ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Rouler des biomécaniques et avoir des idées noires, le duo néfaste

Rédigé par le Vendredi 18 Août 2017

Influence des croyances et attitudes des kinésithérapeutes sur le devenir des patients lombalgiques



Une revue systématique de données provenant d'études quantitatives et qualitatives s’est intéressée au sujet.

Ces études ont été incluses lorsqu’elles analysaient l’association entre les attitudes et les croyances des physiothérapeutes sur la lombalgie chronique et leur prise en charge clinique.

Le score y mesurant les attitudes et croyances des praticiens le plus couramment utilisé est le Pain Attitudes and Beliefs Scale for Physiotherapists (PABS-PT). C’est une mesure validée qui offre une bonne estimation des tendances thérapeutiques du professionnel de santé.

Résultats :

Cinq études quantitatives et cinq études qualitatives ont été incluses.

Les études qualitatives ont montré qu'une croyance plus élevée dans des causes   biomédicales (indiquant que la douleur et le handicap résultent d'une déficience structurelle spécifique et que le traitement est choisi pour remédier à cette altération) était associé à :

- des conseils pour retarder le retour au travail,
- des conseils pour retarder le retour à l'activité,
- la conviction que le retour au travail ou à l'activité constituent une menace pour le patient.

Les scores PABS-PT ont été corrélés positivement avec :

- une recommandation accrue de congés maladie,
- des conseils pour éviter le retour au travail et des conseils pour éviter de revenir à une activité normale.

Conclusion :

Les études quantitatives et qualitatives montrent une relation entre l'orientation du traitement et la pratique clinique.

Il faut reconnaître que les croyances et les attitudes des physiothérapeutes à l'égard de l'orientation du traitement, comme les facteurs thérapeute-patient doivent être pris en considération lors de l'introduction de nouveaux modèles de pratique clinique, de façon à favoriser l'adoption de nouveaux comportements pratiques cliniques.

Des niveaux élevés de croyances négatives chez les professionnels de la santé se sont révélés associés à des niveaux élevés de croyances négatives chez leurs patients.

Le renforcement d'une approche prudente et passive du traitement des physiothérapeutes peut conduire à une passivité à long terme, des croyances inutiles à propos de l'activité et le désengagement du patient dans la gestion de ses souffrances.

Un thérapeute ayant une orientation plutôt mécaniste, en rapport avec un désordre anatomique, est plus lié à des convictions kinésiophobiques face à une lombalgie chronique.

Malheureusement, l’étude a révélé :

- Une préférence des physiothérapeutes dans le traitement des problèmes biomécaniques,
- La perception qu'ils manquaient de compétences pour aborder les problèmes psychosociaux
- Une tendance à stigmatiser les comportements qui peuvent suggérer un aspect psychologique ou social à la douleur lombaire.

Pas gagné.

Références bibliographiques :

Gardner T, Refshauge K, Smith L, McAuley J, Hübscher M, Goodall S (2017) Physiotherapists’ beliefs and attitudes influence clinical practice in chronic low back pain: a systematic review of quantitative and qualitative studies. Journal of Physiotherapy 63: 132–143

Accès à l’article

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 899 fois

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base