ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Thérapies manuelles cervicales & effets indésirables

Rédigé par JL E le Mardi 23 Mars 2010

Un recensement auprès des physiothérapeutes irlandais



Thérapies manuelles cervicales & effets indésirables
259 kinésithérapeutes spécialistes en thérapie manuelle ont été questionnés sur les effets secondaires liés aux manipulations vertébrales cervicales. 127 ont répondu.
Seuls 27% d’entre eux utilisaient des techniques manipulatives, dont 9% au niveau du rachis cervical supérieur. 26 % d’entre eux (n=33) ont fait part d’effets post-manipulatifs chez leurs patients dans les 2 années précédentes.

Ces effets secondaires étaient consécutifs à des techniques manuelles avec impulsion (4%, n=5), des techniques passives manuelles sans impulsion (20%, n=26), à des tractions cervicales (2%, n=2).

Parmi les effets majeurs ont été signalés une drop-attack, un évanouissement, un accident ischémique transitoire 4 jours après traitement.

53% des praticiens utilisant des techniques avec impulsion, 40% des autres utilisaient des tests susceptibles de mettre en évidence une insuffisance vertébro-basilaire. Ces tests ne semblent pas pouvoir être suffisamment prédictifs pour mettre à l’abri le patient de conséquences parfois fâcheuses.

Aoife Sweeney, Catherine Doody. Manual therapy for the cervical spine and reported adverse effects : A survey of Irish Manipulative Physiotherapists. Manual Therapy Volume 15, Issue 1, February 2010, Pages 32-36

Article disponible provisoirement en ligne

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3477 fois


1.Posté par ANDREW le 25/03/2010 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il me semble que chez nous, l' ostéopathe non médecin doit avoir un certificat médical de non-contre-indication aux manipulations cervicales avant d'entreprendre son traitement .Combien respectent cette règle ?
Dans le cas contraire, la R.C.P risque de ne plus couvrir le risque en cas de plainte !

2.Posté par thomas rulleau le 26/03/2010 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ptitom
"Ces effets secondaires étaient consécutifs à des techniques manuelles avec impulsion (4%, n=5), des techniques passives manuelles sans impulsion (20%, n=26), à des tractions cervicales (2%, n=2). "

en fait l'article ne concerne pas que les manipulations, au sens de la législation française

3.Posté par Fred S le 26/03/2010 21:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne vois quelles types de techniques passives sans impulsion peuvent générer des signes comme ceux décrits dans cet article.
Il faut à un moment calculer le bénéfice/risque chez un patient qui se plaint d'une cervicalgie et à qui on fait prendre de tels risques

4.Posté par thomas rulleau le 27/03/2010 08:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ptitom
une position de tête provoquant une mise en danger de l'artère vertébrale, on décrit bien des dissections spontanées, et il existe une diminution du flux sanguin après rotation+++-inclinaison
par exemple:
Le flux sanguin de l’artère vertébrale vu sous toutes les coutures
Patrick Colné Kinésithérapie, la revue
Vol 6, N° 55 - juillet 2006
pp. 52-53
pour résumé, il existe un fluage des fibres élastiques de la paroi vertébrale

sinon lecture intéressante chez nos amis thérapeutes manuels chiropraticiens:
http://sofec.vertebre.com/PDFFREE/sofec_rec_av.pdf
http://sofec.vertebre.com/PDFFREE/redflagsfr.pdf

5.Posté par Fred S le 27/03/2010 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout à fait mais dans quel but serait-il nécessaire, même sans rechercher l'impulsion de placer la région cervicale dans des zones extrêmes de rotation/inclinaison lorsque l'on en connaît les risques?
Les techniques actives qui ont démontré tout leur intérêt et qui sont recommandées dans le cadre du traitement des cervicalgies chroniques, qui coûtent le plus cher en terme d'impact socio-économique, permettent d'évacuer les risques cités dans cet article

6.Posté par thomas rulleau le 27/03/2010 14:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ptitom
whiplash et cervicalgie commune:
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_272262/masso-kinesitherapie-dans-les-cervicalgies-communes-et-dans-le-cadre-du-coup-du-lapin-ou-whiplash
http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/synthese_cervicalgies_mel_2006.pdf

"D’une manière générale, le traitement kinésithérapique des cervicalgies communes devra associer des techniques antalgiques, articulaires, musculaires, de reprogrammation
neuro-musculaire et de réadaptation à la vie normale et professionnelle. Les modalités d’association de ces techniques dépendent des résultats du diagnostic kinésithérapique. "

"Les techniques de mobilisations ACTIVES, PASSIVES ou de contracté-lâché sont recommandées."

