminution des remboursements ! Sans doute, le système de santé est-il différent, la comparaison reste difficile, mais... n'empêche que les économies ont été aussi faites sur la qualité générale des soins : restriction des budgets de formation du personnel, sous emploi, recrutement de personnel sous-qualifié. Est-ce vraiment si différent de chez nous ?

Tung YC, Chang GM. The Effect of Cuts in Reimbursement on Stroke Outcome. A Nationwide Population-Based Study During the Period 1998 to 2007. Stroke. 2010 Jan 14.

Résumé gratuit consultable ici

Avec ActuKiné, vous êtes informés

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1242 fois


1.Posté par Fred S le 16/02/2010 00:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ca c'est sûr que ça n'est pas le discours ambiant de dire qu'il faut plus de moyens matériel et humain pour améliorer la prise en charge des patients
Justement dans la prise en charge de l'AVC spécifiquement, sans moyens supplémentaires ont atteint très rapidement un pallier d'efficacité. Il faut de l'argent en plus et des professionnels hyper-qualifiés en plus.
Ce sont des choix politiques, nous on préfère acheter des vaccins...

Cependant compte tenu que les AVC touchent préférentiellement les personnes de + de 60 ans on peut imaginer qu'il s'agit d'un gain financier pour la société si ces derniers ne s'en tire pas...

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Organisations des soins | Déontologie Ethique | Politique Professionnelle | Documentation | Enseignement | Recherche | International | Infos spécifiques | Communication | Infos générales




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires