ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Le test de flexion rotation du rachis cervical supérieur, fiable et valide, mais pas souvent positif ?

Rédigé par le Lundi 3 Septembre 2018



Le test, estimation visuelle d’une limitation en rotation, a été comparé aux mesures établies à l’aide d’un système Zebris (3D Measuring System for Movement Analysis and Navigation - Zebris GmbH, Isny, Germany), capteurs à ultra-sons pouvant évaluer les mouvements cervicaux en 3D. Le système Zebris est fiable (ICC 0.75 – 0.93) et valide (ICC > 0.93).  

Lire la note concernant ce test

Le seuil permettant de déterminer le caractère positif ou négatif du test est fixé à 34° de rotation, conformément à la littérature précédemment publiée sur la question. Cette valeur est susceptible de distinguer les patients souffrant de céphalée cervicogène des patients cervicalgiques «classiques».

Population-cible

Sujets présentant des céphalées (79% de femmes), de 35,05  ± 13,26 ans de moyenne d’âge.

Fiabilité

La fiabilité intra-évaluateur est bonne (k = 0,79). L’examinateur (6 ans d’expérience) était en aveugle des données du système Zebris et des symptômes des patients. Il devait déterminer à la vue si la rotation était inférieure ou non à 34° (avec un goniomètre boussole posé sur la tête du patient, apparemment).

Validité

Elle a l’air excellente.

Le test de flexion rotation du rachis cervical supérieur, fiable et valide, mais pas souvent positif ?
Commentaire ActuKiné

Les 43 sujets recrutés pour l’étude sont tous céphalagiques à des degrés divers (23 sont migraineux, 4 ont des céphalées de tension, 16 diverses formes de maux de tête), mais seulement 9,9% des sujets apparaissent positifs aux tests !

Il y aurait très peu de patients céphalagiques à la rotation cervicale limitée ? Le seuil de 34° n’est pas judicieux ? Le fait qu’un seul examinateur ait testé tous les sujets rend cette étude sujette à caution ?

Quelque chose m'échappe. A vous lire...

Référence bibliographique

Schäfer A, Lüdtke K, Breuel F, , Gerloff N, Knust M, Kollitsch C, Laukart A, Matej L, Müller A, Schöttker-Königer T, Hall T. Validity of eyeball estimation for range of motion during the cervical flexion rotation test compared to an ultrasound-based movement analysis system. Physiother Theory Pract. 2018 Aug;34(8):622-628. doi: 10.1080/09593985.2017.1423523.

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1124 fois


1.Posté par Carlos le 03/09/2018 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je crois que dans le livre de Mulligan le test est décrit comme positif s’il y a une différence de 10º d’une rotation par rapport à la rotation oposé.

2.Posté par Carlos GONZALEZ SANTAMARTA le 03/09/2018 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rien, je me suis trompé
"Normal range is on average 44º to each side (Hall & Robinson, 2004).
An estimation of loss of range more than 10º confirms a positive test (Hall & Robinson, 2004):
When using a compass goniometer, the positive cuff-off point is 32º with a mean positive predictive value of 86% (Ogince et al., 2007)".
Desolé pour ma betise.

3.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 03/09/2018 23:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rien de bête à mon avis. Le seuil de 34° correspond bien aux écrits de Hall et al. Juste, dans cette étude, il n'est franchi, avec fiabilité, que par moins de 10% de sujets céphalagiques, d'où mon inconpréhension.

4.Posté par seb le 04/09/2018 09:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Juste, dans cette étude, il n'est franchi, avec fiabilité, que par moins de 10% de sujets céphalagiques, d'où mon inconpréhension."

Pourquoi les "céphalgiques" comme par ex des migraineux devraient ils avoir une rotation limitée selon toi? Ce test n'est il pas fait pour "détecter" les céphalées cervico-géniques?

5.Posté par JL E le 04/09/2018 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu as raison, c'est peut être ça. La migraine, la "vraie","intra-crânienne" peut ne pas interférer sur la rotation cervicale. Mais même les auteurs étaient étonnés de ce chiffre. Il aurait fallut comme dans l'étude de Hall, parsemer de cervicalgiques non céphalalgiques l'échantillon ?

6.Posté par corentin le 04/09/2018 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, je pense moi aussi que c'est ça : c'est un bon test pour détecter une limitation d'amplitude... Mais cette limitation n'est présente que chez peu de céphalalgiques (en tout cas parmi ceux inclus dans l'étude, qui ne sont probablement pas les mêmes que ceux qui poussent la porte de nos cabinets).

7.Posté par Benjamin le 04/09/2018 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour apporter quelques éléments de réflexion,

Le test de flexion-rotation permet "d'isoler" la rotation sur le segment C1-C2 quasi-exclusivement et permet de mesurer cette rotation de façon assez juste.

Dans les céphalées, comme le dit Jean-Louis, il y a différentes présentations cliniques : les migraines, les céphalées cervicogéniques, les céphalées de tensions...
La classification est faite par l'IHS mais en pratique clinique, on se retrouve souvent avec des patients présentant des céphalées "mixtes" mélangeant différentes catégories et il est parfois difficile de bien discerner le problème.

Dans le cadre des migraines, on ne sait pas bien ce qu'il se passe comme phénomène mais certainement quelque chose de vasculaire intra-cranien.
Pour les céphalées de tension, les articles de De-Las-Penas mentionnent la possibilité d'une sensibilisation centrale associée avec des trigger points.
Pour les céphalées cervicogéniques, le phénomène de convergence trigémino-cervical décrit par Bogduk semble être l'explication. Les afférences des articulaires de C0 à C3 (peut-être C4) convergent dans ce noyau qui est connecté avec le nerf trijumeau notamment et expliquerait les symptômes au niveau de la tête et du visage.

Le niveau C1-C2 est une partie de la réponse et si votre patient présente une dysfonction de cet étage, la technique de rotation C1-C2 en Self-SNAG de Mulligan a montré son efficacité pour aider votre patient...
Maintenant, s'il s'agit d'une dysfonction C2-C3 (décrit par Jull comme le plus fréquent si je ne me trompe pas), vous passerez à côté avec ce test, idem pour un problème C0-C1.

8.Posté par Jean-Marie le 04/09/2018 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Des lectures que j'ai pu effectuer, il me semblait que le test de flexion rotation etait utilisé pour diagnostiquer une céphalé cervicogénique. Comme le disait benjamin plus haut, une céphalée peut etre d'origine diverse et parfois mixte. Or ici il recrute des gens présentant des céphalées, mais pas forcément tous d'origine cervicale, ce qui explique peut être ce faible pourcentage?

9.Posté par Jean-Marie le 04/09/2018 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voici un des articles en question:
Physical examination tests for screening and diagnosis of cervicogenic headache: A systematic review
J. Rubio-Ochoa a, J. Benítez-Martínez a, E. Lluch a, b, c, *,1, S. Santacruz-Zaragoz a a, P. Gomez-Contreras a, C.E. Cook d, 2

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base