1er temps: "sédation de la douleur et récupération de la mobilité rachidienne"

7.Posté par JL E le 28/03/2010 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Il me semble que chez nous, l' ostéopathe non médecin doit avoir un certificat médical de non-contre-indication aux manipulations cervicales avant d'entreprendre son traitement .Combien respectent cette règle ?
Dans le cas contraire, la R.C.P risque de ne plus couvrir le risque en cas de plainte ! "

Adhérent au Sou Médical, je reçois chaque année un résumé des plaintes qui ont fait l'objet d'une prise en charge pour accidents ou incidents notamment chez un kinésithérapeute. Depuis des années, il y a des PEC pour accidents suite à manipulation vertébrale chez les MK. Avec certaines années des dissection d'artères vertébrales, qui n'existent pas que dans des livres. Je suppose que les confrères sont prise en charge par leur assureur.
A noter que le Sou Médical prend, sans surprime et officiellement le risque inhérent aux pratiques ostéopathiques. Il est cependant nécessaire d'en possèder officiellement le titre.

"Les techniques de mobilisations ACTIVES, PASSIVES ou de contracté-lâché sont recommandées."
Il existe des études validant la pratique du contracté-relâché ou des techniques passives dans la cervicalgie ? Vous avez le nom des auteurs ?

8.Posté par thomas rulleau le 28/03/2010 17:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ptitom
pour ce rapport du sou médical, prennent-ils réellement en charge depuis 2007 (date des décrets ostéo) des MK non ostéo ou ostéo sans certificats de non-contre-indications alors que rien ne les obligent???


"Il existe des études validant la pratique du contracté-relâché ou des techniques passives dans la cervicalgie ? Vous avez le nom des auteurs ? "
non en fait les RPC me suffisaient sur ce point, le virus du doute n'est pas complètement passé par moi. ;-)


9.Posté par JL E le 28/03/2010 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
1°- Depuis des années, bien avant la légalisation de l'ostéo, il était fait état de manipulations vertébrales "malencontreuses" et traumatisantes réalisées par des MK. Je suppose que les "erreurs" de ces praticiens étaient prises en charge. Et qu'elles le sont encore. Quant à couvrir un MK prenant un patient en première intention dans un but thérapeutique, s'il n'est pas aussi ostéopathe ?

2°- Pour ce que j'en sais des pratiques passives sur le sujet, mis à part les manipulations thoraciques, le passif isolé n'a pas sa place dans les cervicalgies.

10.Posté par erwan horel le 28/03/2010 23:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
dans ces recommandations sur la cervicalgie (: Neck Pain:
Clinical Practice Guidelines Linked to
the International Classification of
Functioning, Disability, and Health From
the Orthopaedic Section of the American
Physical Therapy Association), il semblerait page A19 que le travail passif seul possède une certaine efficacité.
certe, cette efficacité est moindre que lorsqu'elle y est complété par un travail actif(, raison pour laquelle il est nécessaire de le pratiquer, je vous rejoint sur le sujet) mais il n'y est pas énoncé que le travail passif seul est inefficace.

me trompe-je?

(je profite de ce message pour féliciter tous ceux qui participent a l'élaboration de ce site pour toutes les info qui y sont recensés.)

11.Posté par JL E le 29/03/2010 00:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui, les preuves d'efficacité des traitements combinés sont fortes, celles des traitements passifs isolés sont faibles.

12.Posté par Fred S le 29/03/2010 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais le gain entre un traitement combinant manip/actif et et un traitement actif seul, compte tenu des risques encourus n'est pas à l'avantage de la première combinaison

On ne peut tout de même pas faire prendre des risques de dissection d'artère vertébrale pour soigner une personne qui a mal au cou quand même! alors que d'autres moyens efficaces, ayant prouvés leur efficacité et sans danger existent! (cf travaux D. Falla)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre