ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Exercice professionnel

NHS ou Carte Vitale ?

Rédigé par le Samedi 17 Décembre 2016



On en a tous eu des comme çà. Un patient français, ancien expatrié ayant travaillé à Londres plusieurs années a basculé du NHS britannique à la Sécu hexagonale. Il  s’étonne de ne «rien payer» désormais en France pour sa lombalgie.

Au pays merveilleux de Me May, l’accès au physio du NHS était certes gratuit, mais avec des séances «hands-off» d’un quart d’heure, pour lui juste destinées à le persuader que sa lombalgie était «dans sa tête».
Décu, il se tourne rapidement vers un physio hors-NHS qui le garde une demi-heure, pour des séances «hands-on» avec thérapie manuelle et conseils, plutôt bien perçues mais non miraculeuses, à 100 £ la séance non remboursée, ce qui en limite le nombre.

Pensant que la chirurgie pourrait résoudre son problème et ne voulant pas attendre des mois voire années un chirurgien NHS gratuit, il est rebuté par les 2000 £ non-remboursés demandés par son confrère du privé pour une prise en charge immédiate.

Il traverse le Channel en préférant verser 500 € de sa poche à un chirurgien français. Il juge la chirurgie française pas chère et rapide, même quand on n'est pas remboursé.

Bien sûr, une simple appréciation de patient, sans niveau de preuve, mais nous nous esbaudissons usuellement sur les avantages anglo-saxons à longueur de notes ActuKiné.
Peut être que la seule approche EBP était celle du physio du NHS, mais gardons à l’esprit que cela peut aussi être ressenti comme çà, au moins pour un usager.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1252 fois


1.Posté par Jacky OTERO le 17/12/2016 08:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Certaines croyances ont toujours la cote =
- si c'est plus cher c'est que c'est mieux
- s'il y a beaucoup de patient c'est qu'il est bon
- s'il y met ses mains magique c'est plus efficace
Pourtant les miracles sont rares, demandent du temps

2.Posté par Di Canzano MATTEO le 17/12/2016 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peut être que la seule approche EBP était celle du physio du NHS, mais gardons à l’esprit que cela peut aussi être ressenti comme çà, au moins pour un usager


Le problème est exactement que le kiné a voulu adopter exclusivement l'EBP et il l'a pas combiné avec les croyances et preferences du patient.
C'est pas la difference entre les deux systèmes le problème.

3.Posté par marie le 17/12/2016 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Peut être que la seule approche EBP était celle du physio du NHS, mais gardons à l’esprit que cela peut aussi être ressenti comme çà, au moins pour un usager."
Et c'est là que le bât blesse : l'approche EBP c'est une approche evidence based. Evidences... de la littérature scientifique, mais également évidences du praticien et évidences du patient. C'est un triptyque, et non une approche basée sur une seule des composantes.
Se baser uniquement sur la littérature scientifique, ce n'est pas une approche EBP, de la même manière que se baser uniquement sur son expérience personnelle ou uniquement sur les valeurs et attentes du patient.
ça ne change rien sur les motivations qui peuvent pousser des patients à traverser les frontières pour se faire soigner, mais ça change énormément la donne sur la direction que l'on veut donner à la kiné française. Quitte à utiliser des mots, autant utiliser les bonnes définitions...

4.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 17/12/2016 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quitte à utiliser des traductions, autant se mettre d'accord sur les mots : pour vous, les évidences ont valeurs de preuve ? Chacune des parties du tryptique doivent être considérées de poids égal ?

5.Posté par Jean-Yves le 21/12/2016 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

La physio publique au royaume uni est bien gratuite. Par contre, les physios NHS sont obligés de garder leur patients au minimum 30 minutes et les prennent 1 à la fois. L'emploi du temps est partagé à tous les autres kinés du service, et le gestionnaire du service vérifie ces emplois du temps.

Pour un 1er bilan, ils peuvent monter à 40 minutes. je ne sais pas d'ou vous sortez ces chiffres d'un quart d'heure "hands off".

Pour l'EBP, et la tryptique, la structure anglosaxonne et canadienne prend en compte la preuve (litterature scientifique), le ressenti subjectif du patient, et laisse la place au physio de justifier ses choix avec son experience perso.
Chaque patient est rigoureusement noté de facon structuree, et une instance nationale vérifie aleatoirement les prises de notes des praticient.

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 21/12/2016 08:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé, mea culpa, ce n'est pas de l'info, mais de l'humeur. La note est basée sur un retour de patient. Ce ne sont que ses affirmations et non un quelconque niveau de preuve. Quand un patient n'est pas satisfait d'un praticien, tous les moyens sont bons pour le discréditer, même inconsciemment. Manifestement, pour ce patient-ci, l'abord proposé n'était pas le bon.

Suis-je licite d'affirmer qu'il y a des différences culturelles énormes entre des physios anglo-saxons pratiquant l'écrit et des kinés latins privilégiant le toucher ? Je n'ai aucun niveau de preuves, rien que du vécu. Ayant reçu des physios canadiennes et leurs étudiants techniciens en réhabilitation physique dans le service de rééducation où je sévissais comme cadre, j'ai bien remarqué qu'ils étaient effarés de voir cette différence de comportement. Quelques mots couchés sur une main courante par chaque professionnel de santé et 95% du temps consacré à une "hands-on" therapy.

Une étude est à faire pour se prononcer sur la divergence entre les prises en charges latines et saxonnes ;-) Nous la relaierons sur AK sans problème !

7.Posté par CHRISTOPHE CADOT-BURILLET le 21/12/2016 14:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est un aspect très culturel de nos pratiques, pour ma part, je culpabilise si le temps "hands off" dépasse le temps "hands on"...

8.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 21/12/2016 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Rien n'empêche de faire deux séances en deux jours, la première consacrée à la prise de données administratives et à l'évaluation, la seconde pour la thérapie en rapport avec l'évaluation...Impossible de poser un diagnostic sur un patient au bout d'une demi-heure pour ma part, surtout s'il faut en garder une trace. Plus je vieillis, plus je deviens lent.
D'un autre côté, ne noter comme dans le temps que "T4G, torsion G/G, tête péroné D, psoas G, MGEN en AT" c'est vite fait mais est-ce bien sérieux ?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter

Derniers commentaires