ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Cervicales

Mise en évidence des points-gâchettes cervico-thoraciques

Rédigé par Actu Kiné le Dimanche 19 Février 2017



Subjectivement

Les trigger-points (point-gâchettes) ont été «découverts» par Travell & Simons. Il existe une analogie avec les points de Knapp.

Ce sont des douleurs à la pression situées préférentiellement à la jonction neuro-musculaire, soit la plupart du temps à la partie équatoriale du corps charnu. Cette zone est un lieu de test et de traitement. Ce dernier peut se faire par pressions statiques, application de froid, de vibrations, infiltration d’antalgiques,…)

Caractéristiques des trigger-points (TP) :

On retrouve classiquement (Fransoo 2008) :

- Une survenue brutale pendant ou après un effort excessif, ou progressive avec un surmenage prolongé du muscle affecté
- Des territoires caractéristiques de dermalgies en rapport avec le TP
- Une faiblesse et limitation de l’amplitude d’étirement du muscle affecté
- Une bande palpable (taut-band) dans le muscle affecté
- Une sensibilité exquise à la pression, au niveau de la bande palpable
- Une secousse musculaire en réaction à la palpation transversale ou la piqûre de la zone sensible
- Une reproduction de la douleur dont se plaint le patient lors de la palpation transversale ou la piqûre de la zone sensible
- Une disparition des symptômes par un traitement du muscle affecté.

Localisation des TP intéressés dans la cervicalgie :

Objectivement

La mesure de l'intensité de la douleur obtenue par la pression d'un point-gâchette se fait en utilisant un algomètre, qui permet de mesurer le seuil douloureux lors de cette pression. Le praticien applique l’algomètre sur la zone douloureuse et demande au patient à partir de quel moment il ressent une douleur.

Valeurs :

Des seuils de pression inférieurs à 3 kg/cm2 sont indicateurs d’une tension exagérée et cliniquement significatifs. Ces valeurs ne sont pas corrélé à l’EVA (qui semble mesurer autre chose)
Il existe des variations circadiennes (par exemple, les douleurs des trapèzes sont plus importantes les après-midis)

Fiabilité :

Elle a été analysé par Murphy et al. dans les articles mentionnés ci-dessous et en accès libre.

Marcus et al ont observé une fiabilité en inter-examinateurs bonne à parfaite lors de la palpation des points-gâchettes des muscles du cou (k = 0.74), de la tête (k = 0.81) et de l’épaule (k = 1.00).

Van Suijlekom et al ont observé une fiabilité inter-examinateurs très variable (k = 0.0 – 1.00) de la palpation des points-gâchettes chez des patients souffrant de céphalées.

Gerwin et al ont réalisé deux études différentes successives. Dans la première, 4 examinateurs évaluent 20 muscles différents sur chacun des 25 patients aux symptômes divers. La fiabilité inter-examinateurs était pauvre. Ils ont ensuite répété l’étude après que les examinateurs aient comparé leurs méthodes d’évaluation. La fiabilité inter-examinateurs était ensuite bonne à excellente après la séance d’entrainement.

Sciotti et al ont observé une bonne fiabilité entre deux examinateurs recherchant les points-gâchettes latents dans le trapèze supérieur de sujets asymptomatiques.  

Lew et al ont a contrario observé une faible fiabilité pour le même type de patients et de points-gâchettes.

Validité :

Elle n’est pas connue, essentiellement du fait de l’absence de mesure-étalon appropriée. Une étude n'a même pas osé chercher la validité de points-gâchettes du trapèze supérieur, retrouvés par deux MK de 20 ans d'expérience sur le sujet et comparé à une élastométrie par IRM. Cette dernière a une fiabilité excellente, mais la concardance avec les praticiens semble dans les chaussettes (Chen 2016).

Une revue systématique (Lluch 2015) est elle aussi circonspecte sur leur réalité. A part le nodule retrouvé par tout le monde dans les trapèzes supérieurs...

Références bibliographiques :

P. Fransoo, Examen clinique et traitement du cervicalgique, Éditions Frison-Roche Paris (2008)

Murphy DR., Hurwitz EL A theoretical model for the development of a diagnosis-based clinical decision rule for the management of patients with spinal pain. BMC musculoskeletal disorders. 2007;8:75.

Murphy DR, Hurwitz EL, Nelson CF. A diagnosis-based clinical decision rule for spinal pain part 2: review of the literature. Chiropr Osteopat. 2008 Aug 11;16:7.

Articles disponibles en ligne

Chen Q et al. Quantification of Myofascial Taut Bands. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation. Volume 97, Issue 1, Pages 67-73 (January 2016)  

Lluch E et al. Prevalence, Incidence, Localization, and Pathophysiology of Myofascial Trigger Points in Patients With Spinal Pain: A Systematic Literature Review. J Manipulative Physiol Ther. 2015 Oct;38(8):587-600


Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1690 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Examen général | Hanche | Genou | Pied | Cervicales | Thoraciques | Lombales | Pelvis | Épaule | Coude | Poignet | Main | Membre inférieur | Membre supérieur




S'inscrire à la lettre hebdomadaire



DisKiné