ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Les effets biologiques de la méthode Pilates

Rédigé par le Mercredi 28 Mars 2018



L'objectif principal de l'étude était de mesurer les variations de concentrations plasmatiques de β-endorphine et cortisol plasmatique lors d’un gainage lombaire, comparé à un exercice factice et à un groupe contrôle chez des patients souffrant de lombalgie chronique non spécifique.

Méthodes

Vingt-quatre participants atteints de lombalgie chronique non spécifique ont participé à une étude randomisée contrôlée.

Il y avait 3 conditions d'exercice expérimentales :

- Groupe contrôle (positionnement en position couchée et repos),
- Groupe factice (cyclage passif en courbe utilisant un cycleur automatique)
- Groupe expérimental (gainage lombaire sur un appareil Pilates)

Chaque sujet était son propre témoin, placé successivement dans chacun des groupes, dans un ordre aléatoire, avec 48 heures d’intervalle entre chaque séance.

Un échantillon de sang a été prélevé avant et après les conditions d'exercice.

La β-endorphine plasmatique et le cortisol plasmatique ont été mesurées par dosage immuno-enzymatique et électrochimio-luminescence dans un analyseur automatique Cobas E411 (?)

Procédure

Un matériel de salle de musculation Pilates (Thane Fitness, Royaume-Uni) et une unité de biofeedback à pression d'air ont été utilisés pour réaliser le gainage lombaire.

Les participants étaient en décubitus, hanche et genou fléchis à 70 ° et 90 °, respectivement.
Le patient devait réaliser un rentré de ventre et une co-contraction des muscles du tronc, à l’aide d’élingues destinées à travailler apparemment les grands dorsaux. La capacité à la délordose et la progression des exercices ont été surveillées par une unité de biofeedback à pression d'air glissée sous la colonne vertébrale lombaire entre L2 et S1 et gonflée à 40 mm Hg.

Tous les participants ont effectué un exercice musculaire de base avec une résistance d'environ 10% de leur poids en utilisant un système de poulies sur le dispositif incorporant les mouvements des membres dans l'ordre progressif suivant: gainage avec abduction alternée de la hanche, adduction des bras, gainage avec extension des deux bras, gainage avec levée de bras alternée, gainage avec levée de jambe alternée, gainage avec bras et bras alternés.

La progression des exercices est arrêtée lorsque le participant ne peut pas pu maintenir la pression d'air enregistrée à 40 ± 10 mm Hg. Chaque étape de l'exercice a été répétée 10 fois.

L'intervention factice était du cyclisme passif automatisé. Elle a été réalisée en utilisant un vélo automatique (Reck MOTOmed Viva, RECK Technik, Betzenweiler, Allemagne). En décubitus dorsal, les participants effectuaient passivement des mouvements de jambes alternés à la vitesse de 30 tours par minute (tr / min) avec leurs pieds attachés aux pédales de la bicyclette automatique.

Le groupe contrôle restait au repos dans la salle de gym Pilates en position couchée, les deux genoux soutenus par des oreillers avec une flexion de la hanche de 70 ° et une flexion du genou de 90 ° pour assurer un repos et une relaxation complets.

Résultats

Une différence significative dans le niveau des β-endorphines a été identifiée avant et après la condition LCSE (P <0,05), alors qu'aucune différence significative n'a été notée dans les conditions de contrôle et d'exercice factice.

En outre, la tendance d'élévation des β-endorphines sous LCSE était significativement différente par rapport aux conditions de placebo et témoin (P <.01).

En revanche, le niveau de cortisol plasmatique est resté inchangé dans les trois conditions.

Conclusion

Les résultats de cette étude indiquent que le gainage pourrait influencer la production d’endorphines mais pas le niveau de cortisol plasmatique chez les patients souffrant de lombalgie chronique non spécifique.
Le mécanisme d'action de l'effet analgésique du gainage pourrait être lié à un mécanisme opioïde endogène et ne pas être impliqué dans un mécanisme d'analgésie induite par le stress.

Commentaire AK

Je lis la discussion et je vous dit quoi. Parce que la production d’endorphines lors du travail actif, ce n’est plus un scoop…

Référence bibliographique

Paungmali A et al. Immediate Effects of Core Stabilization Exercise on β-Endorphin and Cortisol Levels Among Patients With Chronic Nonspecific Low Back Pain: A Randomized Crossover Design. J Manipulative Physiol Ther. 2018 Feb 17. pii: S0161-4754(18)30008-3. doi: 10.1016/j.jmpt.2018.01.002. Article en pré-publication.

Accès à l’article

Articles en rapport avec le sujet
 

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1671 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base