ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
Musculo-squelettique

Whiplash: les patients informés des niveaux de preuves € - Rédigé par P T le 20/09/2008

Les patients australiens sont de plus en plus informés des niveaux de preuves des thérapeutiques qu'ils utilisent,une partie de PEDro leur est destinée. Mais les Universités qui développent des unités de recherche de rééducation le font aussi. Un exemple avec le CCRE (Centre of Clinical Excellence in Spine Pain, Injury & Health ) de l'Université de Queensland. Vous trouverezune "information patient" de l'état des connaissances sur le whiplash  (fléau cervical en français. L’expression...

Pas mieux ? Plus cher ? On garde ! € - Rédigé par JLE le 12/09/2008

La comparaison d’une prise en charge intensive en groupe (10 séances individuelles suivies de 20 séances de groupe) à une prise en charge individuelle (une moyenne de 13 séances d'une heure par patient) pour le traitement de 104 lombalgiques chroniques néerlandais, montre un avantage au traitement intensif comparativement au traitement individuel à 26 semaines, mais qui ne persiste pas à 1 an. En conséquence, les auteurs estiment que ce traitement, deux fois plus onéreux en coût direct (1003 €...

Capsulite rétractile € - Rédigé par JLE le 08/09/2008

L’état de l’art sur le diagnostic et le traitement des frozen shoulders ou adhesive capsulitis dans Current Reviews in Musculoskeletal Medicine. Les différentes techniques de réhabilitation sont à l’honneur, la kinésithérapie étant le traitement de choix. Les auteurs évoquent des durées importantes d’évolution, jusqu’à 42 mois (!), ne parlent pas de l’emploi de la calcitonine. Il me semblait pourtant que Cibacalcine ® et kinésithérapie faisaient bon ménage ? Est-ce encore un...

Spine compil' € - Rédigé par JLE le 05/09/2008

Vous cherchez un article dans European Spine Journal, entre 1992 et 2008 ? Vous voulez vous faire une compil' ? L'accès est libre et gratuit. Profitez-en : y'en aura pas pour tout le monde. En plus, ils sont tous traduits. En anglais.

Ca glisse au Pays des Merveilles € - Rédigé par JLE le 03/09/2008

Une étude multi-centrique prospective franco-belge  a recherché l’efficacité et le risque de la visco-supplémentation dans les gonarthroses modérées présentant une douleur persistante 4 à 12 semaines après méniscectomie arthoscopique. 3 injections ont été réalisées à 1 semaine d’intervalle. Les 62 patients ont été suivis durant un an. La douleur à la marche était globalement diminuée jusqu’à 6 mois, le score de Womac amélioré. L’amélioration des symptômes était maximale à 3 mois, et...

Suture de capsule et luxations de PTH € - Rédigé par JLE le 29/08/2008

181 patients  opérés de 204 PTH par voie postéro-latérale ont été suivis pendant au plus 5 ans. 142 PTH sur 131 patients opérés entre Janvier 2000 et Juillet 2003 n'ont bénéficié que d'une suture des pelvis-trochantériens. 62 PTH sur 50 patients opérés entre Juillet 2003 et Octobre 2005 ont bénéficié en plus d'une suture de la capsule postérieure, en complément de celle des pelvis-trochantériens. 6% des opérés du premier groupe ont eu une luxation post-opératoire précoce vs 0% des opérés...

Epaule: renforcement musculaire € - Rédigé par JLN le 27/08/2008

Le but de ce travail était d’évaluer et de quantifier l’activité EMG des muscles supra-épineux et deltoïde lors de 3 exercices usuels  (du moins aux Etats-Unis...) de rééducation : élévation dans le plan de la scapula, gléno-humérale positionnée en rotation externe ("full can"), élévation dans le plan de la scapula en rotation interne de la gléno-humérale ("empty can"), abduction horizontale en procubitus ("prone full can"). L'étude a été menée sur 22 sujets sains. Les résultats ont...

Quand je dis que ça va faire mal, ça va faire mal ! € - Rédigé par JLE le 25/08/2008

Un certain nombre de preuves sont désormais retrouvées sur l'efficacité des manipulations vertébrales lombaires. Cette dernière serait renforcée chez les patients adeptes de ces techniques. Le rôle de la suggestion dans l’efficacité de la manipulation vertébrale sur l’antalgie a été étudié chez 60 sujets sains. L’analyse de la douleur s’est faite à l’aide d’un appareillage posé sur la plante du pied et sur la région lombaire procurant des impulsions de chaleur quantifiées par le sujet à...

Sur quoi baser une règle de décision valide dans les rachialgies ? € - Rédigé par JLE le 20/08/2008

Murphy, Hurwitz et Nelson passent en revue les différents signes cliniques sur lesquels le praticien peut avec confiance s’appuyer pour l’évaluation de ses patients rachialgiques.Ils considèrent nécessaire de répondre à trois questions :1- Est-ce que les symptômes présentés sont le reflet d’une atteinte viscérale ou d’un problème vital potentiellement dangereux ?2- Qu’est ce qui peut augmenter la douleur du patient ?3- Quel(s) problème(s) peu(ven)t péréniser les douleurs ? Essentiel pour les...

Se rétablir d'une lombalgie aigüe € - Rédigé par JLN le 05/08/2008

Signalée par le Journal International de Médecine, journal en ligne (JIM.fr), sous le titre "Il faut bien plus de 6 semaines pour se rétablir d'une lombalgie", cette étude australienne publiée par le British Medical Journal  montre que, sur une cohorte de 973 patients suivis en ambulatoire par médecins, physiothérapeutes ou chiropracteurs, un tiers des sujets n'est pas complètement rétabli 12 mois après une consultation initiale pour lombalgie aigüe. Les patients ont été...

