ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Evidence Based Practice

Ostéopathie viscérale ?

Rédigé par Gaël Le Perf le Dimanche 11 Mars 2018

Une branche de l'ostéopathie a de nouveau été mise à l'épreuve par le CORTECS



Depuis plusieurs années, le Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique et Sciences étudie différentes approches et méthodes thérapeutiques afin de déterminer l'efficacité propre de ces thérapies.

Cette fois c'est l'ostéopathie viscérale qui a été décortiqué.

En 2010, l'Organisation mondiale de la santé a publié des repères pour la formation en ostéopathie dans laquelle sont incluses les techniques ostéopathiques viscérales.
Le but de cette étude était d'identifier et d'évaluer de façon critique la littérature scientifique concernant la fiabilité du diagnostic et l'efficacité clinique des techniques utilisées en ostéopathie viscérale.

Méthodes :

Les bases de données MEDLINE, OSTMED.DR, la bibliothèque Cochrane, un site Web de recherche ostéopathique, Google Scholar, le site Web du Journal of American Osteopathic Association (JAOA), le site Web du International Journal of Osteopathic Medicine (IJOM) et le catalogue du site Web de l'Académie d'ostéopathie de France ont été consultées.

Les recherches ont été effectuées jusqu'en décembre 2017.

Seules les études de fiabilité inter-évaluateurs comprenant au moins deux évaluateurs ou les études de fiabilité intra-évaluateur incluant au moins deux évaluations par le même évaluateur ont été incluses.

Pour les études d'efficacité, seuls les essais contrôlés randomisés ou les études transversales portant sur des patients (toute condition, durée et résultat) ont été inclus.

Le risque de biais a été déterminé à l'aide d'une version modifiée de l'outil d'évaluation de la qualité des études de fiabilité diagnostique (QAREL) dans les études de fiabilité.

Pour les études d'efficacité, l'outil Cochrane de risque de biais a été utilisé pour évaluer leur conception méthodologique. Deux auteurs ont effectué l'extraction et l'analyse des données.

Résultats :

Huit études de fiabilité et six études d'efficacité ont été incluses.

L'analyse des études de fiabilité montre que les techniques de diagnostic utilisées en ostéopathie viscérale ne sont pas fiables.

En ce qui concerne les études d'efficacité, l'étude la moins biaisée ne montre aucune différence significative pour la variable principale.

Les principaux risques de biais constatés dans les études incluses étaient dus à l'absence d’examinateurs en aveugle, à une méthode statistique inadaptée ou à l'absence d’indication de la variable primaire de l'étude.

Conclusion :

Les résultats de la revue systématique amènent à conclure qu'il n'existe pas de preuves solides et bien menées sur la fiabilité et l'efficacité des techniques en ostéopathie viscérale.

Référence bibliographique :

Albin Guillaud, Nelly Darbois, Richard Monvoisin, Nicolas Pinsault. Reliability of diagnosis and clinical efficacy of visceral osteopathy: a systematic review. BMC Complementary and Alternative Medicine. 2018 18:65

Accès à l’article

Article soumis le 11 Mars 2017. Mis en forme, complété et publié le 12.

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 4428 fois


1.Posté par Burguete Emmanuel le 12/03/2018 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à tous,

Le lecteur n'étant pas forcément rompu à la méthodologie de recherche, je me permets un petit commentaire à visée explicative.

Je propose d'étudier scientifiquement le machouillage de carambar. Au lieu de réaliser une étude empirique sur le sujet, comme je suis un gros flemmard, je vais plutôt voir ce que les autres ont fait. Ainsi, mon étude sera une revue de la littérature des études scientifiques qui étudient ce phénomène.
Les résultats de la revue systématique m'amènent à conclure qu'il n'existe pas de preuves solides et bien menées sur la fiabilité et l'efficacité des techniques de machouillage de carambar.

Dois-je conclure qu'il ne faut plus machouiller des carambars ? ou plutôt qu'il n'y a pas d'études fiables sur le sujet ?

L'absence de preuve ne signifie pas une absence d'effet.

Encore une fois, c'est un article qui se veut polémique. C'est dommage.

Les études cliniques Riph2 ou 3 coûtent cher et c'est bien la seule raison qui amènera le lecteur à comprendre le manque d'étude prouvant l'efficacité de l'ostéopathie en général.


Bien à vous,

Emmanuel

2.Posté par raph le 12/03/2018 21:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"prouvant l'efficacité de l'ostéopathie en général" : ou son éventuelle inefficacité ;-)
où est la polémique dans l'article?

3.Posté par Gael PIETTE le 12/03/2018 22:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'absence d'effet n'est pas la preuve de polémique!
Sérieux, ça coute si cher que ça une étude de fiabilité ?

