ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Incontinence et Santé de la femme

Rééducation uro-gynécologique

Rédigé par le Jeudi 15 Novembre 2018

Mise à jour d'une revue Cochrane



L'entraînement des muscles du plancher pelvien (EMPP) est le traitement de physiothérapie le plus couramment utilisé chez les femmes souffrant d'incontinence urinaire à l'effort (IUE). Il est parfois également recommandé pour l'incontinence urinaire mixte (IUM) et, moins fréquemment, pour les mictions impérieuses (MI).

Il s'agit d'une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2001 et mise à jour pour la dernière fois en 2014.

Objectifs

Évaluer les effets de l’EMPP chez les femmes souffrant d'incontinence urinaire par rapport à l'absence de traitement, à un traitement placebo ou à un traitement simulé, ou à d'autres traitements contrôle inactifs; et résumer les conclusions des évaluations économiques pertinentes.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés chez des femmes présentant une IUE, une MI ou une IUM (basées sur des symptômes, des signes ou des réactions urodynamiques).
Un bras de l'essai comprenait un EMPP. Un autre bras était un traitement sans traitement, un placebo, un simulacre ou un autre groupe de traitement de contrôle inactif.

Collecte de données et analyse

Au moins deux auteurs de la revue ont évalué de manière indépendante l'admissibilité et le risque de biais des essais. Ils ont extrait et vérifié les données. Un troisième auteur a résolu les désaccords. Ils ont sous-groupé les essais par diagnostic d’UI et proposé une méta-analyse, le cas échéant.

Résultats principaux

La revue comprenait 31 essais (dont 10 nouveaux pour cette mise à jour) portant sur 1 717 femmes, dans 14 pays.
Dans l'ensemble, les essais étaient de taille petite à modérée, avec des suivis généralement inférieurs à 12 mois et bon nombre d'entre eux présentaient un risque modéré de biais.

Le contenu et la durée de l'intervention, les populations étudiées et les mesures de résultats variaient considérablement.
Il n’existait qu’une étude portant sur les femmes atteintes d’IUM comme d’IUU, sans données portant sur la guérison, le traitement ou l’amélioration, ni sur le nombre d’épisodes d’IU pour ces sous-groupes.

Pour ce qui concerne un traitement symptomatique de l’UI, à la fin du traitement :

Par rapport à aucun traitement ou des traitements de contrôle inactifs, les femmes présentant une IUE ayant bénéficié de rééducation étaient huit fois plus susceptibles de déclarer une guérison (56% contre 6%; risk-ratio de (RR) 8,38, intervalle de confiance (IC) à 95% de 3,68 à 19,07; 4 essais , 165 femmes; preuves de haute qualité).

Pour les femmes souffrant de n'importe quel type d’IU, les groupes traités étaient cinq fois plus susceptibles de déclarer un traitement curatif (35% contre 6%; RR 5,34, IC 95% 2,78 à 10,26; 3 essais, 290 femmes; données de qualité moyenne).

L’amélioration de l'IU à la fin du traitement :

Comparativement à l'absence de traitement ou aux traitements de contrôle inactifs, les femmes présentant une IUE traitée étaient six fois plus susceptibles de déclarer une guérison ou une amélioration (74% contre 11%; RR 6,33, IC 95% 3,88 à 10,33; 3 essais, 242 femmes; preuves de qualité modérée).

Chez les femmes souffrant de n'importe quel type d’IU, les groupes ayant bénéficié d’EMPP avaient deux fois plus de chances de guérison ou d’amélioration que les femmes des groupes témoins (67% contre 29%; RR 2,39, IC 95% 1,64 à 3,47; 2 essais, 166 femmes; modéré preuves de qualité).

Symptômes spécifiques à l'IU et qualité de vie à la fin du traitement :

Comparés à l'absence de traitement ou aux traitements de contrôle inactifs, les femmes atteintes d'IU qui faisaient partie du groupe EMPP étaient plus susceptibles de rapporter une amélioration significative des symptômes de l'IU (7 essais, 376 femmes; preuves de qualité moyenne), et à signaler une amélioration significative de la qualité de vie de l'IU (6 essais, 348 femmes; preuves de faible qualité).

Quel que soit le type d’IU, les femmes du groupe EMPP étaient plus susceptibles d’indiquer une amélioration significative des symptômes d’IU (1 essai sur 121 femmes; preuves de qualité moyenne) et une amélioration significative de la qualité de vie de l’IU (4 essais, 258 femmes; preuves de qualité).

Enfin, chez les femmes présentant une UI mixte et traitées par EMPP, il y avait un petit essai (12 femmes) rapportant une meilleure qualité de vie.

Épisodes de fuites par jour à la fin du traitement

Le PFMT diminue d’une unité le nombre d'épisodes de fuite chez les femmes avec IUE (différence moyenne de -1,23, IC 95% -1,78 à -0,68; 7 essais, 432 femmes; données de qualité moyenne) et chez les femmes présentant tous les types d’IU (DM -1,00, IC 95% -1,37 à -0,64; 4 essais, 349 preuves de qualité modérée).

Fuite sur protections urinaires à la fin du traitement

Les femmes présentant une IUE dans les groupes EMPP ont perdu beaucoup moins d'urine. La comparaison a révélé une hétérogénéité considérable, mais les résultats privilégiaient encore le EMPP.
Pour les femmes présentant tous les types d’IU, les groupes EMPP ont également signalé moins de pertes d’urine.

Satisfaction des patientes

Les groupes EMPP étaient également plus satisfaits du traitement, avec aussi une amélioration sexologique.  
Les effets indésirables ont été rares et, dans les deux essais rapportés, ils étaient mineurs.

Commentaire ActuKiné

Note établie à partir du seul résumé. Si vous avez accès au texte intégral, merci de me faire part de toute inexactitude ou renseignement complémentaire.  

Références bibliographiques

Dumoulin C, Cacciari LP, Hay-Smith EJC. Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women. Cochrane Database Syst Rev. 2018 Oct 4;10:CD005654. doi: 10.1002/14651858

Résumé disponible en ligne

Articles en rapport avec le sujet

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 629 fois

Divers | Technologie | Formations spécifiques | Gériatrie | Incontinence et Santé de la femme | Oncologie | Pédiatrie | Domaines spécifiques (Vidéos)




Inscription à la newsletter