ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Syndrome sous-acromial : pas de chirurgie, des exercices, mais de la thérapie manuelle ou pas ?

Rédigé par le Vendredi 12 Août 2016

Revue systématique



© vege - Fotolia.com
© vege - Fotolia.com
Le but de cette revue systématique était de synthétiser les preuves en faveur ou non de la kinésithérapie pour les syndrome sous-acromiaux.
N.B: syndrome sous acromiaux ou appelez les comme vous voulez, moi j'sais plus... Jeremy Lewis peut peut être nous aider.

Pas d'accès à l'article complet, mais les résultats semblent montrer que les exercices thérapeutiques sont aussi efficaces que la chirurgie, et plus efficaces que pas de traitement ou un placebo pour améliorer la douleur, la fonction et la mobilité à court et moyen terme.
La thérapie manuelle de manière isolée ne semble pas bénéfique mais permettrait de diminuer davantage la douleur à court terme si elle est couplée aux exercices thérapeutiques. Les auteurs recommandent ces derniers comme traitement de choix, en première ligne.
Champs magnétiques, thérapie laser, et taping ne sont pas recommandés.

Commentaire Actukiné
Les exercices thérapeutiques ont toujours la cote mais pour la thérapie manuelle on était pas bien sur, même si une revue systématique de l'an dernier allait dans ce sens.
Par contre, les exercices thérapeutiques comme traitement de première ligne, en pratique on y est pas encore...

Référence
Haik MN, Alburquerque-Sendín F, Moreira RF, Pires ED, Camargo PR. Effectiveness of physical therapy treatment of clearly defined subacromial pain: a systematic review of randomised controlled trials. Br J Sports Med. 2016 Jun 10. pii: bjsports-2015-095771

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 2224 fois


1.Posté par Jean-Louis ESTRADE le 12/08/2016 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Par contre, les exercices thérapeutiques traitement de première ligne, en pratique on y est pas encore... "

Parce qu'on a longtemps répandu l'idée que l'actif ne devait se faire qu'après le passif, une fois que les douleurs ont disparu, pour faire une carapace musculaire à une articulation arthrosique donc fragile et éviter la récidive.


On fonctionne toujours sur ce schéma que nous ont inculqué les médecins, qui ne prescrivaient de la kiné que dans un deuxième temps, puisque la douleur devait être combattue par les AINS et au mieux les massages si 15 jours d'antalgiques ne suffisaient pas.

Pourtant, rien n'empêche d'utiliser le muscle contre forte résistance, en dynamique pour mobiliser une articulation limitée passivement et/ou par la douleur. C'est même la structure conçue pour ça.

2.Posté par Nicolas Savouroux le 12/08/2016 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, c'est le fameux "libérer les tissus puis renforcer".

La kiné en 2ème temps c'est déjà bien, je vois un paquet de gens qui "essaient" un traitement conservateur pour la 1ère fois pour préparer leur future
opération...

3.Posté par VincentD le 13/08/2016 09:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui encore une fois, une communication adaptée est à la base de la réussite du traitement. Comment obtenir des résultats si le patient "essaye" la kinésithérapie ? C'est un discours que l'on retrouve régulièrement.
Faut il encore que les prescripteurs connaissent ces études, et la c'est à notre profession et aux sociétés "savantes" de communiquer davantage.

4.Posté par Franck LAGNIAUX le 20/08/2016 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour aller dans ce sens, il y'a également cet article du JOSPT :

Cervicothoracic manual therapy plus exercise therapy versus exercise therapy alone in the management of individuals with shoulder pain : a multicenter randomized controlled trial
Paul E. Mintken, Amy W. McDevitt, Joshua A. Cleland, Robert E. Boyles, Amber R. Beardslee, Scott A. Burns, Matthew D. Haberl, Lauren A. Hinrichs, and Lori A. Michener ; Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, Vol. 46, No. 8: 617-628.
http://www.jospt.org/doi/10.2519/jospt.2016.6319?ai=mvke&ui=7uvw&af=T

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base