ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Techniques manipulatives et diaphragmatiques pour la lombalgie chronique : un ECR

Rédigé par Actu Kiné le Mercredi 19 Décembre 2018



L'objectif était d'étudier les effets d'un traitement de manipulation ostéopathique, incluant une intervention du diaphragme par rapport à la même manipulation avec une intervention du diaphragme simulée (placebo) dans le traitement de la lombalgie chronique non spécifique .

C'est un essai contrôlé randomisé en groupe parallèle. il est coté à 9/10 sur l'échelle PDERO

66 personnes ont participé à l'étude. Le diagnostic de lombalgie chronique non spécifique est au moins de 3 mois.

Les participants ont été randomisés pour recevoir soit un protocole manipulation comprenant des techniques spécifiques du diaphragme (n = 33), soit le protocole manipulation et mobilisation diaphragmatique placebo.

L'intervention sur le diaphragme comprenait :

1. Technique fonctionnelle d'équilibrage du diaphragme: une pression verticale douce a été appliquée pendant 5 minutes au niveau du diaphragme.
2. Technique d'étirement des fibres musculaires: une traction crânienne a été réalisée à partir du bord inférieur des arcs costaux pendant la phase de respiration inspiratoire, pendant plus de 10 cycles respiratoires.
3. Technique d'inhibition phrénique: les tissus mous ont été pompés pendant la phase expiratoire en utilisant doucement et simultanément les deux mains pour créer une pression dans les directions crânienne et caudale, pendant plus de 10 cycles respiratoires.
4. Manœuvre hémodynamique abdominale globale: une vibration ascendante du bloc viscéral a été réalisée pendant la phase inspiratoire pendant 10 cycles respiratoires.

Principaux critères de jugement : la douleur (évaluée à l’aide du questionnaire abrégé de McGill sur la douleur (SF-MPQ) et l’échelle visuelle analogique (EVA)) et le handicap (évalué à l’aide du questionnaire de Roland-Morris (RMQ) et du handicap d’Oswestry Index (ODI)).
Les résultats secondaires étaient les convictions liées à la peur, le niveau d'anxiété et de dépression et la catastrophisation de la douleur. Toutes les mesures de résultats ont été évaluées au départ, à la semaine 4 et à la semaine 12.

Une réduction statistiquement significative a été observée dans le groupe expérimental par rapport au groupe placebo dans toutes les variables évaluées à la semaine 4 et à la semaine 12 (SF-MPQ (différence moyenne -6,2; intervalle de confiance à 95% de -8,6 à -3,8)); différence -2,7; intervalle de confiance à 95% -3,6 à -1,8); RMQ (différence moyenne -3,8; intervalle de confiance à 95% -5,4 à -2,2); ODI (différence moyenne -10,6; intervalle de confiance à 95% -14,9 à 6,3)) .

Conclusion des auteurs :
le traitement par manipulation ostéopathique, y compris des techniques spécifiques du diaphragme, améliore la douleur et l’invalidité liées à la lombalgie chronique non spécifique.

Osteopathic Manipulative Treatment Including Specific Diaphragm Techniques Improves Pain and Disability in Chronic Nonspecific Low Back Pain: A Randomized Trial ; Mireia Martí-Salvador, aLauraHidalgo-Moreno, aJulioDoménech-Fernández, Juan FranciscoLisón, Maria DoloresArguisuelas Archives of Physical Medicine and Rehabilitation Volume 99, Issue 9, September 2018, Pages 1720-1729

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 1762 fois


1.Posté par Raphaël GRELLET le 19/12/2018 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mhh bon je ne suis pas sûr de moi ; juste pour confirmer, le SF-MPQ est bien sur 60 points, c'est ça ? Donc la différence moyenne est de 10%, grosso modo... C'est bien ça ?

En passant, qu'est-ce qui fait qu'on ne convertit pas en pourcentages les résultats ? Parce que pour les interprêter il faut avoir une idée des scores maximaux, non ? Est-ce que ça permettait de donner une idée de la taille de l'effet, ou la mesure de la taille de l'effet est plus compliquée que ça ?

Merci pour cet article en tout cas, c'est intéressant !!

2.Posté par Lucas le 24/12/2018 00:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelles manipulations ostéopathiques ont été effectuées ?

3.Posté par Patrice Piette le 24/12/2018 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila ce que dit le texte :
1. Technique d'inhibition rachidienne lombaire: La musculature rachidienne lombaire a été lentement et bilatéralement glissée transversalement par rapport à la direction des fibres musculaires pendant un total de 8 minutes.
2. Traitement neuromusculaire de la région du bas du dos: Le physiothérapeute a utilisé son pouce pour décrire bilatéralement trois glissements d'intensité modérée dans différentes trajectoires de la région du bas du dos.
3. Normalisation des ligaments iliolombaires: Des cycles de traction et de relaxation des ligaments iliolombaires ont été effectués (5 minutes de chaque côté).
  4. Pompage des muscles psoas: des mouvements de pompage ont été effectués à 3 cm latéralement du nombril, sur le corps musculaire des muscles psoas, pendant 90 secondes de chaque côté.

4.Posté par Florian le 25/12/2018 20:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'arrive pas a comprendre le rationnel de l'intervention sur le diaphragme. Quelqu'un peut m'expliquer ?

Et comme toutes ces études, le thérapeute n'est pas en aveugle ? (Le patient voit facilement si il est soigné par quelqu'un de convaincu)

5.Posté par jle le 28/12/2018 10:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le thérapeute n'est quasiment jamais en aveugle du traitement qu'il administre. C'est un gros biais dans les études évaluant la kinésithérapie, mais il ne peut pas en être autrement, sauf pour quelques études portant sur l'électrothérapie (ne pas savoir si le produit ionisable se situe effectivement sous l'électrode, US sans intensité sans contrôle de celui qui le passe, lumière à la place d'un faisceau laser, ...).

Quant à la rationalité des techniques....

6.Posté par jean luc SAFIN le 30/12/2018 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
versus manipulation de la conscience de soi ?

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base