Tu me fais tourner la tête € - Rédigé par JLE le 15/07/2008

L'idée comme quoi les patients cervicalgiques chroniques avec et sans whiplash auraient un sens de position de la tête altéré n'est pas retrouvé dans toutes les études...En tout cas pas dans celle-là. Les limitations d'amplitude, les altérations de schéma moteur par contre y figurent.

Les contractions isométriques évitent l'amyotrophie € - Rédigé par P T le 23/06/2008

Afin de déterminer les effets des contractions isométriques sur la prévention des amyotrophies, des souris de laboratoire furent réparties en trois groupes  : un groupe dont le train postérieur était en apesanteur relative à l’aide d’une suspension par la queue, un groupe expérimental avec la même suspension caudale plus exercices imposés (s’agripper à une grille, un poids suspendu à la queue), un groupe contrôle. En 15 jours, les masses musculaires des soléaires ont augmenté dans le...

Scapula alata et paralysie du dentelé antérieur € - Rédigé par JLE le 17/06/2008

Les auteurs décrivent les bases anatomiques, évoquent les diagnostics étiologiques et les  traitements. Ces derniers sont au minimum de 6 mois, pouvant aller jusqu'à 2 ans, période à laquelle on ne peut espérer d'amélioration supplémentaire par le traitement conservateur. La kinésithérapie passive sert à éviter les contractures péri-scapulaires, mais il faut éviter d'étirer le muscle parésié. Le renforcement ne doit débuter qu'après avoir eu la preuve d'un début de ré-innervation. Sont...

Quel traitement pour les tendinopathies ? € - Rédigé par JLE le 15/06/2008

AINS ? injection de cortisone ? kinésithérapie active ? ondes de chocs radiales ? chirurgie ? sclérothérapie ? Ultra-sons ? laser ? ionisations ? qu’est-ce qui marche le mieux dans une tendinopathie  ? Et d’abord, c’est quoi une tendinopathie ?

C'est bien beau, la technique, mais... € - Rédigé par JLE le 09/06/2008

565 arthroscopies du genou réalisées par 2 chirurgiens expérimentés ont été colligées de façon prospective, entre 2002 et 2005. Parmi elles, 109 patients ont bénéficié d’un examen clinique, d’une IRM et d’une arthroscopie pour une suspicion d’atteinte méniscale ou ligamentaire. Ils ont été répartis en 3 groupes (G1 : diagnostic porté d’atteinte méniscale ou ligamentaire, G2 : diagnostic porté d’atteinte méniscale et atteinte du pivot central, G3 : absence de signes cliniques mais forte...

Ca balance pas mal, à Wroclaw € - Rédigé par JLE le 29/05/2008

La comparaison de 30 sujets féminins ostéoporotiques dépourvues de gonarthrose et 27 sujets présentant une gonarthrose de moyenne importance montre, sur plateforme de force, une tendance plus marquée aux oscillations antéro-postérieures chez les gonarthrosiques. Cause ou conséquence des déficiences proprioceptives de cette affection ? des qualités contractiles du quadriceps ? Article on line en anglais, mais disponible en polonais.

Plus les cols sont protégés, moins ils s'écharpent € - Rédigé par JLE le 26/05/2008

J’ai encore le souvenir de cet enseignant pérorant doctement sur ces cols fémoraux se cassant avant la chute du patient. Anerie que j’ai répandu durant des années dans toutes les oreilles étonnées voulant l’entendre…. Une méta-analyse récente du Lancet regroupant plus de 9000 patients sur 11 études montre que l’usage de protections de hanche réduit de 23% l’incidence des fractures de hanche, lors des chutes évidemment. En conséquence, les auteurs ont voulu connaître...

La boiterie d’épaule au secours des boiteries de genou € - Rédigé par P T le 17/05/2008

Pour éviter la compression du compartiment médial des genoux arthrosiques, les patients peuvent se balancer en inclinaison latérale du rachis lors de l’appui. Ce mouvement permet de réduire de 65% le moment d’adduction du genou. Les démarches chaloupées des sauvageons de banlieue pourraient n’être qu’une astucieuse prévention de leur futures gonarthroses ? La casquette avec la visière de côté ne serait que la résultante inertielle de leurs inclinaisons rachidiennes répétées ?

Lombalgie & amyotrophie € - Rédigé par JLE le 12/05/2008

Les multifides des lombalgiques apparaissent amyotrophiques, de façon localisée (L4-L5-S1) et préférentiellement du côté douloureux. Étude réalisée par échographie sur 50 lombalgiques versus 40 sujets sains dans le département physiothérapie d'uneuniversité du Queensland.

Réduire les luxations d’épaule, des égyptiens à nos jours € - Rédigé par JLE le 10/05/2008

La technique d’Hippocrate, celle des esquimaux, les auto-réductions, la réduction passive, la réduction à la chaise… tout un arsenal de réductions de luxations scapulo-humérales passées en revue, en français et en couleur. Bon, bien sûr, les réductions passives forcées des articulations sont interdites aux esquimaux non-médecins, mais quand le hibou ouvre grands les yeux, ce n’est pas parce qu’il se prend pour un Grand Duc ; simplement, il s’intéresse.
1 ... « 54 55 56 57 58