ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Domaines Spécifiques

Sélection Cochrane pour les physiothérapeutes: FEVRIER (Issue 2, 2012)

Rédigé par le Vendredi 2 Mars 2012



Sélection Cochrane pour les physiothérapeutes: FEVRIER (Issue 2, 2012)
Voici la sélection de FEVRIER (Issue 2, 2012) des titres des nouvelles revues systématiques Cochrane publiées ou mises à jour en rapport avec la pratique des kinésithérapeutes / physiothérapeutes:

1. Chest physiotherapy for acute bronchiolitis in paediatric patients between 0 and 24 months old
Objectives
The main objective was to determine the efficacy of chest physiotherapy in infants aged less than 24months old with acute bronchiolitis. A secondary objective was to determine the efficacy of different techniques of chest physiotherapy (for example, vibration and percussion and passive forced exhalation).

Authors' conclusions
Since the last publication of this review new good-quality evidence has appeared, strengthening the conclusions of the review. Chest physiotherapy does not improve the severity of the disease, respiratory parameters, or reduce length of hospital stay or oxygen requirements in hospitalised infants with acute bronchiolitis not on mechanical ventilation. Chest physiotherapy modalities (vibration and percussion or forced expiratory techniques) have shown equally negative results.

2. Cold-water immersion (cryotherapy) for preventing and treating muscle soreness after exercise
Objectives
To determine the effects of cold-water immersion in the management of muscle soreness after exercise.

Authors' conclusions
There was some evidence that cold-water immersion reduces delayed onset muscle soreness after exercise compared with passive interventions involving rest or no intervention. There was insufficient evidence to conclude on other outcomes or for other comparisons. The majority of trials did not undertake active surveillance of pre-defined adverse events. High quality, well reported research in this area is required.

3. Massage, reflexology and other manual methods for pain management in labour
Objectives
To examine the effects of manual healing methods including massage and reflexology for pain management in labour on maternal and perinatal morbidity.

Authors' conclusions
Massage may have a role in reducing pain, and improving women's emotional experience of labour. However, there is a need for further research.

4. Physiotherapy versus placebo or no intervention in Parkinson's disease
Objectives
To assess the effectiveness of physiotherapy intervention compared with no intervention in patients with PD.

Authors' conclusions
Benefit for physiotherapy was found in most outcomes over the short-term (i.e. < three months), but was only significant for velocity, two- or six-minute walk test, step length, Timed Up & Go, Functional Reach Test, Berg Balance Scale and clinician-rated UPDRS. Most of the observed differences between the treatments were small. However, for some outcomes (e.g. velocity, Berg Balance Scale and UPDRS), the differences observed were at, or approaching, what are considered minimally clinical important changes. The review illustrates that a wide range of approaches are employed by physiotherapists to treat PD.
However, there was no evidence of differences in treatment effect between the different types of physiotherapy interventions being used, though this was based on indirect comparisons. There is a need to develop a consensus menu of 'best-practice' physiotherapy, and to perform large well designed randomised controlled trials to demonstrate the longer-term efficacy and costeffectiveness of 'best practice' physiotherapy in PD.

5. Treatment for spasticity in amyotrophic lateral sclerosis/motor neuron disease
Objectives
The objective of this review is to systematically review treatments for spasticity in amyotrophic lateral sclerosis, also known as motor neuron disease.

Authors' conclusions
The single trial performed was too small to determine whether individualized moderate intensity endurance type exercises for the trunk and limbs are beneficial or harmful. No other medical, surgical or alternative treatment and therapy has been evaluated in a randomized fashion in this patient population. More research is needed.

6. Ultrasound and shockwave therapy for acute fractures in adults
Objectives
To assess the effects of low intensity ultrasound (LIPUS), high intensity focused ultrasound (HIFUS) and extracorporeal shockwave therapies (ECSW) as part of the treatment of acute fractures in adults.

Authors' conclusions
While a potential benefit of ultrasound for the treatment of acute fractures in adults cannot be ruled out, the currently available evidence from a set of clinically heterogeneous trials is insufficient to support the routine use of this intervention in clinical practice. Future trials should record functional outcomes and follow-up all trial participants.

