ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Quand le radiologue voit une hernie discale, que retrouve le chirurgien sous son scalpel ?

Rédigé par le Mercredi 26 Septembre 2018



Cette revue systématique a recherché les preuves disponibles sur la précision diagnostique de l’imagerie médicale par rapport à la chirurgie (qui a servi de test de référence) pour identifier une hernie discale lombaire chez le patient adulte.

Les auteurs ont calculé des estimations sommaires de la sensibilité et de la spécificité à l’aide d’une analyse bivariée, généré des diagrammes ROC en cas de comparaison directe des tests d’imagerie diagnostique et évalué la qualité des données.

940 patients ont été inclus dans la revue systématique. Neuf études ont porté sur la tomodensitométrie, la myélographie et l'imagerie par résonance magnétique.

Résultats

La probabilité de retrouver une hernie discale lombaire lorsqu’elle avait été diagnostiquée par le radiologue variait entre 48,6 et 98,7% des cas selon les études.

Les estimations pour l'IRM et la myélographie étaient comparables à celles de la tomodensitométrie (TDM). Les auteurs ont calculé une sensibilité de 81,3% IC à 95%[72,3-87,7%] et une spécificité de 77,1% IC à 95%[61,9-87,5%].

La qualité des preuves était modérée à très faible.

Quand le radiologue voit une hernie discale, que retrouve le chirurgien sous son scalpel ?
Conclusions de la revue systématique

La précision diagnostique de la tomodensitométrie, de la myélographie et de l'IRM d'aujourd'hui est inconnue, car les auteurs n'ont retrouvé aucune étude récente évaluant les techniques d'imagerie.

En ce qui concerne les techniques plus anciennes, la précision diagnostique concernant TDM, myélographies et IRM est modérée, indiquant une forte proportion de faux positifs et de négatifs.

Commentaire ActuKiné

C’est pas à coup sûr, mais c’est pas ridicule. Bon bien sûr, quel rapport avec la lombalgie du patient ?
Comme l'écrivent les auteurs «... clinicians frequently state that imaging does not play a crucial role in predicting prognosis or deciding on a management strategy among patients with LDH. This might be one of the reasons why there are no recent studies on the diagnostic accuracy of imaging techniques for detecting LDH».

Les nouveaux IRM peuvent être plus précis que les anciens, ou les médecins évitent de prescrire à tour de bras des examens potentiellement «lombalgogènes».

Les classifications varient aussi «some studies defined LDH as protruded, extruded, and sequestrates disc, but other studies were defined LHD as the presence of neuronal compression».

Et puis, heureusement, ils peuvent ne pas se faire opérer... «In this review, among 669 patients with suspected LDH, 349 (52.2%) patients did not undergo surgical treatment».

Référence bibliographique

Kim JH, van Rijn RM, van Tulder MW, Koes BW, de Boer MR, Ginai AZ, Ostelo RWGJ, van der Windt DAMW, Verhagen AP. Diagnostic accuracy of diagnostic imaging for lumbar disc herniation in adults with low back pain or sciatica is unknown; a systematic review. Chiropr Man Therap. 2018 Aug 21;26:37. doi: 10.1186/s12998-018-0207-x.

[Accès à l’article]url:https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30151119

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1661 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base