ActuKine.com - Actualité de la Kinésithérapie et de la Physiothérapie
              
Musculo-squelettique

Un RCT sur l'intérêt (ou pas…) des mobilisations passives dans les douleurs de l'épaule

Rédigé par JL N le Mardi 8 Mars 2011

Les mobilisations passives de l'épaule associées aux exercices et à l'éducation du patient apportent elles un bénéfice supplémentaires par rapport aux exercices et à l'éducation seuls dans les douleurs d'épaule sans limitation d'amplitude majeure ?



Un RCT sur l'intérêt (ou pas…) des mobilisations passives dans les douleurs de l'épaule
Les mobilisations passives de l'épaule, sont de pratique courante dans la rééducation de l'épaule douloureuse. Malgré leur utilisation fréquente, il existe peu de preuves de leur intérêt par rapport aux exercices thérapeutiques associés à l'éducation du patient par le thérapeute.

L'objectif de cette étude était de vérifier les bénéfices cliniques apportés par les mobilisations passives du complexe de l'épaule, lorsqu'elles sont associées aux exercices et aux conseils donnés au patient dans le cadre des douleurs d'épaule sans limitation d'amplitude majeure (flexion et abduction > 140°).

98 patients, présentant une épaule douloureuse, on été répartis en deux groupes : un groupe contrôle (n=51) et un groupe expérimental. Le groupe contrôle a bénéficié d'une rééducation à base de conseils concernant l'utilisation de l'épaule douloureuse dans les gestes de la vie courante, et d'exercices (étirements et renforcement musculaire). Le groupe expérimental a bénéficié du même protocole auquel ont été ajoutées des mobilisations passives de chaque articulation du complexe de l'épaule (sterno-claviculaire, acromio-claviculaire, gléno-humérale, et scapulo-thoracique).

Les évaluations (à 1, 3 et 6 mois après inclusion) ont porté sur le score SPADI (douleur et fonction), sur une échelle d'auto-évaluation des changements des symptômes (type échelle de Likert), et sur .la mesure de l'amplitude du secteur douloureux lors de la flexion et de l'abduction.

Les résultats n'ont pas montré de différences statistiquement significatives dans les différents critères d'évaluation entre les deux groupes. Ainsi, dans ce cadre précis des épaules douloureuses avec de minimes limitations d'amplitudes, les mobilisations passives de l'épaule n'apportent pas de bénéfices supplémentaires par rapport aux exercices et aux conseils prodigués seulement. Ces résultats rejoignent ceux d’autres études, notamment celle de Chen [1], dont le protocole est similaire à quelques différences près (et dont l’un des auteurs est commun, KA Ginn).
Les limitations de l'étude (absence de double aveugle, absence de classification diagnostique, choix du type de mobilisation pour certains patients), sont clairement exposées.

Résumé disponible en ligne (l'article sera en accès libre en février 2012)

Yiasemides R, Halaki M, Cathers I, Ginn KA. Does passive mobilization of
shoulder region joints provide additional benefit over advice and exercise alone
for people who have shoulder pain and minimal movement restriction? A randomized
controlled trial. Phys Ther. 2011 Feb;91(2):178-89.

Pour plus de précisions sur certains détails du protocole (critères d'évaluation, intervention thérapeutique), outre celui de Chen [1], deux autres articles de Ginn cités en référence sont accessibles en ligne [2], [3].

[1] Chen JF, Ginn KA, Herbert RD. Passive mobilisation of shoulder region joints
plus advice and exercise does not reduce pain and disability more than advice and
exercise alone: a randomised trial. Aust J Physiother. 2009;55(1):17-23
ici

[2] Ginn KA, Herbert RD, Khouw W, Lee R. A randomized, controlled clinical trial
of a treatment for shoulder pain. Phys Ther. 1997 Aug;77(8):802-9; discussion
810-1.
ici

[3] Ginn KA, Cohen ML. Exercise therapy for shoulder pain aimed at restoring
neuromuscular control: a randomized comparative clinical trial. J Rehabil Med.
2005 Mar;37(2):115-22
ici

Notez
Cette information a été ouverte par un clic sur son titre 3153 fois


1.Posté par ALEKSANDROWICZ Rolande le 08/03/2011 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
VRAIMENT TRES INTERESSANT COMME DU RESTE TOUS VOS ARTICLES, TRÈS BIEN ECRITS, TRÈS PERTINENTS.