4.Posté par yannick barde le 12/03/2018 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Emmanuel, 100% d'accord avec votre remarque. J'ajouterai juste que si j'utilise le machouillage de carambar pour évaluer des paramètres de santé d'un individu il faut que je prouve que mon évaluation est fiable, valide, etc. (enfin vous savez cela car vous êtes rompu à la méthodologie de recherche)... de plus, si le machouillage de carambar me permet de traiter des patients (et si je l'enseigne par exemple dans une école de machouillage de carambar en disant que c'est super car cela marche), il faut que cette technique ait été évaluée (meilleure qu'une absence de traitement / qu'un traitement rambacar (le placebo) etc. mais vous savez cela car vous êtes rompu à la méthodologie de recherche... si vous ne faites pas cela en gueulant sur ceux qui font le travail à votre place (renversement de la charge de la preuve) vous ne faîtes pas mieux ;) Le carambar ça colle aux dents mais apparemment ça n'empêche pas de dire des grosses blagues !

5.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 13/03/2018 08:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pauvre Emmanuel, il va avoir toute la rédaction d'AK sur le dos. Moi qui ai passé des mois voire des années à mettre en application les préceptes de mon Maître Barral, je le comprends. Mais il faut avoir été nourri préalablement par les bouquins de Kessel et de Dolto, avoir passé des heures à palper des ventres pour se sentir agressé.

Si l'on n'a jamais fait çà, si on reste sur le factuel, il y a peau d'balle à se mettre sous l'oeil. Une fois virées les études portants sur massage + constipation, essentiellement des préoccupations allemandes (choucroutes + kartofeln + saucisses ?), il y a une petite étude de Dambrine et al sur le rentré de ventre et la flexion et quelques pauvres études sur des étudiants convaincus basés sur les écrits de JPBarral, qui ne démontrent rien.
Triste, mais...réel.

Mais moi, j'aime encore bien masser les ventres, c'est plus fort que moi, faut que j'y touche. Je leur dis que c'est pour masser leur filet-mignon, j'en profite pour discuter avec eux de leurs peurs, je fais du "hands-on" en évoquant la neurophysiologie de la douleur, ... Je ne vais pas aller en prison pour çà, hein ? Pour 50 $ la séance, on peut être EBP jusqu'au bout des ongles, pour 16,13 € on fait encore un peu ce qu'on veut ? Nan ? on vole les gens ?

6.Posté par Rob le 13/03/2018 21:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y aura toujours des querelles pour chaque paroisse.
Sans vouloir entrer dans le débat, je vous recommanderais la lecture du livre suivant :
https://www.publier-un-livre.com/fr/le-livre-en-papier/225-traite-d-osteopathie
(Traité d'ostéopathie, Finet et Williame - 2016)
Leurs travaux sont malheureusement moins commerciaux que certains, mais ils méritent de s'y intéresser..

7.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 14/03/2018 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce sont les revues systématiques et les méta-analyses qui permettent de se faire une opinion sur des bases factuelles.
Les livres, mêmes les meilleurs, ne bénéficient pas de revues par les pairs.

8.Posté par Gael PIETTE le 14/03/2018 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Ce sont les revues systématiques et les méta-analyses qui permettent de se faire une opinion sur des bases factuelles."
Tu parles bien du truc de flemmards?

9.Posté par kiné du nord le 14/03/2018 11:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense que l'ordre des kinésithérapeutes devrait aller au bout de sa logique après les rapports sur la "fasciathérapie", "l'ostéopathie crânienne" et "l'ostéopathie viscérale" et nous interdire à nous les kinés de faire de l'ostéopathie ça serait plus simple pour tout le monde et mettrait fin aux polémiques. Peut être qu'un jour l'ordre va se concentrer à défendre la kinésithérapie et pas à dénigrer une autre profession.
Est ce que toutes les techniques kinés sont validées scientifiquement ? On en est loin également ...

10.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 14/03/2018 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Ce sont les revues systématiques et les méta-analyses qui permettent de se faire une opinion sur des bases factuelles."
Tu parles bien du truc de flemmards?


Oui, le truc qui n'est pas à vendre. Remarque, il me semble qu'il s'agissait d'une commande du CNOMK à Pinsault et al ?

11.Posté par Gael PIETTE le 14/03/2018 15:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

12.Posté par Rob le 14/03/2018 16:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous faîtes erreur, j'ai lu l'article complet :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5816506/
Ils sont simplement cités comme étant conducteurs d'un mémoire de fin d'étude appelé "Tests ostéopathiques visceraux du duodémum. Étude sur la concordance des résultats obtenus par deux étudiantes de 5e année sur des sujets asymptomatiques (French)".
De même, il serait bien de s'intéresser aux travaux de Tozzi sur la mobilité du rein.
Mais bref, je rejoins complètement "kiné du nord" sur son commentaire, et ce n'est pas non plus en dénigrant d'autres professions que vous les encouragerez à s'améliorer et à parler un langage commun. N'oubliez pas que nous sommes, et je l'espère, tous là normalement dans un même but : aider le patient.

13.Posté par Gael PIETTE le 14/03/2018 16:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article pour être publié doit répondre a de nombreux critères, dont un nombre limité de références bibliographiques. Toutes celles du rapport ne peuvent donc y figurer. Je vous parie un paquet de carambar que le bouquin de Finet et Williame y est inclus. Allez soyons fou, j'avance un paquet de caranougat (mes préférés) que celui ci "Tozzi P., D. Bongiorno, et C. Vitturini, « Low back pain and kidney mobility: local osteopathic fascial manipulation decreases pain perception and improves renal mobility », Journal of Bodywork and Movement Therapies, juillet 2012, vol. 16, no 3, p. 381‑391." en fait parti aussi.

Autre point , je ne vois pas en quoi faire une revue de littérature est dénigrant? Au contraire, savoir quelles sont les techniques ayant fait la preuve de leur efficacité ou de leur absence de preuve me parait être une façon éthique d'aider le patient, n'est-il pas ?

14.Posté par Frédéric le 14/03/2018 23:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alors, pour ma part, j'ai bien suivi vos commentaires, et je voudrais insister sur
et si je l'enseigne par exemple dans une école de machouillage de carambar en disant que c'est super car cela marche), il faut que cette technique ait été évaluée


Lors de ma formation initiale, j'etais un jeune naif qui aurait cru et fait toutes les techniques qu'on lui enseigné. Si on me les apprends, c'est que ça doit marcher. Par contre on m'a aussi enseigné que pour que ça marche, faut avoir montrer que ça marche, et pas seulement un kiné qui fait ça dans son cabinet, qui est spécialiste de sa méthode, et que ça marche à fond, puisqu'il se souvient que des bonnes critiques.

Tout ça pour dire qu'heureusement qu'il y a ces revues de littérature. Elles permettent de remettre en cause notre travail (ostéo, kiné...) et présenter au patient ce qu'il y a de plus efficace pour lui. Les preuves sont plus importantes que ce que j'estime etre vrai.

Une absence de preuve ? Mais alors comment on a pu m'enseigner une technique non prouvée ? Elle vient d'où cette technique ? Certainement que c'est de la déduction entre de la cinésiologie, biomécanique, physiologie... OK admettons. Mais, et désolé de l'exemple, on ne pourrait laisser l'autorisation de médicament sur le marché juste parce qu'ils ont trouvé la bonne formule, et sans le tester au préalablement sur animaux et humain. Pour en serait il de meme pour nos techniques ? Certes, on peut mettre en avant du "au pire, ça a pas d'effet", alors :
- d'une part, au pire ça a pas d'effet, faut l'avoir prouver
- pas d'effet secondaire ? on risque pas d'aller embeter un systeme nerveux autonome,, végétatif ou energétique qui va faire exploser le patient ? (déjà fait, mais je suis considéré comme innocent vu que le jugement est pas prononcé).

Nos techniques et nos savoirs, qui nous ont été enseignées y'a 10 ans ou hier, vont bouger, et c'est grace à ces études et revue de littérature, ce sont elles qui font notre métier, et si y'a pas de preuve, et qu'on s'en aperçoit aujourd'hui, et ben pourquoi on me l'a appris.

Sur ce, Top Chef va pas se regarde tout seul

15.Posté par Christophe DEMOULIN le 18/03/2018 14:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

un simple petit post au sujet des revues systématiques et des méta-analyses pour dire qu'elles sont nécessaires et qu'il faut remercier ceux qui prennent le temps de les réaliser. comme vous le savez, le temps est précieux et il est presque impossible de rechercher et de lire tous les articles sur un sujet. Les SR permettent de lister toutes les études réalisés sur un sujet spécifique, en résumant les résultats et en analysant la qualité des études incluses.....Ce travail colossal permet aux lecteurs un gain de temps indéniable. Les auteurs des SR ne sont clairement pas des "flemmards" et j'invite sincèrement tous ceux qui le pensent à en réaliser une en la publiant dans une bonne revue....et puis on peut en rediscuter ;-)

Néanmoins, il est clair que toutes les SR ne sont pas parfaites et que leurs résultats doivent parfois être interprétés avec prudence (je l'ai d'ailleurs évoqué dans un article: https://orbi.uliege.be/handle/2268/180446), surtout dans notre domaine (la kinésithérapie). En effet, les études incluent dans les SR peuvent comporter des prises en charge et des populations relativement différentes et il arrive donc, d'après moi, qu'on mélange des pommes et des poires (pour ne pas parler de carambars); les SR au sujet de la kiné sont clairement plus compliquées que celles réalisés au sujet d'un médicament spécifique destiné à des patients souffrant d'une pathologie spécifique.

Pour terminer, je dirais que les articles publiés ne sont pas pour pour déclencher des polémiques; ils décrivent les résultats d'études de façon à nous informer, susciter notre réflexion et nous permettre parfois de nous remettre en question...

Je vous souhaite à tous un excellent dimanche.

Christophe

16.Posté par Zeno Alto le 18/04/2018 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
« [...] there are some less clear components underlying the nature and conduct of a review that can be influenced by motive, bias or error that may not be sufficiently addressed by current quality assessment tools for systematic reviews [...] »

Uttley L, Montgomery P. The influence of the team in conducting a systematic review. Syst Rev [Internet]. 1 août 2017 [cité 18 avr 2018];6. Disponible sur: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5540536/

17.Posté par Zeno Alto le 18/04/2018 13:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base