7. Whole-body vibration training for patients with neurodegenerative disease
Objectives
The aim of this review was to examine the efficacy of WBV to improve functional performance according to basic activities of daily living (ADL) in neurodegenerative diseases. Additionally, we wanted to assess the possible effect on signs and symptoms of the disease, body balance, gait,
muscle performance, quality of life and adverse events.

Authors' conclusions
There is insufficient evidence of the effect of WBV training on functional performance of neurodegenerative disease patients. Also, there is insufficient evidence regarding its beneficial effects on signs and symptoms of the disease, body balance, gait, muscle strength and quality of life compared to other active physical therapy or passive interventions in Parkinson's disease or multiple sclerosis. More studies assessing other functional tests and accurately assessing safety are needed before a definitive recommendation is established.


Les revues ont été sélectionnées par un comité de lecteurs indépendants.

Retrouvez la lettre d'information et les titres des revues en ligne sur le site du centre Cochrane français

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1035 fois


1.Posté par JJ le 02/03/2012 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une étude sur les ondes de choc dans les fractures en phase aigues ? C'est mon anglais qui flanche ou c'est sérieux ?

2.Posté par Thomas R le 02/03/2012 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En effet, j'ai déjà entendu parlé des ondes de chocs dans le traitement des pseudarthrose... peut-être sous anesthésie?!!

Au sujet de la kiné respi, quelqu'un a-t-il une étude qui suggère que c'est efficace?
Je commence à me demander si ça vaut la peine de traiter les bronchiolites !

3.Posté par Jean-philippe REGNAUX le 02/03/2012 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Il semble d'après les auteurs de la revue que des ondes de haute fréquence puissent être proposées pour stimuler mécaniquement la formation de tissu osseux et qu'il soit nécessaire, comme en témoigne votre réaction, de s'interroger ou non sur les bénéfices et les risques potentiels.
Les preuves semblent insuffisantes pour recommander l'usage du traitement en pratique: une seule étude trouvée (Wang 2007) avec 56 patients! l'étude ne semblait pas rapporter de complications plus importantes dans le groupe avec onde de choc par rapport au groupe sans .

Wang CJ, Liu HC, Fu TH. The effects of extracorporeal shockwave on acute high-energy long bone fractures of the lower extremity. Archives of Orthopaedic and Trauma Surgery 2007;127(2):137–42.

Pour information, voici une partie des justifications. La suite se trouve dans la revue...

Description of the intervention
Ultrasound, comprising high frequency sound waves, is a form of mechanical stimulation that is delivered via a special device to the fracture site. For closed fractures (where the overlying soft tissue envelope remains intact), the device is typically placed in contact with the skin overlying the fracture site and left in position for around 20 minutes on a daily basis.
There are three modalities of ultrasound used in clinical practice:
• Low intensity pulsed ultrasound (LIPUS)
• High intensity focused ultrasound (HIFUS)
• Extracorporeal shock wave therapy (ECSW)

Bonne lecture.

4.Posté par Pierre-Yves BOUHANA le 04/03/2012 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'article en question sur le traitement kiné de la bronchiolite évalue l'efficacité des techniques anglo saxones (drainage postural, vibration, percussion...)
Ces techniques sont considérées comme inutiles depuis les années 90.

Si on se base sur les recommandations de la HAS (qui ont déjà 12 ans...), nous utilisons en France la modulation du flux expiratoire (Augmentation du flux expiratoire, expiration lente prolongée).

A ce jour beaucoup d'amalgames sont faits. Ces techniques dites "françaises" n'ont pas encore été démontrées comme inefficaces dans un contexte ambulatoire (situation la plus courante car peu de nourrissons sont hospitalisés).

Nous attendons d'autres essais cliniques évaluant l’intérêt de ces techniques.
Le temps de patienter, une première façon de voir si c'est la peine de traiter les bronchiolite est d'analyser nos propres actions et ses résultats dans un vrai contexte clinique.

5.Posté par Stephan ROSTAGNO le 05/03/2012 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Types of interventions
We included trials that compared any type of chest physiotherapy
(postural drainage, chest percussion, vibration, chest shaking, directed
coughing or forced exhalation technique
) versus standard
care (excluding chest physiotherapy) or other drainage or breathing
techniques.


Je vous invite à lire l'article dans son intégralité, disponible grace a la SFP sur le site http://www.sfphysio.fr/Acces-a-la-base-de-donnees-Cochrane-Library_a460.html

6.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 05/03/2012 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce n'est pas la première fois qu'un traitement inefficace apparaît utile...
Voir les explications là...
Si de plus cette prise en charge permet une éducation des parents et évite l'emploi de médicaments dont l'inefficacité est aussi démontrée (avec un risque quant à l'emploi de certains d'entre-eux, comme les antibiotiques), tout çà pour un prix dérisoire...la kiné pour la prévention des rechutes de bronchiolite devrait être obligatoire

7.Posté par Jean-philippe REGNAUX le 05/03/2012 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

@ Pierre-Yves BOUHANA
Je crois que vos propos soulèvent un problème de notre exercice professionnel actuel: l'insuffisance de preuves concernant les techniques que nous délivrons.
Dans cette revue systématique dont la question de recherche est clairement définie: enfant de moins de 24 mois avec un diagnostic de bronchiolite aiguë comme définie par chaque étude, les auteurs ont recherché toutes les études publiées qui utilisaient une technique de physiothérapie ainsi que le rappelle justement Stephan.
Le faible nombre d'études et la variété entre les études n'ont pas permis aux auteurs de faire une estimation statistique (meta- analyse) d'un effet traitement commun : sur 120 études identifiées, 9 ont été incluses publiées entre 1985 et 2011. Ils ont limité leur analyse à une synthèse descriptive. Ce point illustre en particulier la mauvaise qualité des essais et l’absence d'évaluations. C'est inquiétant, car on est en droit de s'interroger sur la validité de recommandations?
Un fait alarmant concerne l'évaluation des effets délétères de techniques d'expiration forcée ou de toux. Parmi les 4 études (496 + 50 +20 +103 sujets) trouvées par les auteurs, une seule (on s'accroche !) avait recherché les effets secondaires potentiels de la technique (496 sujets). Cette étude rapportait des effets secondaires plus fréquents dans le groupe physiothérapie!
Il semble donc qu'il n'y ait pas d'évaluations de qualité correcte à ce jour de ces traitements et que le peu dont on dispose laisse entrevoir des effets indésirables pour les patients. Techniques françaises ou non.
Mon propos n’est pas de dénigrer ces techniques dont je ne suis pas un expert. Le lieu, l’expertise des thérapeutes, les patients sont des variables qui peuvent surement influencer l’indication des ces traitements à une catégorie de patients. Je souhaiterai attirer votre attention sur la mauvaise qualité des preuves dont nous disposons pour justifier de leurs effets et du risque d’effets indésirables de ces traitements. Il me semble qu’avant de réfuter les conclusions de ce travail, une prudence sur l’indication de ces traitements doit être discutée.

Bonne journée



8.Posté par Poumarat Lucile le 06/03/2012 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, j'attends avec impatience une information sur la ré-éducation (en 2 mots) pelvienne de l'enfant, même en anglais, je m'efforcerai de traduire ou de faire traduire éventuellement car mon anglais certes n'est pas fameux j'en conviens.
Bien cordialement à toutes et tous.
Lucile Poumarat-Pralus

9.Posté par Pierre-Yves BOUHANA le 06/03/2012 16:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@jean phillipe

Complètement d'accord avec vous. Pour ce qui concerne la validation expérimentale de l'efficacité ou de l'innocuité de nos techniques "françaises", nous sommes dans une impasse.

Je pense qu'il ne faut pas non plus s'éloigner de la réalité.
Pour l'instant, encore beaucoup de nourrissons sont pris en charge en cabinet.

Pour que les techniques utilisées soient les plus efficaces et les moins dangereuses possible, il faut aussi être bien formé et bien entrainé à les utiliser. La formation des étudiants dans ce contexte si spécifique soulève un autre problème.

Par ailleurs, comme l'a remarqué Jean Louis Estrade en parlant de prévention, l'action du kinésithérapeute ne se résume pas qu'à "2 mains sur un thorax" (Detaille, Coppens 2009)

Cordialement


Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base




Inscription à la newsletter