JE NE REGRETTE PAS DE M'ÊTRE INSCRITE SUR VOTRE SITE CAR VOUS ÊTES A LA POINTE DE L'ACTUALITE DANS VOTRE DOMAINE ET J'EN APPRENDS !!! MERCI À VOUS

2.Posté par alardoux le 11/03/2011 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quid des mobilisations spécifiques de recentrage et thérapie manuelle de l'épaule (sohier, CGE,...) ajoutés a des exercices ?

3.Posté par Jean-Louis Estrade le 11/03/2011 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De mémoire, il y a eu une étude dans la revue Cinésiologie sur les techniques de recentrage de la tête humérale chez le sportif, mais je peine à vous en dire plus. Un lecteur aurait des références d'études sur ce sujet ?

4.Posté par Benjamin BOLLA le 12/03/2011 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il me semble que cette étude parle des mobilisations passives qu'elles soient analytiques ou spécifiques car il est questions de mobilisations selon les différents grades définis par Maitland.
Quelqu'un pourrait-il confirmer ?
Est-ce que les termes de "Manual Therapy" et de "Mobilizations" reprennent les mêmes techniques ?

Cette étude ainsi que les 3 autres citées en annexe sont en désaccord avec d'autres à ce sujet...
Pour exemple, une revue systématique publiée en 2009 concernant l'intérêt de la thérapie manuelle sur les épaules douloureuses supporte l'utilisation de cette technique. En revanche, les différentes techniques de thérapie manuelle n'ont pas pu être comparées les unes par rapport aux autres (Maitland, Mulligan, Cyriax, Kalternborn).
" Camarinos J Man Manip Ther. 2009;17(4):206-15. Effectiveness of manual physical therapy for painful shoulder conditions: a systematic review "

@alardoux :
A ma connaissance, pour Sohier, il n'y a que son livre et un article dans Kiné, la revue de l'an passé mais pas d'ECR.
Pour CGE, il y a le livre Le Muscle, un article dans l'EMC ainsi que quelques publis dans Kiné Scientifique mais pas d'ECR non plus.


5.Posté par JLN le 12/03/2011 23:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Benjamin,

et merci pour votre commentaire.

Il s'agissait en effet de mobilisations dites "spécifiques" des articulations de l'épaule, pratiquées à faible vitesse, sur un mode oscillatoire ou en maintenant la position en fin de course. La force, l'amplitude et le sens de la mobilisation étaient déterminés par le thérapeute en fonction des signes cliniques et symptômes du patient. Les manipulations de type "thrust" étaient semble-t-il exclues.

Je crois bien que "Passive Mobilization" ici n'est pas équivalent à "Manual Therapy" qui désigne une gamme plus large de techniques manuelles (mobilisations, étirements manuels, massages, manipulations, "mobilization with movement", ...).
La revue systématique de Camarinos que vous nous proposez a étudié, il me semble, les effets de ces différentes techniques manuelles. Par ailleurs, parmi les 7 études retenues pour cette revue, figuraient 4 essais concernant des capsulites et une sur des épaules douloureuses et enraidies. Pour ces raisons, je ne crois pas que l'on puisse comparer cette revue avec l'ECR de Yiasemides et al. qui portait sur des épaules douloureuses sans limitation d'amplitude majeure (un des critère d'exclusion était une flexion ou une abduction inférieure à 140°) et qui n'a étudié que les effets des seules mobilisations lorsqu'elles sont ajoutées aux exercices.

