ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Neurologie & Neurosciences

Microsoft Kinect®, Oculus Rift® et AVC

Rédigé par le Dimanche 30 Septembre 2018



Photo issue de l'article
Photo issue de l'article
Cette étude a exploré la faisabilité et la sécurité du couplage du capteur Microsoft Kinect® avec le système Oculus Rift® (casque de réalité virtuelle) en tant que plateforme technologique de téléréadaptation pour les personnes après un AVC.

Pour tester la sécurité initiale, quatorze participants non handicapés (âgés de 30 ± 8,8 ans) se sont lancés dans une tâche basée sur le jeu en utilisant Microsoft Kinect® en utilisant l’Oculus Rift®.

Ces tâches ont été répétées pour cinq participants après un AVC (âge 56 ± 3,0 ans).
Aucun événement indésirable significatif n'est survenu dans les deux populations étudiées.

Lors de l'utilisation de l'Oculus Rift®, trois participants sans incapacité ont signalé des étourdissements et des nausées.

Tous les participants souffrant d’un AVC ont eu besoin d'une assistance pratique pour la prévention de l'équilibre et des chutes.

La nature intensive du soutien physique nécessaire à ce type d'interaction limite l'application en tant qu'intervention de téléréadaptation.

Compte tenu de la disponibilité croissante des casques de réalité virtuelle, il est essentiel d’explorer la sécurité des jeux immersifs et des technologies de téléréadaptation.

Commentaires ActuKiné

Ca parait idiot d’imaginer qu’un patient puisse chez lui faire seul de la rééducation de ce type. Déjà au cabinet, sous la surveillance directe du kinésithérapeute, utiliser une pauvre Wiifit sans casque...

Perso, le recyclage de la Wii des gamins sert à montrer au patient qu’il peut s’en acheter une et s’en servir chez lui.

Dans l’idée, c’est pas idiot d’utiliser un avatar vu par le patient (mais quid des patients hémi-négligents ?) sur un écran pour lui faire accomplir des tâches «manuelles» comme dans l’étude.
Le coiffer d’un casque de réalité virtuelle permet au patient regardant ses pieds de voir les pieds de l’avatar, c’est donc beaucoup plus immersif. Il doit y avoir moyen de faire de la thérapie miroir ainsi. Mais pourquoi placer le patient debout et sans assistance ?

Référence bibliographique

Proffitt R, Warren J, Lange B, Chang CY. Safety and Feasibility of a First-Person View, Full-Body Interaction Game for Telerehabilitation Post-Stroke. Int J Telerehabil. 2018 Aug 3;10(1):29-36. doi: 10.5195/ijt.2018.6250. eCollection 2018 Spring.

Accès à l’article

Résumé disponible en ligne

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 961 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base