Pour information, on peut trouver un commentaire à l'article de Chen [1], dans lequel un lecteur (une lectrice, plutôt...) s'interroge sur la pertinence des techniques utilisées dans l'étude (je rappelle que cette dernière étude a été effectuée selon un protocole à peu près similaire à celle qui nous intéresse et apparemment au sein de la même structure avec un auteur commun).
http://ajp.physiotherapy.asn.au/AJP/55-2/AustJPhysiotherv55i2Giovanelli.pdf

Une dernière remarque pour finir... concernant l'épaule, ni le concept Sohier, ni le concept CGE n'ont, à ma connaissance, encore passé les frontières de l'Australie... il ne tient qu'à eux de se manifester pour connaître enfin la gloire internationale qu'ils méritent... (ou pas...)

Nouveau commentaire :

Merci d'apporter des commentaires constructifs et adaptés et de ne pas porter de propos diffamatoires ou portant atteinte à l'honneur à la profession

Exercice professionnel | Musculo-squelettique | Cardio-respiratoire | Neurologie & Neurosciences | Douleur | Posture et Equilibre | Evidence Based Practice | Domaines Spécifiques | A propos | Vidéos | Technologie de base







accès direct acide hyaluronique acromio-claviculaire acte individuel acupuncture AINS anti-inflammatoires antétorsion fémorale assurance maladie biostatistiques calcanéus camptocormie canal carpien canal lombaire étroit capsulite retractile Cervical. Abord préliminaire Cervical. Bilan actif Cervical. Bilan passif Cervical. Généralités Cervical. Neurodynamique Cervical. Traitement actif Cervical. Traitement passif chicago technique chiropractique chirurgie coiffe des rotateurs conflit sous-acromial contrôle moteur contrôle postural course à pied coxalgie coxarthrose coxo-fémorale Diagnostic différence de longueur des membres inférieurs disque inter-vertébral douleur chronique drainage lymphatique manuel drapeaux jaunes droit femoral Dry needling dégénérescence discale entorse de cheville entorse du genou essai controle randomise etirements EVA evidence based practice Examen du sujet exercices thérapeutiques fasciathérapie fasciite plantaire Fibromyalgie fléau cervical fuseau neuro-musculaire gainage Genou gonarthrose goniométrie GROC hallux valgus hernie discale IFMK inclinométrie incontinence urinaire IRM kappa kinesiotaping kinesitherapie ligamentoplastie Lombaire. Abord préliminaire Lombaire. Généralités Lombaire. Traitement passif Lombalgie lombo-sciatique Maitland manipulation vertébrale massage McKenzie MDT Membre inférieur. Abord préliminaire Membre inférieur. Généralités MRP Mulligan multifide nerf médian nerf radial nerf sciatique nerf tibial nerf ulnaire neuro-sciences neurodynamique nociception oedème Oldies but goldies ondes de choc ostéopathie ostéoporose palpation pelvis Physiotherapie pied piriforme Placebo plagiocéphalie podalgie podologie podomètre poignet points-gâchettes posture posturographie posturologie professions de santé proprioception psoas PSR PTG PTH quadriceps questionnaire rebouteux recommandations de pratique clinique red-flags regle de prediction clinique renforcement musculaire rythme crânio-sacré réflexothérapie rééducation posturale globale sacro-iliaques sacrum scapulalgie sciences de l'éducation scoliose semelles orthopédiques SFP SLR slump-test stabilométrie Start Back Screening Tool strain et counterstrain stretching symphyse pubienne syndrome des jambes sans repos syndrome douloureux regional complexe syndrome du canal carpien syndrome du canal tarsien talagie tapis roulant Temporo-mandibulaire. Bilan actif tendon achilléen tenségrité Test testing therapie manuelle therapie miroir Thoracique. Généralités Thoracique. Traitement passif thrust torticolis Traitement Épaule. Traitement passif épicondylalgie équilibre